Arturo Escobar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Arturo Escobar
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Université de Valle
Faculté d'agriculture et de sciences de la vie de l'université Cornell (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Influencé par
Distinction

Arturo Escobar, né le [1], est un anthropologue américano-colombien et professeur émérite d'anthropologie à l'université de Chapel Hill en Caroline du Nord. Connu pour son anthropologie du développement, il propose une écologie politique, "a partir d'en bas ",inspirée par les mouvements sociaux actuels en Amérique latine et sa connaissance de la théorie critique et décoloniale latino-américaine. Il est proche des mouvements antimondialisation, et des théoriciens du post-développement[2]comme Eduardo Gudynas, Dans ses travaux les plus récents, comme Autonomie et design, il fait un pari  : nous pouvons amorcer une transition, et changer le design du monde.

Éducation et carrière[modifier | modifier le code]

Escobar est né à Manizales, Colombie[3]. Il détient la citoyenneté colombienne et américaine et publie en anglais et en espagnol.

Il est titulaire d'un baccalauréat en sciences en génie chimique (1975) de l'Université de Valle à Cali, en Colombie, et a suivi un programme d'études de biochimie à l'École de médecine de l'université del Valle. I Par la suite, il a vécu aux États-Unis et obtenu une maîtrise en sciences de l'alimentation et de la nutrition internationale à l'université Cornell, en 1978. Après un bref passage dans le Département de la planification nationale, de Bogotá, en Colombie, de 1981 à 1982, en 1987, il a fait une formation interdisciplinaire doctorale de l'université Berkeley, en Californie, dans le domaine de la philosophie, de la politique et de la planification du développement.[réf. nécessaire]

Il enseigne principalement dans des universités américaines, y compris l'université du Massachusetts à Amherst, mais aussi en Colombie, et à l'étranger, en  Finlande, en Espagne  ou en Angleterre.

Parcours académique[modifier | modifier le code]

Approche anthropologique[modifier | modifier le code]

L'approche anthropologique d'Escobar est basée sur un double apport : celui des sciences sociales qui se sont bâties en Amérique latine, en particulier en sociologie et anthropologie, et celui des sciences sociales et humaines européennes. La pensée du sociologue colombien Orlando Fals Borda, et sa conception du travail de terrain ont joué un rôle important. Cette influence se retrouve dans son engagement auprès des mouvements afro-colombiens, ou autochtones, et dans la diffusion du concept de Sentir penser, élaboré par Orlando Fals Borda lorsqu'ils étudiait les peuples de la côte atlantique.

De même, il s'est inspiré du lpost-structuralisme foucaldien, plus précisément de la généalogie, méthode qu'il a appliquée à la critique du développement analysé comme un discours Il est une figure majeure de l'après-développement, et un commentateur critique important des pratiques de développement défendues par les sociétés industrialisées Occidentales. Selon Escobar, le problème du développement est qu'il est basé sur le modèle des pays industrialisés et qu'il a produit la disparition de ceux qu'il était censé aider : une grande partie du monde paysan. Analysant le lien entre développement, conflits et déplacement massif des populations, l'auteur voit dans la revendication du territoire des indigènes comme ceux du Cauca colombien ou des communautés noires, celles du Pacifique colombien par exemple le Processus des Communautés Noires) une alternative possible à un développement mortifère (Pieterse, 2010)[réf. nécessaire]

Escobar réalise une critique radicale de la modernité occidentale, qu’il « exotise » à l’envers : elle n'est qu'une création parmi d'autres. Attaché à l'idée d'un World Anthropologies Network étendu (WAN), il critique, comme Eduardo Restrepo, l'état actuel d'une anthropologie mondiale encore marquée par ses origines coloniales. Mobilisant des techniques critiques pour ses recherches sur les récits et pratiques du développement. Il explore également les possibilités d'une ère post-développementiste , entre autres en revisitant le concept de design. Dans Autonomie et design, qui vient d'être traduit aux Editions Europhilosophie, il explique que le design, que nous assimilons en général au design d'objet, industriel ,apparu au XIX siècle, a beaucoup évolué. Désormais, le design est aussi un design social, et vise donc à changer le monde en construisant par exemple des infrastructures autres ( habitat collectifs, espaces communs, etc). Il considère que le design a une dimension ontologique et peut changer notre être. Pour lui, si les peuples indigènes ou afrodescendants ont déjà une ontologie relationnelle, qui leur permet de vivre un rapport au monde non mortifère, les Occidentaux peuvent aussi changer leur relation en changeant de design. ce qu'il nomme le design ontologique est l'axe de sa proposition de changement.

Critique du développement[modifier | modifier le code]

Escobar fait valoir dans son livre Encountering Development: The Making and Unmaking of the Third World, paru en 1995, que le développement international est un mécanisme de contrôle , une forme contemporaine de colonialisme ou d' « l'impérialisme culturel que les pays pauvres avaient peu de moyens de refuser poliment »[2]. Le livre retrace l'ascension et la chute de développement par le biais d'approches foucaldiennes d'analyses du discours, qui considèrent le développement comme ontologiquement culturel (c'est-à-dire, par l'examen de la structure linguistique et du sens). Ces études l'ont amené à conclure que « la planification du développement n'était pas seulement un problème dans la mesure où il échouait ; c'était un problème, même quand il réussissait, parce qu'il fixait profondément les modalités de la façon dont les gens dans les pays pauvres pourraient vivre »[2]. Le fait de recourir à la methode généalogique de Foucault a marqué un tournant dans l'étude du développement. Il passe du "réalisme" à une approche post-structuraliste. Au delà d''une analyse de l'intégration du développement de l'économie ou du vaste éventail d'acteurs du développement et des institutions qu'elles engendrent, sa perspective vise à comprendre le déploiement de ce qu'il nomme « l'appareil de développement ».

