Amos Sawyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sawyer.
Amos Sawyer
Illustration.
Fonctions
Président du gouvernement d'unité nationale de la République du Liberia
(chef de l'État)

(2 ans, 8 mois et 17 jours)
Prédécesseur Samuel Doe
(président de la République)
Successeur Bismarck Kuyon
(président du Conseil d'État)
Biographie
Nom de naissance Amos Claudius Sawyer
Date de naissance (73 ans)
Nationalité libérienne
Parti politique NDPL
Profession militaire

Amos Sawyer
Chefs d'État libériens

Amos Sawyer, né le , a été président du gouvernement intérimaire d’union nationale du Libéria.

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir été capturé par les troupes de Yormie Johnson, l'ancien président libérien Samuel Doe meurt sous la torture : les oreilles et les doigts coupés, il est exécuté d'une balle dans la tête. Son corps est ensuite exposé nu dans les rues de Monrovia.

Une vidéo est filmée dont les images choquent la communauté internationale ; elle est diffusée pendant quelques années dans les pays d'Afrique de l'Ouest. Elle montre notamment Johnson buvant une bière pendant que l'on arrache une oreille à Doe.

Le 22 novembre 1990, Amos Sawyer est assermenté président intérimaire du Liberia, comblant ainsi le poste laissé vacant depuis deux mois.

Les méthodes autoritaires et répressives du président Doe, qui exerce le pouvoir depuis 1980, créent de vives tensions entre les différents groupes ethniques du pays. La situation dégénère en guerre civile lorsque deux groupes de rebelles sont créés. Charles Taylor dirige le NPLF alors que le Prince Yormic Johnson commande un front indépendant. Le 23 juillet 1990, les troupes de Johnson prennent le contrôle de la capitale Monrovia. La communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (ECOWAS) envoie alors une force de maintien de la paix de 4 000 hommes qui est déployée le 24 août 1990.

Le 9 septembre 1990, le président Samuel Doe se rend aux quartiers généraux de la force multinationale de maintien de la paix. Des affrontements éclatent entre la force africaine et des fidèles de Johnson. Suite à ce combat, le président Doe sera fait prisonnier par les troupes de Prince Johnson et torturé, avant d'être exécuté par balle. La mort du président n'arrête cependant pas David Nimley, le brigadier général qui dirige les troupes gouvernementales, de poursuivre les combats. Après une courte trêve conclue à la fin septembre, la guerre civile reprend en octobre. Tour à tour, Taylor, Johnson, Nimley et Amos Sawyer, le chef du gouvernement d'unité nationale intérimaire en exil à Banjul, se proclameront président. Le 22 novembre 1990, Amos Sawyer sera reconnu par l'ECOWAS et assermenté président afin d'établir un gouvernement intérimaire[1].

En 2011, il reçoit le Prix Gusi de la Paix, catégorie « Sens politique ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]