Aller au contenu

André Blaise Essama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Blaise Essama
Essama à Douala en 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (48 ans)
Nationalité
Activités

André Blaise Essama, surnommé « le combattant »[1], né le est un activiste camerounais connu pour avoir été emprisonné à la suite de la destruction de statues et monuments des figures coloniales[2] au Cameroun[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance, éducation et débuts[modifier | modifier le code]

Militantisme[modifier | modifier le code]

André Blaise Essama a décapité la statue du général Leclerc plusieurs fois[4], décrivant ce dernier comme un « chef de guerre », venu « prendre de force » des Camerounais pour les enrôler dans les troupes françaises. Il souhaite que les statues de figures de la colonisation française soient remplacées par des héros nationaux et africains tels que Ruben Um Nyobè, Rudolf Douala Manga Bell, Martin-Paul Samba, Thomas Sankara ou encore Sekou Touré. Il crée en 2015 le mouvement Hoo Haa qui regroupe des sculpteurs bénévoles afin de construire de nouvelles statues[5].

Ses activités militantes l'ont conduit à faire de la prison pour trouble à l'ordre public[6],[7]. En juillet 2020, il explique avoir été arrêté au moins 78 fois en 17 ans de militantisme. Il a parfois passé jusqu’à six mois en prison et a été sommé de payer plusieurs millions de francs CFA d’amendes (plusieurs milliers d’euros), mais bénéficie du soutien d'un réseau de sympathisants[5]. Il s'oppose également au gouvernement de Paul Biya, qu'il perçoit comme étant « un personnage postcolonial. Il est l’incarnation même de la Françafrique »[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cameroun : « Le combat contre le colon ne sera jamais doux » – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  2. « André Blaise Essama : Coupeur de têtes de héros coloniaux – -**Le Quotidien Le Jour**- » (consulté le )
  3. Par Dickens Olewe, « L'homme qui décapite les statues coloniales françaises », BBC News Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « André Blaise Essama : l'activiste qui abat les statues françaises au Cameroun », sur La Nouvelle Tribune, (consulté le )
  5. a b et c « André Blaise Essama, l’homme qui veut débarrasser le Cameroun de ses vestiges coloniaux », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  6. « Cameroon-Info.Net:: Cameroun - Douala: L’activiste André Blaise Essama libéré après une semaine de détention à la Police judiciaire pour «trouble à l’ordre public» », sur www.cameroon-info.net (consulté le )
  7. recevez nos alertes infos, « Cameroun/André Blaise Essama : « Paul Biya n'a jamais dit d'inquiéter les gens pour leurs opinions politiques » », sur Actu Cameroun, (consulté le )