André Duparque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Duparque
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
LilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maître
Distinction

André Duparque, né en à Lille et mort en dans la même ville, est un professeur de géologie houillère de l'université de Lille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient une licence en droit avant la première guerre mondiale et bifurque vers les Sciences de la Terre avec une licence de Sciences Naturelles en 1920. Il soutient sa thèse intitulée Structure microscopique des charbons du bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais en janvier 1934[1].

Il commence sa carrière en étudiant la genèse des charbons à la Faculté des sciences de Lille dans le laboratoire de Charles Barrois. Il est maître de conférences en 1932, puis professeur de géologie à partir de 1937. Durant la seconde guerre mondiale, André Duparque rejoint ses frères dans le département de la Dordogne, il en revient affaibli et meurtri. En 1950, il remplace Pierre Pruvost sur la chaire de géologie et minéralogie et à la direction de l'Institut de la Houille et du musée de géologie de Lille[2].

Dès 1923, Charles Barrois acquit du matériel de métallographie, conçu par Henri Le Chatelier, permettant d'observer les structures microscopiques de métaux et minéraux. Après de nombreuses tentatives, André Duparque met en place un polissage par auto-usure permettant d'obtenir des échantillons observables au microscope. Il peut ensuite décrire les structures authentiques des charbons. Ces données lui permettent de comprendre le mécanisme de dépôt et de transformations du charbon au cours des temps géologiques. Il a distingué deux types de charbon : les houilles ligno-cellulosiques et celles de cutine.

Ses travaux ont permis de comprendre la genèse du charbon, la rédaction d'une centaine de publications et ont apporté des solutions pratiques pour la mise en valeur des charbons et de leurs sous-produits[3].

Il est le président de la Société géologique du Nord en 1935 et est chevalier de la légion d'honneur en 1954[4].

Il reçoit le prix Henri Wilde de l'Académie des sciences en 1934 pour son travail de thèse et devient membre correspondant de l'Académie des sciences en 1957[5].

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • 1927 La Nature de la houille relevée par le microscope métallographique, Lille, impr. de L. Danel, Société des Sciences et des Arts de Lille, 28 pages[6]
  • 1933 Structure microscopique des charbons du bassin houiller du Nord et du Pas-de-Calais, Thèses présentées à la Faculté des sciences de l'Université de Lille pour obtenir le grade de docteur ès sciences naturelles Lille : Impr. centrale du Nord, Mémoires de la Société géologique du Nord, 756 pages[7]

Beaucoup de ses travaux sont conservés aux archives nationales du monde du travail[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Thiébault, « La Géologie à la Faculté des Sciences de Lille de 1857 à 1970 (biographie page 19) »
  2. Thierry Oudoire, Jessie Cuvelier, José D'andrea, Clémentine Koch, André Dhainaut, « Le Département de géologie du Musée d’Histoire Naturelle de Lille, des collections à l’image de l’histoire géologique régionale », Mémoires de la société géologique du Nord N° 17,‎ , p. 175 à 183. (lire en ligne)
  3. Pierre Pruvost, « Notice nécrologique sur A. Duparque », Comptes rendus de l'Académie des sciences (CRAS) 250,‎ 1960,, p. 4238-4240 (lire en ligne)
  4. Charles Delattre et Pierre Pruvost, « L'oeuvre d'Andre Duparque (1892-1960) », Bulletin de la Société Géologique de France S7-III,‎ , p. 362–369 (lire en ligne)
  5. Académie des Sciences, « Fiche personnelle - Comité des travaux historiques et scientifiques »
  6. « Notice BNF »
  7. « lire en ligne »
  8. « Auteur : André Duparque dans la bibliothèque des Archives nationales du monde du travail »

Liens externes[modifier | modifier le code]