Amblyomma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amblyomma
Description de cette image, également commentée ci-après
Classification
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Sous-classe Acari
Super-ordre Parasitiformes
Ordre Ixodida
Famille Ixodidae

Genre

Amblyomma
C. L. Koch, 1844

Synonymes

  • Haemalastor C. L. Koch, 1844
  • Aponomma Neuman, 1899
  • Amerindia Dias, 1963
  • Anastosiella Dias, 1963
  • Brasiliana Dias, 1963
  • Cernyonuna Dias, 1963
  • Fifippovania Dias, 1963
  • Hoogstraalia Santos Dias, 1963
  • Theileriana Dias, 1963
  • Walkeriana Dias, 1963
  • Macintosheilla Santos Dias, 1969
  • Keiransiella Dias, 1993
  • Koloninum Dias, 1993

Amblyomma est un genre de tiques de la famille des Ixodidae, les « tiques dures ».

Dans beaucoup de régions du monde les populations de certaines tiques semblent en augmentation, de même que les maladies qu'elles peuvent transmettre.

Distribution[modifier | modifier le code]

Ce genre est le troisième plus grand dans la famille des Ixodidae, principalement présente dans les zones chaudes de tous les continents, avec quelques espèces cependant adaptées aux zones froides. Le centre de diversité de ces espèces est situé sur le continent américain, où l'on trouve la moitié de toutes les espèces connues de ce genre. Sur ce continent, les espèces du genre Amblyomma est présent bien au-delà des climats arides ou chaud, du 40e parallèle dans l'hémisphère Nord, au 50e parallèle de l'hémisphère sud, et certaines vivent en altitude dans la zone alpine des Andes[1].

Description[modifier | modifier le code]

Amblyomma cajennense (en microscopie optique)
Amblyomma ovale (sur un chien)
Amblyomma marmoreum, dessin naturaliste

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

Certaines de ces tiques sont des vecteurs biologiques de maladies graves, dont par exemple

Une même tique peut injecter plusieurs pathogènes et plusieurs variants d'un même pathogène. On parle alors de co-infection

Perception des hôtes et de l'environnement[modifier | modifier le code]

Toutes les tiques se montrent capables de repérer leur hôtes, au moyen d'organes des sens spécialisés, dont l'organe de Haller, situé sur le 1er tarse de la tique[2].

Ainsi Amblyomma variegatum peut détecter de faibles augmentation de taux de CO2 dans l'air[3], mais aussi d'hydrogène sulfuré (H2S) ou d'aldéhydes (hexanal, nonanal, benzaldéhyde…) émises par l'haleine humaine ou d'autres vertébrés[4].

Amblyomma fossiles[modifier | modifier le code]

Une tique fossile du genre Amblyomma[Note 1], longue de 2,5 millimètres, a été décrite dans de l'ambre de la République dominicaine en 2017 par George Poinar[5]. L'âge de l'ambre dominicain n'est pas clairement établi. Les sédiments qui le contiennent sont datés entre environ 45 et 15 Ma (millions d'années), entre l'Éocène moyen et le Miocène inférieur[5].

Cette nymphe replète (gonflée) contient dans son hémocœle et son intestin, et présente autour de son corps, des globules rouges, également piégés dans l'ambre ; ils sont caractéristiques d'un mammifère qui devait être son hôte.

Certains de ces globules rouges abritent des protistes parasites apicomplexés d'un diamètre de 1,3 à 4,7 μm (micromètres), à différents stades de développement, appartenant à l'ordre des Piroplasmida et à un nouveau taxon Paleohaimatus calabresi Poinar, 2017[5]. C'est la première description d'un parasite pathogène fossile de type Babesia connu pour son rôle dans la transmission de la babésiose ou piroplasmose[6]. Ces parasites ont apparemment évolué au côté des mammifères et, en particulier, des primates.

La tique présente par ailleurs deux petits trous dans son corps, comme si elle venait d'être arrachée de l'animal dont elle se nourrissait avant de tomber et de s'engluer dans de la sève d'un arbre, Hymenaea protera, sève qui se transformera en ambre en séchant et se fossilisant. Pour George Poinar cette hypothèse serait compatible avec un comportement de toilettage de singes[6].

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Guglielmone et al., 2010[7] :

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • C. L. Koch, 1844 : Systematische Übersicht über die Ordnung der Zecken. Archiv Für Naturgeschichte, Berlin, vol. 10, p. 217–239 (texte intégral).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et autres références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de la tique est mal orthographié dans la publication qui la décrit : Ambylomma[5].
  1. G. V. Kolonin, Fauna of Ixodid Ticks of the World (Acari, Ixodidae), Moscow 2009.
  2. Steullet, P. et Guerin, P.M. (1994). Identification of vertebrate volatiles stimulating olfactory receptors on tarsus I of the tick Amblyomma variegatum Fabricius (Ixodidae). II. Receptors outside the Haller's organ capsule. Journal of Comparative Physiology A, 174: 39-47
  3. Steullet, P. et Guerin, P.M. (1992). Perception of breath components by the tropical bont tick, Amblyomma variegatum Fabricius (Ixodidae). I. CO2-excited and CO2-inhibited receptors. Journal of Comparative Physiology A, 170: 665-676
  4. Steullet, P. et Guerin, P.M. (1992). Perception of breath components by the tropical bont tick, Amblyomma variegatum Fabricius (Ixodidae). II. Sulfide-receptors. Journal of Comparative Physiology A, 170: 677-685
  5. a, b, c et d (en) Poinar, George, « Fossilized Mammalian Erythrocytes Associated With a Tick Reveal Ancient Piroplasms », Journal of Medical Entomology,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en) Blood-Engorged Tick Found in Dominican Amber, Sci-News, [lire en ligne|lien=http://www.sci-news.com/paleontology/blood-engorged-tick-dominican-amber-04757.html]
  7. (en) Guglielmone, Robbins, Apanaskevich, Petney, Estrada-Pena, Horak, Shao & Barker, 2010 : The Argasidae, Ixodidae and Nuttalliellidae (Acari: Ixodida) of the world: a list of valid species names Zootaxa, n. 2528, p. 1–28.
  8. (en) Lidia Chitimia-Dobler, Bruno Cancian de Araujo, Bernhard Ruthensteiner, Timo Pfeffer et Jason A. Dunlop, « Amblyomma birmitum a new species of hard tick in Burmese amber », Parasitology, vol. 144, no 11,‎ , p. 1441–1448 (DOI 10.1017/S0031182017000853)