Antoine Rivoulon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Antoine Rivoulon
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Maître
Distinctions
Médaille de 3e classe au Salon de 1846

Antoine Rivoulon, né le à Cusset (Allier)[1] et mort le dans le 14e arrondissement de Paris[2], est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première opération de la pierre faite en présence du roi Louis XI par Germain Colot au cimetière Saint-Séverin, janvier 1474, dessin[3],[4].

Natif de Cusset dans l'Allier, Antoine Rivoulon grandit à Paris où ses parents, un couple de cordonniers, ont déménagé en 1816.

Sa formation débute par la lithographie et la sculpture, puis se poursuit par la peinture qu'il étudie dans l’atelier de François-Édouard Picot. Rivoulon peint jusqu’à la fin des années 1840 des compositions à thèmes historiques et religieuses et, à partir de 1837, il reçoit diverses commandes d'État. Lejury lui décerne une médaille de 3e classe au Salon de peinture de 1846 pour ses Litanies de la Très Sainte Vierge, puis deux rappels en 1857 et 1859 pour des Scènes de la guerre de Crimée.

Personnage éclectique à l'image de son siècle et unanimement reconnu comme un artiste renommé, il se suicide en 1864 :

« M. Rivoulon s’est empoisonné avec du laudanum. On ignore le motif réel de sa funeste détermination. Cet artiste d’un talent plus estimable que brillant vivait dans l’aisance ; il avait épousé en secondes noces une jeune veuve, Émilie Sisley, sœur aînée du peintre impressionniste, qu’il aimait beaucoup. Il était doué d’un caractère gai et railleur. Il avait une grande confiance en son talent et n’enviait les succès de personne. Tout porte à croire que son suicide n’a eu d’autre cause qu’une atteinte subite d’aliénation mentale. »

— (Nécrologie)[réf. nécessaire]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
Au Royaume-Uni

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de l'Allier, état-civil numérisé de la commune de Cusset, N 1800-1812, acte de naissance no 11 de l'année 1810, vue 340/418 de la numérisation. L'enfant est fils d'Antoine Rivoulon, cordonnier de 26 ans, et Jeanne Devau.
  2. Archives de Paris, état-civil numérisé du 14e arrondissement de Paris, registre des décès de l'année 1864, acte no 750 du 24 mars (vue 7/13 de la numérisation). L'artiste est mort la veille, à 5 heures du soir, à son domicile situé au no 10 du boulevard d'Enfer.
  3. Description et commentaire du dessin sur catalogue.wellcomelibrary.org.
  4. Notice de la lithographie correspondante, avec le titre, sur catalogue.wellcomelibrary.org.
  5. « L'Attaque du pont de Traktir », notice no 000PE029498, base Joconde, ministère français de la Culture.
  6. L'église Saint-Hilaire de Givet, notice sur le site culture.gouv.fr
  7. « La Bataille de l'Alma », notice no 000PE006497, base Joconde, ministère français de la Culture.
  8. « Campagne de Crimée, Le Siège de Sébastopol », notice no M0352003204, base Joconde, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • D.L.F., « Rivoulon, 14 février au 14 mai 1864 », La petite revue, deuxième trimestre, Paris, Librairie Richelieu, René Pincetourde éditeur, 16 avril 1864, p. 145-146.
  • J. Auber, « Antoine Rivoulon. Reddition du château neuf de Randon ou La Mort de Du Guesclin », in Trésors secrets des Côtes-d’Armor, mille ans d’art et d’histoire, [catalogue de l'exposition], château de la Roche-Jagu, 1er juillet-31 octobre 1991, p. 188-189.
  • Thierry Zimmer, « Antoine Rivoulon », in Autour de Delacroix. La peinture religieuse en Bretagne au XIXe siècle, [catalogue de l'exposition], musée de la Cohue-Vannes, 28 mai-31 décembre 1993, Vannes, 1993, p. 124-125.
  • Thierry Zimmer, « Antoine Rivoulon », in La légende de saint Martin au XIXe siècle, [catalogue de l'exposition], Paris, musée des Beaux-Arts de Tours, 1997, p. 59-60.
  • Thierry Zimmer, « Antoine Rivoulon », in Les saints combattant les démons. Autour de quelques peintures et sculptures des églises de l’Allier, [catalogue de l'exposition], Conseil général de l’Allier-Moulins, Moulins, 1997, p.  34.
  • Philippe Gioux, d’après une entrevue avec Thierry Zimmer, « Peinture du XIXe siècle. Antoine Rivoulon, un “Nazaréen” pas comme les autres », La Montagne-Centre-France, 23 mars 1999, p.  3.
  • Thierry Zimmer, Antoine Rivoulon (1810-1864) : une carrière de peintre au XIXe siècle, [biographie et catalogue raisonné], 2008, 300 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]