Arthur Tacquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arthur Tacquin
Marie Straatman épouse Battaille pastel par Alyce M. Fryer (45cm x 55) vers 1880.JPG

Portrait au pastel de Marie Straatman, épouse de l'ingénieur Jean Battaille, grand-mère de Lola Battaille épouse du Docteur Arthur Tacquin. (Pastel par Alyce M. Fryer).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
Nationalité
Activités

Arthur Tacquin, né le 17 septembre 1869 à Ways (Belgique) et mort le 19 janvier 1966 à Safi (Maroc), est un médecin, océanographe, zoologue, minéralogiste, explorateur, navigateur et photographe belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Ways en Brabant wallon, dans une vieille famille de meuniers, le , dans le moulin familial le Moulin de Ways.

Son mariage, ses liens familiaux[modifier | modifier le code]

Il avait épousé le 13 mars 1920 à Bruxelles (mariage béni même jour en l'église évangélique de Bruxelles par le pasteur P. Rochedieux), Lola (Hélène) Battaille, née à Saint-Péterbourg le 26 août 1899, de trente ans sa cadette et appartenant à une famille cosmopolite d'ingénieurs belges en Russie et qui par son aïeule Marie Battaille-Straatman, fille de l'armateur Lambert Straatman, était la cousine du sinologue et diplomate Charles Michel, et la petite-nièce des généraux Charles Rouen et Jean Prosper Beaudrihaye, importants personnages du règne de Léopold II de Belgique.

L'ingénieur Albert Battaille, oncle de Lola, avait épousé Françoise Soubre, la fille aînée du peintre Charles Soubre[1].

Sa carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Après des études primaires à Ways et à Genappe, c'est au d'abord au collège Sainte-Geertrude de Nivelles puis au séminaire de Basse-Wavre qu'il fit ses humanités de 1880 à 1886, pour s'inscrire en 1886 à la faculté de médecine de l'Université libre de Bruxelles dont il sortira médecin en 1893.

C'est dès 1895 qu'il se passionnera pour le projet d'exploration en Antarctique d'Adrien de Gerlache et fera partie de la commission scientifique composée de cinq jeunes savants chargée de mettre ce projet sur pied.

De 1896 à 1897, il perfectionnera ses connaissances scientifiques dans le station de zoologie maritime de Naples et l'Institut sismologique.

De 1894 à 1896, il fit plusieurs voyages au Congo belge et donne des conférences sur le projet d'expédition en Antarctique. Il découvre la richesse poissonneuse des côtes sahariennes et réunit des collections malacologiques et ornithologiques qui seront déposées à l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique.

Le conflit avec Adrien de Gerlache de Gomery[modifier | modifier le code]

Il a préparé avec Adrien de Gerlache de Gomery l'expédition antarctique belge, mais celui-ci, craignant d'être supplanté[2] dans la direction de cette expédition par le Docteur Tacquin dont les connaissances variées dans les sciences de la nature et dans l'art de la navigation auraient tôt fait de le mettre au premier plan, se débarrasse de lui sous un prétexte fallacieux, accusant cet homme sobre d'être un ivrogne.

Actuellement encore, Charles-Emmanuel Schelfout[3] dans sa biographie reprend les accusations non fondées de Gerlache à l'encontre du docteur Tacquin; il y reprend également comme argent comptant les propos que tenait Adrien de Gerlache contre les éminents savants membres de la Société royale belge de géographie, alors que cette société avait organisé une souscription en 1896 en faveur de l'expédition de Gerlache. Gerlache écrivant même au sujet du grand savant Jean Du Fief (1829-1908) "Du Fief était un fieffé coquin.." [4].

La poursuite de sa carrière de découvreur[modifier | modifier le code]

Tacquin ne baisse pas les bras et il entreprend d'explorer la région de Tenerife dans les années 1900-1903, et découvre d'immenses bancs de poissons qu'il signale au roi Léopold II de Belgique.

Durant la guerre de 14-18, il devient médecin de la Cour et installe un dispensaire en plein Palais Royal à Bruxelles.

Il s'installe ensuite définitivement au Maroc où il meurt (à Safi) le .

Le photographe[modifier | modifier le code]

Collections, expositions[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Battaille et Françoise Soubre furent parents de Marguerite Marie Charlotte Battaille, née à Liège le 30 août 1881, qui épousa à Liège (Ougrée), le 14 mars 1900, Alfred Charles Hubert Jules Janssen, ingénieur, né à Cologne le 11 octobre 1864. Qui habitaient Les Effâts à Vielsalm. Dont : a) Maurice Raymond Hubert Albert Janssen né à Ougrée (Liège), le 21 décembre 1900 et b) Pierre (Pierrot) Georges Henri Hubert Janssen né à Liège le 26 décembre 1908.
  2. Claude Scarnière, "Le docteur Tacquin", dans: Le Lothier roman, 1/2005, p. 20: « J'avais l'équipage avec moi et la Société royale de géographie...Ce Gerlache, pas encore "baron" craignait pour sa position dominante et que je la lui enlève pendant l'expédition. Je ne désirais qu'une chose: utiliser ma formation de médecin, d'accord, mais également celle de zoologiste et d'océanographe. »
  3. Charles Emmanuel Schelfhout, Les Gerlache. Trois générations d'explorateurs polaires, Aix-en-Provence-Sint-Martens-Latem, Éditions de la Dyle, Gand, 1996, pp. 54 et 55.
  4. Schelfhout, ibidem, p. 31

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Scarnière, Claude, « Le docteur Tacquin », dans Le Lothier roman, Revue d'histoire publiée par le Cercle d'histoire et d'archéologie du Pays de Genappe, Genappe, n°1, 2005, p. 1 à 73.
  • Charles Emmanuel Schelfhout, Les Gerlache. Trois générations d'explorateurs polaires, Aix-en-Provence-Sint-Martens-Latem, Éditions de la Dyle, Gand, 1996, pp. 54-55 (où l'auteur reprend sans esprit critique les accusations calomnieuses de Gerlache à l'encontre du docteur Tacquin).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]