Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (ou Agefiph) est un organisme paritaire français institué par la loi du 10 juillet 1987 pour favoriser l'insertion professionnelle et le maintien dans l'emploi des personnes handicapées dans les entreprises du secteur privé. Elle est actuellement dirigée par Didier Eyssartier et présidée par Anne Baltazar.

Partenaire de la politique de l'emploi menée par les pouvoirs publics, l'Agefiph est aujourd'hui un acteur central de l'emploi des personnes handicapées. Une mission de service public qui s'inscrit dans le cadre d'une convention signée avec l'État.

L'Agefiph gère les contributions financières versées par les entreprises privées de vingt salariés et plus soumises à l'obligation d'emploi des personnes handicapées, soit 604 millions d'euros en 2007. Depuis sa création, l'Agefiph a redistribué la totalité des fonds collectés, soit 4 milliards d'euros.

Depuis la fin de l'année 2009, les entreprises de vingt salariés et plus n'ayant réalisé aucune action handicap, verront leur contribution passer à 1 500 fois le SMIC horaire (contre 400 à 600 fois précédemment). Ces entreprises doivent embaucher des personnes handicapées, réaliser des actions pour le handicap ou sous-traiter des établissements du secteur adapté ou protégé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Création de l'Agefiph[modifier | modifier le code]

La création de l'Agefiph fait suite à la mise en place de la loi du . Cette loi oblige les entreprises privées et publiques de vingt salariés et plus à recruter 6 % de personnes handicapées. En cas de non-respect, l'entreprise doit verser une contribution. L'Agefiph a dès lors été créée pour gérer ces contributions et les redistribuer en faveur de l'insertion des personnes handicapées dans le monde professionnel.

Loi du 11 février 2005[modifier | modifier le code]

À la suite de la loi du , les contributions en faveur de l'insertion du handicap ont été élargies au domaine public. Le Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) ont donc été créés. De plus, les entreprises ont vu leurs contributions augmenter.

La gouvernance[modifier | modifier le code]

L'Agefiph est administrée par un Conseil d'administration de type paritaire composé de 3 collèges de cinq membres :

  • collège des employeurs : MEDEF, FNSEA, CGPME
  • collège des salariés : CFDT, CGT, CGT-FO, CFTC, CFE-CGC
  • collège des associations : UNAPEI, CFPSAA, FNATH, APF, UNISDA

Le conseil d’administration compte également 5 personnalités qualifiées dont 3 nommées par chacun des collèges ainsi que 2 nommées par l’État. La Présidente de l'Agefiph est Anne Baltazar. Le Directeur Général est Didier Eyssartier depuis le 30 mai 2016[1].

Domaine d'actions de l'Agefiph[modifier | modifier le code]

Mission générale[modifier | modifier le code]

L'Agefiph s'est vu attribuer pour mission le développement de l'insertion des personnes handicapées et leur maintien dans l'emploi. Pour ce faire, elle propose des aides ainsi que des services. Elle alloue des aides pour un projet professionnel, une formation, une compensation du handicap, une création ou reprise d'entreprise, etc. En ce qui concerne ses services, l'Agefiph a développé au fil des années un réseau de partenaires et de prestataires labellisés qui lui permet de conseiller les personnes handicapées ou les entreprises et de les mettre en relation avec une personne selon leur demande.

Actions spécifiques[modifier | modifier le code]

Les actions de l'Agefiph se divisent en trois grands pôles :

  • Gestion des contributions émanant des entreprises : accueil et redistribution des fonds collectés
  • Financement de projets : aides financières pour les personnes handicapées et les entreprises, services par des prestataires sélectionnés et financés par l'Agefiph
  • Développement et organisation d'un réseau professionnel :
    • Optimiser les politiques régionales concertées de formation des personnes handicapées
    • Développer l'accès durable à l'emploi des personnes handicapées et améliorer la durée et la qualité de leur carrière
    • Favoriser le maintien dans l'emploi des salariés devenus handicapés ou dont le handicap s'aggrave
    • Encourager les entreprises qui ne respectent pas les quotas à employer des personnes handicapées en leur donnant toutes les clés pour comprendre et intégrer le handicap.

Nouvelles compétences[modifier | modifier le code]

Depuis 2011, l’Agefiph exerce, par délégation et pour le compte de l’État, des compétences d’administration publiques :

  • la reconnaissance de la lourdeur du handicap (RLH),
  • le financement et la mise en œuvre des parcours de formation professionnelle qualifiante et certifiante des demandeurs d’emploi handicapés,
  • le versement de la prime de reclassement aux sortants de Centre de rééducation professionnelle (CRP).

Depuis 2013, l’État a transfèré à l’Agefiph les compétences en matière de gestion et de contrôle de la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH).

Les partenaires institutionnels de l'Agefiph[modifier | modifier le code]

  • L’Agefiph est signataire, avec l’État, Pôle emploi, le FIPHFP, la Caisse Nationale pour la Solidarité et l’Autonomie (CNSA), l’Association des Régions de France (ARF), la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS), et la Caisse Centrale de la Mutualité Sociale Agricole (CCMSA) de la « convention nationale pluriannuelle multipartite d’objectifs et de moyens pour l’emploi des travailleurs handicapés » conclue en 2013. Cette convention a pour objet de mobiliser les politiques et dispositifs de droit commun en articulation avec les dispositifs spécifiques dédiées aux personnes handicapées, et d’accentuer la synergie entre les acteurs.
  • Par ailleurs l'Agefiph établit des partenariats locaux : collectivités territorials, conseils régionaux, conseils généraux, etc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « AGEFIPH : Didier Eyssartier », sur lesechos.fr, (consulté le 9 février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]