Anne Lauber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lauber.
Anne Lauber
Description de cette image, également commentée ci-après

Anne Lauber en 2015

Naissance
Zurich (Drapeau de la Suisse Suisse)
Activité principale Compositrice
Collaborations Orquesta Sinfonica del Estado de Mexico, Seoul Songpa National Philharmonic
Formation Conservatoire de Lausanne, Université de Montréal
Maîtres András Kovács, Jean Perrin, Darius Milhaud, André Prévost, Serge Garant, Jacques Clément, Dina Gilbert
Enseignement Université de Montréal, Université du Québec à Montréal, Université Concordia, Université du Québec à Trois-Rivières
Récompenses Most Distinguished du World Music Competition IBLA Grand Prize 2011
Site internet annelauber.com


Anne Lauber est une compositrice, professeure de musique et cheffe d'orchestre canadienne née à Zurich en Suisse le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle commence l’étude de la musique à l’âge de 10 ans avec des cours privés de piano et de violon à domicile. Puis décidée à faire une carrière musicale malgré l’opposition de ses parents, elle quitte le domicile familial et, grâce à une bourse de l'Association des musiciens suisses, entre au Conservatoire de Lausanne dès sa majorité obtenue. Elle étudie la composition et les matières théoriques, sous la direction d’András Kovács, un élève de Zoltán Kodály et obtient son certificat en 1967. Elle a également perfectionné sa technique en piano avec Jean Perrin et la composition avec le compositeur bien connu Darius Milhaud.

Arrivée à Montréal le 30 octobre 1967, elle obtient la nationalité canadienne en 1972 tout en conservant la nationalité suisse. De 1974 à 1978 elle suit des cours privés avec André Prévost[2]. Elle étudie ensuite à l’Université de Montréal avec Serge Garant et obtient un maîtrise en composition en 1982 et un doctorat en 1986. Elle s’intéresse également à la direction d’orchestre et prend des cours avec le chef Jacques Clément pour se préparer à l’enregistrement de la musique du film L'Affaire Coffin et en 2012 avec Dina Gilbert avant son concert avec l’Orchestre symphonique de l’État de Mexico.

Elle reçoit plusieurs subventions du Conseil des Arts du Canada, du Ministère des Affaires culturelles du Québec, de la Société Radio-Canada et de l'Association des musiciens suisses. L'Orchestre symphonique de Québec, l'Orchestre symphonique de Toronto, le Concours de musique du Canada et d'autres organismes lui ont commandé des œuvres. Ses pièces ont été jouées par plusieurs orchestres au Québec [3],[4], ailleurs au Canada ainsi qu'en Europe, en Argentine, en Afrique du Sud, au Japon, en Corée[5], et au Mexique. Elle a reçu la mention Most Distinguished du World Music Competition IBLA Grand Prize 2011 pour la pièce Nicolodi concerto. Elle a enseigné à l'Université de Montréal, à l'Université du Québec à Montréal durant 25 ans, à l'Université Concordia et à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Elle est membre de la Ligue canadienne des compositeurs et a été vice-présidente du Centre de musique canadienne (Montréal) de 1985 à 1987 et présidente de 1987 à 1992[6].

Son fils Tristan Lauber, pianiste, détient un doctorat en musique de l’Université de Montréal et a participé à la création de son 2e concerto pour piano.


Interprète[modifier | modifier le code]

Anne Lauber dirigeant l'orchestre symphonique national (Mexique)

Cheffe d'orchestre invitée[modifier | modifier le code]

Cheffe titulaire[modifier | modifier le code]

  • 1989-91 : Orchestre des jeunes de ville d'Anjou[7]
  • Depuis 2010 : Orchestre à cordes de Sutton[8]

Liste de ses compositions[modifier | modifier le code]

Toutes les compositions sont disponibles sous forme de partitions ou d'enregistrements au Centre de musique canadienne[9].

