Alfred Vincent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alfred Vincent
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Tombe d'Alfred et Émilie Vincent, cimetière des Rois, Genève.jpg
Tombe d'Alfred et Émilie Vincent, cimetière des Rois, Genève.

Alfred-Louis Vincent, né le 4 juin 1850 à Saint-Pétersbourg et mort à Genève le 5 juillet 1906, est un médecin et une personnalité politique suisse, membre du Parti libéral-radical.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-Louis Vincent et d'Augustine Amélie Caroline née Schmidt, il fait des études de sciences et lettres à l'l'académie de Genève (1868-1870), puis de médecine à l'Strasbourg, à Berne (1872-1876), et à Genève (1876, doctorat à Genève en 1878).

Établi comme médecin à Genève, il fut directeur du Bureau de salubrité (1884-1897), maître d'hygiène à l'école supérieure de jeunes filles et au collège (1883), ainsi que professeur d'hygiène à l'université (1889-1900).

En 1886, il a été élu député radical-libéral au Grand Conseil genevois où il a servi jusqu'à sa mort. Il fut président du conseil en 1884, 1889 et 1893. De 1896 à 1906, il est élu au Conseil national et au Conseil d'État (Intérieur de 1898 à 1902, Instruction publique de 1903 à 1906). Entre 1902 et 1906, il fut le premier administrateur des Chemins de fer fédéraux suisses nouvellement nationalisée.

Franc-maçon, il a été membre de la Grande Loge suisse Alpina[1].

Il est inhumé au Cimetière des Rois, à Genève.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Une plantation maçonnique au cimetière des Rois La Tribune de Genève, 201.12.2017.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Gemeinsame Normdatei