Ali Ben Ahmed

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ali Khodja après le bombardment d'Alger en 1816

Ali Ben Ahmed, dit Ali Khodja, fut dey d'Alger de septembre 1817 à février 1818, à la suite de l'assassinat de son prédécesseur Omar Agha commis le 8 septembre 1817.

Quelques jours après son avènement, pour mieux assurer sa sécurité, il quitte le palais de la Djenina situé dans la partie basse de la ville d'Alger et offrant peu de défenses pour s'installer dans la forteresse de la Casbah où il fait mettre le trésor à l'abri.

Craignant les complots, il fait exécuter plus de 1500 janissaires[1].

Il meurt de la peste le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Fleury, Comment l'Algérie devint française (1830-1848), Perrin,‎ 2008, 526 p. (ISBN 978-2-262-02914-2), p. 25-26

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Camille Rousset, La Conquête d'Alger, Paris, E. Plon et Cie, 1879, pp. 7-10. Gallica
  • (fr) Georges Fleury, Comment l'Algérie devint française (1830-1848), 2008, édition Perrin, ISBN 978-2-262-02914-2