Manizales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manizales
Centre historique de Manizales
Centre historique de Manizales
Blason de Manizales
Blason
Drapeau
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Flag of Caldas.svg Caldas
Alcalde Jorge Eduardo Rojas Giraldo
Code DANE 17001
Démographie
Gentilé Manizaleño ou Manizalita
Population 368 433 hab. (2005[1])
Densité 725 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 06′ Nord, 75° 33′ Ouest
Superficie 50 800 ha = 508 km2
Localisation
Carte de Manizales
Carte de Manizales

Géolocalisation sur la carte : Colombie

Voir sur la carte topographique de Colombie
City locator 14.svg
Manizales
Liens
Site web http://www.manizales.gov.co/

Manizales est une ville et municipalité du centre de la Colombie, capitale du département de Caldas.

Elle fut fondée en 1849, en pleine guerre civile, par un groupe de vingt personnalités en provenance du département de Caldas.

La ville, construite sur des pentes abruptes, non loin du volcan Nevado del Ruiz, fait partie de la région colombienne productrice de café (ou Eje cafetero). Elle est un centre principal de production du café colombien.

Manizales est un centre universitaire important.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la période précolombienne, le territoire où s'élève aujourd'hui Manizales était peuplé par les indiens Quimbayas, Ansermas[2], Picaras, Zopias, Paucuras (ou Pacuras, ou Pancuras), Carrapas et Armas[3].

En 1839, Fermín López, un colonisateur antioqueño, s'établit sur ces terres.

Manizales fut réellement fondée le 12 octobre 1849. La ville a été construite par un groupe de vingt personnalités (Expedición de los 20), qui venaient des villes de Neira et de Salamina, au milieu d’une guerre civile opposant les conservateurs et les libéraux.

Les vingt personnages fondateurs étaient : Manuel María Grisales, José María Osorio, José María De La Pava, Antonio María Arango, Joaquín Arango, Victoriano Arango, Pedro Arango, José Pablo Arias, Silverio Buitrago, Antonio Ceballos, José María Correa, José Joaquín Echeverri, Nicolás Echeverri, Alejandro Echeverri, Esteban Escobar, Vicente Gil, Vicente Giraldo, Marcelino Palacios, Antonio Quintero et Benito Rodríguez.

Une forte influence hispanique était alors présente dans la culture ; la population, très homogène, était essentiellement blanche jusqu'à ce que d'autres ethnies s'installent, venues surtout pour la qualité de l'enseignement scolaire et universitaire.

En 1869, pendant l'administration d'Alejandro Gutiérrez Arango, les terrains étaient répartis entre les premiers habitants de la ville, à la suite d'un violent litige avec González et Salazar, associés de la Concesión Aranzazu[4], propriétaire des terrains où se construisirent la majorité des villages du nord et du centre du département de Caldas. La ville se convertit alors en centre éducatif et, vers 1880, se transforma en un puissant centre industriel avec une culture typiquement antioqueña. Aux alentours de 1890, le café devint la base de l'économie régionale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le volcan Nevado del Ruiz.

Manizales est une ville construite sur des pentes abruptes et dans les combes d'une région montagneuse. Les rues et ruelles sont souvent très pentues jusqu'à plus de 45 °.

La cité étant construite dans une zone à activité sismique instable, elle a requis une architecture adaptée et une structure publique sûre.

Même si la topographie est très complexe à cause des pentes, la ville a tout de même développé une culture du café à grande échelle sur ses collines fertiles.

La ville est située à une altitude comprise entre 1 900 et 2 200 mètres dans le nord de l'axe des plantations de café colombien (Eje Cafetero), non loin du volcan Nevado del Ruiz.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Croissance de la population[modifier | modifier le code]

Croissance de la population
de Manizales, 1951-2005
Recensement Population totale
1851 3 000
1870 14 000
1951 126 201
1964 221 916
1973 239 140
1985 308 784
1993 345 539
2005 414 389
2007 419 056
* Source: Boletín Estadístico
CIE Nº1 de Diciembre 2007. Alcaldía de Manizales.

Ethnographie[modifier | modifier le code]

Selon les chiffres du recensement DANE 2005, la composition ethnographique de la ville se répartit ainsi : Métis et Blancs : 98,9 %, Afro-Colombiens : 0,9 % et Indigènes : 0,2 %.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée de l'or quimbaya ;
  • Musée d'histoire naturelle de l'université de Caldas[5] ;
  • Musée d'art de l'université de Caldas ;
  • Musée archéologique de l'université de Caldas ;
  • Jardin botanique de l'université de Caldas (en espagnol : Jardín de la Facultad de Agronomía, Universidad de Caldas)[6] ;
  • Musée d'histoire naturelle ;
  • Musée interactif de la science, des jeux et de la technologie[7].

Événements périodiques[modifier | modifier le code]

Parmi les événements culturels importants, on trouve :

  • Le Manizales Jazz Festival[9], qui attire des musiciens du monde entier, est un événement annuel. Dans un passé récent, le tango était très apprécié en ville ; aujourd'hui, un nouvel appétit pour le jazz est en train de naître.
  • La Foire de Manizales (es) (Feria de Manizales)[10], foire annuelle qui a lieu en janvier, est née en 1951 lors du premier centenaire de la ville. Elle commença avec les combats de taureaux et la parade typique Manolas (parade espagnole). Avec l'accueil enthousiaste du public, les événements, expositions et spectacles se sont multipliés, tel l'International Coffee Beauty Pageant[9] qui est devenu, avec la corrida, l'une des attractions favorites de la foire.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Carte des arrondissements de Manizales.