L’anthropologue colombien soutient que l'ère du développement a été produite dans le cadre d'un dispositif de savoir-pouvoir nouveau, lorsque les USA modifient leur politique étrangére avec les pays d'Amerique latine. L'ére du développement c'est aussi une construction discursive, dont le discours d'Harry S. Truman, et plus tard, la politique étrangère des USA, rendent compte. En se référant aux trois continents — l'Amérique du Sud, d'Afrique et d'Asie — comme à des pays « sous-développés » , nécessitant des changements importants Truman a mis en mouvement la construction du « tiers monde ». Arturo Escobar soutient que cette construction sert les impératifs de reproduction sociale américaine et de son impérialisme dans le contexte de la guerre froide et de la décolonisation. L''appareil de développement fonctionne d'après lui comme une des armes de l'hégémonie américaine.[réf. nécessaire]

Escobar encourage les chercheurs à utiliser des méthodes ethnographiques pour favoriser l'arrivée de l'ère du post-développement, par l'avancement de créations déconstructives initiées par les mouvements sociaux contemporains. En effet, dans son livre, l'étude du cas de la Colombie, montre que les développements économiques visant l'économisation de la nourriture ont donné lieu à des plans ambitieux, mais pas nécessairement moins de faim. Dans une nouvelle édition de 2011, le livre commence par une substantielle introduction, dans lequel il soutient que post-développement doit être redéfini, et qu'un champ d'études pluriverselles serait utile[4].

L'écologie politique[modifier | modifier le code]

Escobar a reçu une bourse de la fondation John Simon Guggenheim en 1997 pour étudier la diversité culturelle et biologique de la fin du XXe siècle[5]. Ce projet a abouti à la publication de Territoires de différence : Le Lieu, les Mouvements, la Vie, en 2008, écrit après des années de travail sur le terrain, en Colombie, avec un groupe d'Afro-Colombiens, appelé le Proceso de Comunidades Negras (PCN) et formé d'habitants de la forêt tropicale sur Pacifique colombien  [6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Autonomie et design. Toulouse. Éditions EuroPĥilosophies. 2021.
  • Sentir-penser avec la Terre, Une écologie au-delà de l'Occident, 2018
  • Feel-thinking with the Earth (en espagnol : Sentipensar con la tierra). Medellin, Colombie : Ediciones Unaula, 2014.
  • Co-édité avec Walter Mignolo, 2010. Globalization and the Decolonial Option, Londres : Routledge.
  • Territories of Difference: Place, Movements, Life, Redes. Durham: Duke University Press, 2008.
  • Co-édité avec Gustavo Lins Ribeiro. 2006. World Anthropologies : Disciplinary Transformations in Contexts of Power Oxford: Berg.
  • Escobar, A. et Harcourt, W. (eds) 2005 Women and the Politics of Place. Bloomfield. Bloomfield, CT : Kumarian Press.
  • Co-édité avec Jai Sen, Anita Anand, et Peter Waterman. 2004. The World Social Forum: Challenging Empires. Delhi: Viveka. Édition allemande: Eine andere Welt Das Weltsozialfoum. Berlin : Karl Dietz Verlag, 2004.
  • Co-édité avec Sonia Alvarez et Evelina Dagnino 2000. Cultures of Politics/Politics of Cultures: Revisioning Latin American Social Movements. Boulder: Westview Press. (Aussi publié en anglais, portugais et espagnol). Édition en portugais : Cultura e Política nos Movimentos Sociais Latino-Americanos. Belo Horizonte : Editoria UFMG, 2000.
  • 1995. Encountering Development: The Making and Unmaking of the Third World (1995). Princeton: Princeton University Press. Meilleur prix du livre, de la Nouvelle-Angleterre du Conseil des études de l'Amérique latine, 1996 (en espagnol). 1998. La invención del tercer mundo: Construcción y Deconstrucción del Desarrollo. Bogotá [Colombie]: Norma.
  • Co-édité avec Sonia Alvarez. 1992. The Making of Social Movements in Latin America: Identity, Strategy, and Democracy Boulder, Westview Press.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF12571162)
  2. a b et c (en) « Arturo Escobar: a post-development thinker to be reckoned with », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  3. Escobar, Arturo.
  4. « Encountering Development: The Making and Unmaking of the Third World, Arturo Escobar (with a new preface by the author) », sur Princeton University Press (consulté le )
  5. (en) « UMass Amherst Anthropology Professor Arturo Escobar Wins Guggenheim Fellowship », University of Massachusetts Amherst News & Media Relations,‎ (lire en ligne)
  6. (en) Claudia Steiner, « Territories of Difference: Place, Movements, Life, Redes (review) », The Americas, vol. 67, no 4,‎ , p. 573–574. (DOI 10.1353/tam.2011.0062)

Liens externes[modifier | modifier le code]