André Essel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Andre Essel)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
André Essel
André Essel.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

André Essel, né le à Toulouse et mort le , à Paris, est un homme politique, résistant et entrepreneur français, connu pour avoir fondé la Fnac avec Max Théret.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Essel adhère en 1935 aux Jeunesses socialistes (JS) et est exclu du mouvement socialiste avec les membres de sa tendance, jugée proche du trotskysme, cette même année. Il rejoint alors les jeunesses socialistes révolutionnaires, dont il devient un des cadres dirigeants. Pendant l'Occupation, il milite au sein du mouvement des Auberges de jeunesse, dans la zone sud, utilisant comme d'autres, ce réseau pour diffuser des documents issus de la résistance trotskiste.

En 1943, il échappe de peu à l'arrestation, et rejoint Paris où il siège à la direction du Parti communiste internationaliste (PCI, trotskyste).

Sous les conseils d'Yvan Craipeau, il retourne, à la Libération, aux Jeunesses socialistes (JS) et devient, en 1946, secrétaire national de cette organisation.

L'année suivante, la totalité du bureau des JS est exclu de l'organisation pour s'être opposée à la politique menée par le gouvernement soutenu par la SFIO, et notamment la répression de la grève aux usines Renault. Il adhère à l'Action socialiste et révolutionnaire (ASR) puis participe au Rassemblement démocratique révolutionnaire (RDR)

À la suite de la dissolution du RDR, il rejoint les neutralistes de Claude Bourdet, et se présente aux législatives de 1951 sur les listes du Centre d'action des gauches indépendantes (CAGI).

Il cesse alors toute activité politique.

Il fonde la Fnac en 1954, avec Max Théret[1],[2]. Pour lui, il s'agit d'une nouvelle approche de l'amélioration du sort des travailleurs, fondée non sur l'augmentation des salaires, mais sur la baisse des prix. Il est président directeur général de l'entreprise jusqu'à son départ en 1983.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Je voulais changer le monde : mémoires. - Stock, 1985.
    • Nouvelle édition suivie d'entretiens avec Perle Scemla en 2001 chez Mémoire du livre. - (ISBN 2-913867-29-4)

Voir Notice André Essel et Max Théret, Dictionnaire historique des patrons, Flammarion, 2011. Vincent Chabault, la FNAC, entre commerce et culture, Paris, PUF, 2010.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Max Théret, le fondateur de la Fnac, est décédé », sur leparisien.fr, 2009-02-25cet10:12:00+01:00 (consulté le 17 mai 2019)
  2. « Max Théret, le fondateur de la Fnac, est décédé », sur lsa-conso.fr (consulté le 17 mai 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]