Alfredo Ormando

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alfredo Ormando
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

Alfredo Ormando (San Cataldo, - Rome, ) est un écrivain italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Catholique, Alfredo Ormando entre dans un séminaire franciscain et dans un monastère, qu'il quitte deux ans plus tard pour travailler en tant qu'écrivain. Sa trilogie Il Dubbio, L’Escluso et Sotto il cielo d’Urano reste inédite. Son roman Il Fratacchione (« Le gros moine »), qu'il publie à ses frais en 1995, rend compte de sa vie au monastère, déjà marquée par une tentative de suicide, et de son conflit entre la spiritualité et les désirs de la chair.

Le , il s'immole par le feu à Rome sur la place Saint-Pierre pour protester contre l'attitude de l'Église catholique envers les homosexuels[1],[2],[3]. Bien que des policiers témoins du drame aient tenté d'éteindre les flammes, il est mort dix jours plus tard à l'hôpital romain de Sant'Eugenio.

Alfredo Ormando a laissé une lettre dans laquelle il déclare :

« Je vis dans la certitude de laisser la vie terrestre, ce qui ne m'horrifie pas, au contraire ! Je n'ai pas hâte d'en finir avec la vie ; ils penseront que j'étais fou parce que j'ai choisi la Place Saint Pierre pour m'incendier, alors que je pouvais le faire tout aussi bien à Palerme.
J'espère qu'ils comprendront le message que j'ai voulu donner ; c'est une forme de protestation contre l'Église qui diabolise l'homosexualité, diabolisant par là-même la nature, parce que l'homosexualité est sa fille[4],[5]. »

Malgré cette lettre, le père Ciro Benedettini, second porte-parole du Saint-Siège, a affirmé que le suicide était dû à des motifs familiaux[6].

Tous les ans, une manifestation devant Saint-Pierre de Rome rappelle son suicide[7]. Un documentaire intitulé Alfredo's Fire, the Clash between Faith and Sexuality est consacré à l'affaire en 2014[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Alfredo Ormando, Vagiti primaverili: poesie, Pietraperzia, Di Prima, 1986.
  • Alfredo Ormando, Il monte incantato e altre fiabe, 1998.
  • Alfredo Ormando, Il fratacchione, Palermo, Publisicula, 1995.
  • Alfredo Ormando, L'escluso; Sotto il cielo di Urano; Epigrammi priaprei e non; Aforismi, 1998.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (it) Marino Bisso, « I gay: no al papa in Campidoglio », La Repubblica, 14 janvier 1998.
  2. « (it) In memoria di Alfredo Ormando », site d'Arcigay, 11 janvier 2007.
  3. « Manifestation en hommage à Alfredo Ormando, écrivain gay », ActuaLitté, 14 janvier 2008.
  4. « In memoria di Alfredo Ormando », lettre datée de Noël 1997, site d'Arcigay, 11 janvier 2007.
  5. (it) Alfredo Ormando, « Io torcia umana lanciata contro il Vaticano », Amedit, Rivista Amici del Mediterraneo, 13 janvier 2016.
  6. (it) Lorenzo Lozzi Gallo, « Il capolavoro della chiesa cattolica: l'automartirio di Alfredo Ormando », site de Cinzia Ricci, novembre 2004.
  7. « Un fiore per Ormando », site d'Arcigay, 12 janvier 2010.
  8. (en) Alfredo's Fire, site des productions Open Eye Pictures.