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Divertimento (1970)
  • Concerto pour orchestre à cordes (1976)
  • Poème pour une métamorphose (1978)
  • Osmose (1980)
  • Colin-Maillard (1982)
  • Ouverture canadienne (1989)
  • Circus (1999)

Soliste et orchestre[modifier | modifier le code]

  • L'Affaire Coffin, film (1979); Orchestre civique des jeunes de Montréal, Anne Lauber, chef d'orchestre
  • Fantaisie sur un thème connu (1980)
  • Valse concertante (1981 et rév. 1983)
  • Concerto (1983), quatuor à cordes
  • Concerto (1986), violon
  • Concerto « Three Moods for Doublebass » (1988)
  • Serenata Espania (pour guitare et orchestre) (1998)
  • Concerto pour piano no 1 (1988)
  • Concerto pour piano no 2 (2001)
  • Concerto pour piano no 3 (Nicolosi concerto) (2012)
  • Concerto pour violon no 2 (2007)
  • Arirang concerto (2014)

Chœur et orchestre[modifier | modifier le code]

  • Cantate 3 (1996), une œuvre qui réunit les 3 grandes religions monothéistes : juive, chrétienne et musulmane[10]
  • Requiem (1989)
  • Jesus Christus (Oratorio 1984)

Chœur et petit ensemble[modifier | modifier le code]

  • Chants liturgiques (1998)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Au-delà du mur du son / Beyond the Sound Barrier, conte symphonique (P. Tardif-Delorme) (1983)

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Mouvement pour alto et piano (1979)
  • Mouvement pour violoncelle et piano (1980)
  • Intermezzi pour contrebasse (ou violoncelle) et piano (1987) (il existe une version pour orchestre)
  • Piano quartet (1988)
  • Suite pour quatuor à cordes (1991)
  • Arabesque pour guitare solo
  • Portrait d'un musicien (hommage à Prokoviev 1991) quatuor à cordes

Clavier[modifier | modifier le code]

  • Cinq pièces pour orgue (1978)
  • Le Petit prince (1979)
  • Monologue (1980)
  • Scherzo (1989)
  • Mini cirque (pour piano 2 et 4 mains (2000) (il existe une version pour orchestre)
  • Variations pour enfants sages (piano solo pour jeunes élèves)

Chœur ou voix[modifier | modifier le code]

  • Trois poèmes de Monika (M. Mérinat) (1976)
  • Quatre mélodies (Saint-Denys Garneau) (1979)
  • Contrastes (Lauber) (1980)
  • La joue de la poupée (M. Mérinat) (1982)
  • Jesus Christus, oratorio (B. Lacroix) (1984)
  • Requiem (1989)

Voix et piano[modifier | modifier le code]

  • Petite suite pour une grande catastrophe (2000) (pour mezzo soprano et piano)

Conte symphonique (plutôt que théâtre)[modifier | modifier le code]

  • Au-delà du mur du son (1983) (narrateur et orchestre)

Pour jeune public et concert famille[modifier | modifier le code]

  • Circus et Mini-cirque (version orchestrale)

Musique de film[modifier | modifier le code]

Œuvres sur disques[modifier | modifier le code]

  • L'Affaire Coffin : Orchestre civique de Montréal, dir. Anne Lauber, Françoise Gélinas, piano (SNE 503)
  • Le petit prince : Françoise Gélinas, piano, Tristan Lauber, narrateur (SNE 503)
  • Au-delà du mur du son : Orchestre des jeunes de Montréal, dir. Michel Tabachnik (SNE 527)
  • Fantaisie sur un thème connu : Orchestre des jeunes de Montréal, Tristan Lauber, piano (SNE 527)


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mireille Gagné et Evan Ware, « Lauber, Anne », sur encyclopediecanadienne.ca,‎ (consulté le 13 avril 2016)
  2. « Composer wrote music for Expo 67 », The Globe and Mail (Canada),‎
  3. « Création mondiale du Concerto pour violon no 2 d'Anne Lauber à Trois-Rivières », sur lapresse.ca (consulté le 14 avril 2016)
  4. « Le pianiste italien Francesco Nicolosi crée le 3e Concerto de la québécoise Anne Lauber avec l'Orchestre symphonique de Longueuil », sur lapresse.ca (consulté le 14 avril 2016)
  5. « Salle comble à Séoul pour la mæstro Anne Lauber », sur journalleguide.com (consulté le 18 avril 2016)
  6. « Anne Lauber: Biographie », sur centremusique.ca (consulté le 13 avril 2016)
  7. « Direction avec les orchestres de jeunes de Montréal, Anjou et Sherbrooke », sur encyclopediecanadienne.ca (consulté le 22 avril 2016)
  8. « Calendrier culturel : L'ensemble Cordes-à-vent », sur carrementculture.ca (consulté le 20 avril 2016)
  9. « Anne Lauber : Catalogue complet », sur centremusique.ca (consulté le 20 avril 2016)
  10. « Création de Cantate 3 à la salle Pierre-Mercure », sur journal.uqam.ca (consulté le 18 avril 2016)


Liens externes[modifier | modifier le code]