Ali ben Ahmed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ali Ben Ahmed)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ali ben Ahmed
Gouverneur de la Régence d'Alger
Image illustrative de l’article Ali ben Ahmed
Portrait d'Ali Khodja
Biographie
Nom de naissance Ali ben Ahmed
Surnom Ali Khodja, Ali-Meguer, Ali Loco
Nom turc Ali bin Ahmet
Origine Mingréliens
Date de décès
Lieu de décès Alger, régence d'Alger (actuelle Algérie)
Fonctions
26e Dey d'Alger
Prédécesseur Omar Agha
Successeur Hussein Dey

Ali ben Ahmed, dit Ali Khodja, Ali-Meguer, ou Ali Loco (« le fou »), est le dey d'Alger du  au , à la suite de l'assassinat de son prédécesseur, Omar Agha, par des janissaires[1]. Son sobriquet Ali-Meguer peut indiquer une origine mingrélienne (actuelle Géorgie).

Dès son arrivée au pouvoir, il conclut une alliance avec la famille influente des Ben Zamoun et avec la tribu des Zouaouas[2].

La nuit du , avec la complicité de Kouloughlis et de contingents kabyles, il quitte le palais de la Djenina situé dans la partie basse de la ville d'Alger, offrant peu de défenses face aux janissaires, pour s'installer en sécurité dans la forteresse de la Casbah d'Alger où il fait mettre son trésor à l'abri[3]. Il annonce son intention de faire rentrer les Janissaires dans le rang. Ces derniers, renforcés par le retour de la Mehalla du Constantinois, s'avancent contre Alger pour l'en chasser ; mais celui-ci ayant organisé une armée de 6 000 Kouloughlis, encadrée par les Turcs fidèles, soutenue par des contingents Zouaouas (kabyles), écrase les janissaires. 1 200 d'entre eux périssent dont 150 bouloukbachi ou oda-bachi[4],[5],[6]. Les survivants réclament l'aman et beaucoup regagnent la Turquie[5].

Il meurt dans la Casbah d'Alger, lors d'une épidémie de la peste, le , après avoir nommé comme successeur Hussein Dey[4].

Référencement[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rousset 1879, p. 7.
  2. Boyer 2010.
  3. Rousset 1879, p. 7-9.
  4. a et b Rousset 1879, p. 10.
  5. a et b Boyer 1970, p. 92.
  6. Fleury 2008, p. 25-26.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Camille Rousset, La conquête d'Alger, Paris, Plon, , 296 p. (lire en ligne)
  • Pierre Boyer, « Le problème Kouloughli dans la régence d'Alger », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, vol. 8, no 1,‎ , p. 79-94 (ISSN 0035-1474, DOI 10.3406/remmm.1970.1033, lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  • Georges Fleury, Comment l'Algérie devint française (1830-1848), Perrin, , 526 p. (ISBN 9782262029142 et 2262029148, OCLC 470564285)
  • Pierre Boyer, « Agha », Encyclopédie berbère, no 2,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)