Rickettsiose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rickettsiose

Spécialité InfectiologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CISP-2 A78Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 A75 et A79Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-9 080, 083 et 083.9Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine 968385Voir et modifier les données sur Wikidata
MeSH D012288
Causes RickettsiaVoir et modifier les données sur Wikidata
Médicament Oxytétracycline, tétracycline, chloramphénicol et doxycyclineVoir et modifier les données sur Wikidata

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Les rickettsioses sont des zoonoses dues aux rickettsies (Rickettsia), genre de bactéries intracellulaires strictes appartenant à la famille des Rickettsiaceae, ordre des Rickettsiales.

Elles constituent un ensemble de maladies infectieuses transmises par des arthropodes vecteurs (pou, puce, tique). Au XXIe siècle, une nouvelle classification les distingue en deux groupes, le groupe « boutonneux » et le groupe « typhus ».

Leur gravité est variable : des maladies sont bénignes, d'autres sévères, la plus grave étant le typhus exanthématique ou épidémique.

Pour l'histoire générale de ces maladies,

Groupe boutonneux[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine, les principales rickettsioses boutonneuses sont[1] :

Dans le reste du monde, on trouve :

Groupe typhus[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Stricto sensu, le terme rickettsiose devrait s'appliquer aux maladies dues au genre Rickettsia, mais il reste encore utilisé pour désigner celles dues à l'ordre des Rickettsiales.

Le typhus des broussailles reste communément désigné sous le terme de rickettsiose, car causé par un organisme anciennement nommé R. tsutsugamushi, mais reclassifié dans un autre genre et renommé Orientia tsutsugamuchi.

Il en est de même pour l'ehrlichiose et l'anasplasmose dont les agents sont classés dans l'ordre des Rickettsiales[2].

Diagnostic et traitement[modifier | modifier le code]

Les rickettsies sont difficiles à cultiver, et le diagnostic ne peut être fait selon les méthodes classiques de microbiologie. La sérologie est un outil important, mais qui ne permet pas un diagnostic précoce.

Le diagnostic est confirmé par biologie moléculaire, comme la PCR sur écouvillon d'escarre d'inoculation (pour les rickettsioses boutonneuses)[1], ou dans le sérum (pour le groupe typhus, mais possible que par des laboratoires spécialisés)[2].

Le traitement repose sur une antibiothérapie rapide et adaptée, basée sur la doxycycline, antibiotique de référence pour les rickettsioses. La prévention repose sur l'éviction ou la lutte contre les arthropodes vecteurs (en France, principalement les tiques)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Carole Eldin, « Rickettsioses », La Revue du Praticien, vol. 70,‎ , p. 201-205.
  2. a b et c E. Pilly, Maladies infectieuses et tropicales 2018, Alinéa Plus, (ISBN 978-2-916641-66-9), chap. 77 (« Rickettsioses »), p. 370-373.

Article connexe[modifier | modifier le code]