Bhikshu Parshva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bhikshu Parshva
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Patriarche du zen (d)
Biographie
Activité
Autres informations
Religion

Parshva (en sanskrit : Pārśva), ou Bhikshu Parshva, est un moine indien du Ier ou IIe siècle, disciple de Bouddhamitra, considéré par la tradition du bouddhisme zen comme son dixième patriarche.

Noms[modifier | modifier le code]

Bhikshu signifie moine. Le nom de Parshva vient d'un mot sanskrit signifiant « flanc, côté » (devanagari पार्श्व ; IAST pārśva[1]). En chinois et en japonais, Parshva est traditionnellement désigné au choix,

  • soit par la traduction , Xié, « côté », d'où la formule 脅尊, « révérend Xié » avec un suffixe équivalent au sanskrit arya[2] ;
  • soit par la transcription approximative en chinois : , pinyin : Pólìshīpó, prononcé Barishiba en japonais.

On trouve aujourd'hui[3] en chinois simplifié : 胁尊者, chinois traditionnel : 脅尊者, pinyin : Xié zūn zhě, litt. « sa sainteté Xié ». L'équivalent en japonais serait Koke Zonsho[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Parshva aurait vécu autour de 100 apr. J.-C.[2]. Il est originaire d'Inde centrale[4]. Il n'est ordonné moine qu'à un âge avancé. On raconte qu'il ne dormait jamais.

Devenu un moine célèbre et respecté, il est connu pour avoir persuadé l'empereur kouchan Kanishka de réunir le quatrième concile bouddhiste[réf. souhaitée][Contradiction avec l'article : Quatrième concile bouddhiste].

Selon la tradition, c'est son disciple Punyayashas, le 11e patriarche, qui est son successeur direct dans la lignée des patriarches du chán ou zen[2]. Toutefois Ashvaghosha, le 12e patriarche, qui est l'un des plus grands auteurs bouddhistes, est également un disciple direct de Parshva[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Gérard Huet, « pārśva », sur Dictionnaire Héritage du Sanscrit
  2. a b et c (en) G. Schlegel, « Names of the 33 first buddhist patriarchs », dans T'oung pao, vol. 3, (disponible sur Gallica), p. 341-342 — Parshva est listé ici sous la forme Pârçva.
  3. Voir par exemple la page (zh) « 胁尊者 » sur Wikipedia en chinois et la page (zh) « 胁尊者 », sur baike.baidu.com
  4. a et b (en) Daoyuan (rédacteur Yang Yi, traduit par Randolph S. Whitfield), Record of the Transmission of the Lamp, vol. 1, Books on Demand, , 184 p. (ISBN 3738662464 et 9783738662467, résumé), p. 65, 95-97