La ville possède de nombreux quartiers (barrios) regroupés en onze arrondissements (comunas) et sept corregimientos.

Les onze comunas sont : Atardeceres, Estación, San José, Ciudadela del Norte, La Fuente, Tesorito, Cumanday, La Macarena, Universitaria, Ecoturistico Cerro de Oro et Palogrande.

Les sept corregimientos sont : Colombia, El Manantial, Panorama, Corredor Agroturistico, El Remanso, Río Blanco et Cristalina.

Les quartiers les plus peuplés sont : La Sultana, Bosques del Norte, Palermo, La Enea, Los Cámbulos, Fátima, La Carola et Chipre.

Éducation[modifier | modifier le code]

Manizales est une région d'intérêt culturel et scolaire important. La ville a une population d'environ 30 000 étudiants répartis dans ses collèges et universités.

Économie[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

L'économie de Manizales est axée sur la production et la transformation du café, la fabrication de l'acier et les autres industries du métal, la fabrication de pièces automobiles, l'industrie agroalimentaire, l'éducation et l'activité universitaire.

Transports[modifier | modifier le code]

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

La ville est le siège du club de football Corporación Deportiva Once Caldas qui a gagné en 2004 la principale compétition d'Amérique du Sud, la Copa Libertadores (ou Copa Bridgestone Libertadores de América).

Sites touristiques[modifier | modifier le code]


Vue panoramique de Manizales

Symboles[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Manizales Blason D'azur et d'argent le volcan Nevado del Ruiz se détachant sur un ciel d'azur. De sinople la cordillère et le cerro de San Cancio avec un chemin de sable. D'argent la cathédrale de Manizales et des constructions de même maçonnées de sable. Deux battants de porte en bois, munis d'une fermeture d'or de style ancien, s'ouvrant sur la ville. De gueules la bordure de l'écu et de la champagne de sable au condor d'argent.
Détails

Drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau de Manizales est composé de trois bandes horizontales. Ses couleurs sont : blanc, vert, rouge.

Hymne[modifier | modifier le code]

Les paroles de l'hymne de Manizales ont été écrites par le poète Eduardo Carranza. La musique a été composée par José Rozo Contreras (es).

Personnalités liées à la municipalité[modifier | modifier le code]

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville de Manizales est jumelée avec les villes suivantes :


Vue panoramique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

(en) Tremblement de terre d'Armenia en 1999

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Censo 2005 — Manizales[PDF], DANE
  2. (es) Álvaro Chaves Mendoza et Jorge Morales Gómez, Los Indios de Colombia, Editorial Abya Yala, , 349 p. (lire en ligne).
  3. (en) Armand J. Labbé, Colombia before Columbus : The People, Culture and Ceramic Art of Prehispanic Colombia, Random House Incorporated, , 207 p. (lire en ligne).
  4. (es) William Ospina, « Los camios de hierro de la memoria », El Espectador,‎ (lire en ligne).
  5. (en) Collectif Association for Tropical Lepidoptera, Tropical Lepidoptera, vol. 10 - 12, Association for Tropical Lepidoptera, (lire en ligne), p. 2.
  6. (en) Collectif International Bureau for Plant Taxonomy and Nomenclature, International Directory of Botanical Gardens, vol. 2, International Bureau for Plant Taxonomy and Nomenclature, (lire en ligne).
  7. (en) « Manizales, a city right in the heart of the coffee triangle », sur colombia.co, Colombie CO (consulté le 30 janvier 2016).
  8. « Festival international de théâtre de Manizales », sur colombia.travel, CO. La Colombie (consulté le 27 janvier 2016).
  9. a et b (en) Sarah Woods, Colombia, Bradt Travel Guides, , 496 p. (ISBN 1841629219, lire en ligne), p. 106.
  10. (es) « Feria de Manizales Patrimonio Cultural de la Nación », sur feriademanizales.gov.co, Alcaldía de Manizales,‎ (consulté le 27 janvier 2016).
  11. (es) « Historia de la Universidad de Manizales », sur umanizales.edu.co, Universidad de Manizales (consulté le 2 février 2016).
  12. (es) « Universidad autónoma de Manizales », sur autonoma.edu.co (consulté le 2 février 2016).
  13. (es) « Pilares institucionales », sur ucm.edu.co, Universidad Católica de Manizales (consulté le 2 février 2016).
  14. (es) « Fundación universitaria Luis Amigó - Manizales », sur universia.net.co, Universia Colombia (consulté le 3 février 2016).
  15. (es) « Universidad de Caldas », sur ucaldas.edu.co (consulté le 3 février 2016).
  16. (en) « Catedral Basilica Metropolitana de Nuestra Señora del Rosario. Catedral Basilica of Our Lady of Rosary. Manizales, Caldas, Colombia », sur gcatholic.or, GCatholic.org (consulté le 6 février 2016).
  17. (es) « Parque Nacional Natural Los Nevados », sur parquesnacionales.gov.co, Parques Nacionales Naturales de Colombia (consulté le 6 février 2016).
  18. (es) « Recinto del Pensamiento », sur culturayturismomanizales.gov.co, Alcaldía de Manizales. Instituto de Cultura y Turismo (consulté le 6 février 2016).
  19. « Capitale : Manizales », sur colombia-sa.com, Colombia (consulté le 6 février 2016).
  20. « Que voir à Manizales ? », sur ameriquedusud.org, Amérique du Sud.org (consulté le 6 février 2016).
  21. François Buy, La Colombie moderne, terre d'espérance, Centre d'études contemporaines, , 158 p. (lire en ligne), p. 11.

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Manizales » (voir la liste des auteurs).