Antoine Cardon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cardon (homonymie).
Antoine Cardon
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Lieux de travail
Enfants
Antoine Cardon (en)
Philippe CardonVoir et modifier les données sur Wikidata

Antoine Alexandre Joseph Cardon dit Cardon le Vieux (1739-1822), est un peintre et graveur bruxellois. Il devint, au gré des changements de souveraineté et des régimes politiques, un artiste reconnu pour son talent.


Formation[modifier | modifier le code]

Antoine Alexandre Joseph Cardon est né le 7 décembre 1739 à Bruxelles (Pays-Bas autrichiens)[1]. Il a longtemps habité à Bruxelles rue du Persil, près de la place Saint-Michel (actuelle place des Martyrs).

Dans cette ville, il est l'élève de Hyacinthe de La Pegna, peintre de l'impératrice Marie-Thérèse ; il suit durant une année son maître jusqu'à Vienne. Grâce à la protection de Charles de Cobenzl, ministre plénipotentiaire de Marie-Thérèse à Bruxelles, il devint pensionnaire du gouvernement et séjourna à Rome, durant trois années ; il se perfectionne à l'art de peindre et s'initie à la gravure (burin, eau forte)[1]. Puis, il se rend à Naples et là se concentre entièrement sur la gravure, produisant sur place en 1764, des Vues de Naples et de ses environs d'après Giuseppe Bracci, donnant lieu à un album composé de 29 planches, puis une nouvelle série, cette fois d'après Gabriele Ricciardelli[2]. Toujours à Naples, il produit ensuite les illustrations gravées pour les quatre volumes des Antiquités étrusques, grecques et romaines (1766-1767) de d'Hancarville[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Rappelé en 1768 à Bruxelles par Cobenzl pour un ouvrage qui ne vit jamais le jour, il est nommé professeur à l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles et fait en cette ville une brillante carrière de peintre, portraitiste et surtout de graveur (frontispices, vignettes, illustrations destinés à des ouvrages).

Il figure en 1803 parmi les membres fondateurs de la Société de peinture, sculpture et architecture de Bruxelles, dont il fut le trésorier.

En 1810, il fonde à Bruxelles, avec Antoine Brice, une association d'artistes et d'amateurs d'art.

En 1815, le roi Guillaume II des Pays-Bas le nomme membre de l'Institut royal des Pays-Bas : à cette époque, il arrête le burin de fait de son grand âge[1].

Il est un membre très enthousiaste de la franc-maçonnerie, qui avait alors un immense succès dans la haute société des Pays-Bas autrichiens, et son nom figure parmi les premiers initiés de la loge de l'Union (troisième loge de Bruxelles, n° 9, inscrit aux tableaux de 1783 et de 1786). Il grave de nombreux diplômes et emblèmes destinés à la maçonnerie.

Antoine Cardon est le père du dessinateur Philippe Cardon et du graveur Anthony Cardon (en) dit « Cardon le Jeune » (1772-1813) qui s'établit en Angleterre en 1793 et mourut à Londres.

Œuvre gravé[modifier | modifier le code]

Ponti Rossi [Naples], d'après Bracci, double-feuille.
Gravure d'Antoine Cardon d'après le dessin (1792) d'Antoine Brice, Consolation de la Monarchie Autrichienne sur la mort de l'Empereur Léopold II.
  • portrait de George, prince de Galles (1764)
  • planches de cartographie d'après des tracés de G. Bracci (Naples).
  • quatre planches en double-feuille des vues de Naples d'après Ricciardelli, dédiées au duc de Cobenzl (1765-1766).
  • planches pour le livre de d'Hancarville concernant les antiquités du cabinet William Hamilton (1731-1803) à Naples (1767).
  • planches gravées d'après Antoine Watteau (1769, collection du duc d'Arenberg) dont la Signature du contrat de mariage au village.
  • Recueil des figures de neiges élevées en janvier 1772 dans la ville d'Anvers par de jeunes artistes de l'Académie.
  • Jeune Pèlerin, planche d'après Philips Wouwerman.
  • Paysage avec bestiaux, d'après Nicolaes Berchem.
  • Vue d'une campagne de Flandre, d'après Rubens.
  • portrait en pied de Joseph II (1787) gravé d'après Guillaume Herreyns.
  • gravure d'après Antoine Brice, Consolation de la Monarchie autrichienne sur la mort de l'empereur Léopold Ier (après 1792).
  • portrait de P.-P. Rubens.
  • portrait du général Vander Meersck.
  • portrait de l'archiduc Charles d'Autriche.
  • portrait du prince de Ligne d'après Charles Emmanuel Leclercq.
  • portrait gravé du musicien Ignace Vitzthumb[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d [PDF] « Cardon, Antoine » par Edmond De Busscher, in: Biographie Nationale de Belgique, volume 3, 1872, p. 310-311en ligne
  2. (it) « Le quattro vedute di Napoli realizzate dall’incisore belga Antoine Alexandre Joseph Cardon (1739 - 1822), tratte da dipinti di Gabriele Ricciarelli », quatre estampes analysées sur marcianoarte.it.
  3. Portrait du musicien Ignace Vitzthumb gravé par Cardon., sur Commons.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :