André Kim Taegon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint André Kim
Image illustrative de l'article André Kim Taegon
Saint, martyr
Naissance en 1821
Décès en 1846  (25 ans)
Corée
Nationalité Drapeau de Corée coréenne
Canonisation le  Séoul
par Jean-Paul II
Vénéré par Église catholique
Fête 20 septembre

Saint André Kim Taegon, né en 1821 et mort (exécuté) en 1846, est un prêtre catholique coréen. Premier coréen à être ordonné prêtre, il est mort pour la foi durant les années de persécutions du XIXe siècle qui frappèrent les catholiques de son pays (de 1839 à 1867).

Andre Kim est canonisé le 6 mai 1984, en compagnie d'un large groupe de catholiques, prêtres et laïcs (parmi lesquels son père), français et coréens. La cérémonie a lieu à Séoul même, lors de la visite pastorale de Jean-Paul II en Corée. Avec les autres martyrs coréens de la même époque il est liturgiquement commémoré le 20 septembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kim Taegon (ou Tae-gon) est d'une famille de yangban ; son père Ignace Kim Che-jun (saint Ignace Kim) et sa mère se sont convertis au christianisme, son père est martyrisé en 1839 et sera canonisé en 1984, en même temps que son fils[1].

Kim Taegon a été baptisé à 15 ans par le père Pierre Maubant, membre des Missions étrangères de Paris et prend alors le nom d'André. Il étudie ensuite au séminaire de Macao, alors comptoir colonial portugais en bordure de la Chine. Au bout de neuf ans, il y est ordonné prêtre (1845) par l'évêque français Jean Joseph Ferréol[2].

Malgré les dangers qu'il sait courir André Kim rentre dans son pays pour y soutenir religieusement et pastoralement les catholiques fortement éprouvés par des années de persécution[3]. Sous la dynastie Joseon, beaucoup d'entre eux perdent la vie en raison de leur foi chrétienne.

Comprenant bien la mentalité locale, il a un apostolat fructueux. En 1846, Mgr Ferréol lui demande de faire parvenir des lettres en Europe via l'évêque de Pékin. Mais lors de sa monté sur un bateau chinois, il est accidentellement découvert et arrêté. Interrogé par le mandarin, il est condamné à la prison. Étant de famille noble, le gouverneur lui demande de renoncer à son Dieu, mais lui refuse d'apostasier, malgré la torture[2].

Après avoir été torturé, il est décapité en 1846, à l'âge de 25 ans, il est le mieux connu parmi les Martyrs de Corée[4]. Aussi le groupe est-il généralement appelé « saint André Kim et ses compagnons »[5], canonisés le par le pape Jean-Paul II. Ils sont fêtés le 20 septembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Saint André Kim Taegon et ses compagnons, martyrs en Corée, 1839-1867 (19ème s.) », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 7 septembre 2017).
  2. a et b (it) Antonio Borrelli ed Emilia Flocchini, « Santi Martiri Coreani (Andrea Kim Taegon, Paolo Chong Hasang e 101 compagni) », sur Santi e Beati, santiebeati.it, (consulté le 7 septembre 2017).
  3. « La messe, Saints André Kim, Paul Chong et leurs compagnons », Magnificat, no 238,‎ , p. 271.
  4. « Saint André Kim Taegon », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 7 septembre 2017).
  5. Benoît XVI l'invoque sous ce nom, voir sa lettre au président de la Corée, évoquant les souffrances des coréens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]