Grand Conseil de la République et canton de Genève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grand Conseil de la République et canton de Genève
Description de l'image Wappen_Genf_matt.svg.
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Présidence Jean Romain (PLR)
Élection
1re vice-présidence Jean-Marie Voumard (MCG)
Élection
2e vice-présidence François Lefort (Les Verts)
Élection
Structure
Membres 100 député·e·s
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel plurinominal
Dernière élection

Hôtel de Ville, canton de Genève

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.

Le Grand Conseil de la République et canton de Genève est le parlement du canton de Genève

Dans la législature 2018-2023, sept partis sont représentés : le Parti libéral-radical (PLR), le Parti socialiste (PS), Les Verts (Ve), le Parti démocrate-chrétien (PDC), le Mouvement Citoyens Genevois (MCG), Ensemble à gauche (EAG) et l'Union démocratique du centre (UDC).

Le Conseil d'État ou les députés peuvent présenter des projets de lois et le Grand Conseil se prononcent sur les initiatives populaires. Les autres modes d'intervention des députés sont la motion, la résolution, le postulat ou encore la question.

Le Grand Conseil comprend des commissions permanentes et des commissions ad hoc, composées pour la plupart de quinze membres.

Parmi ses différentes tâches, le secrétariat général du Grand Conseil assure la rédaction et la publication du Mémorial du Grand Conseil qui contient la retranscription intégrale des sessions du Grand Conseil.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le Grand Conseil exerce le pouvoir législatif[1]. Il est composé de 100 députés élus directement au suffrage universel par le corps électoral au scrutin proportionnel tempéré d'un quorum de 7 %. Leur mandat dure 5 ans depuis l'instauration de la nouvelle constitution du canton en 2013. Il était auparavant de 4 ans (3 ans jusqu'en 1957). Il est renouvelable indéfiniment, bien qu'en pratique des règles internes au sein de certains partis limitent la possibilité de se représenter au-delà d'un certain nombre de mandats.

Le Grand Conseil est compétent pour voter des lois dans tous les domaines de compétence du canton et pour approuver le budget et les comptes de l'État. En outre, il exerce la haute surveillance sur l'administration du pouvoir exécutif. Genève est l'un des seuls cantons dans lequel chaque député dispose d'un droit d'initiative législative/initiative parlementaire. Ainsi, chaque député peut soumettre au législatif un projet de loi entièrement formulé.

Le Grand Conseil est assisté d'un sautier.

À l'occasion de l'instauration de la nouvelle constitution, la numérotation des législatures a été réinitialisée. La législature 2013-2018, en théorie la 58e, est ainsi considérée comme étant la première.

Composition[modifier | modifier le code]

Composition du Grand Conseil du Canton de Genève depuis 2009
Le Grand Conseil comptant cent députés, le nombre d'élus correspond au pourcentage
Groupes politiques 2009-2013 2013-2018[2] 2018-2023[2]
Parti libéral-radical[3] 31 24 28
Parti socialiste 15 15 17
Les Verts 17 10 15
Parti démocrate-chrétien 11 11 12
Mouvement citoyens genevois 17 20 11
Ensemble à gauche 0 9 9
Union démocratique du centre 9 11 8

Bureau[modifier | modifier le code]

Une fois par an, le Grand Conseil renouvelle son bureau composé d'un président, de deux vice-présidents et d’un membre par groupe parlementaire.

Le président du Grand Conseil est Jean Romain (PLR) qui a été élu le 15 mai 2018 pour une année. Les autres membres du bureau sont Jean-Marie Voumard (MCG), 1er vice-président, François Lefort (Ve), 2e vice-président, Salima Moyard (S), Pierre Vanek (EAG), Vincent Maitre (PDC) et Stéphane Florey (UDC)[4].

Masse du sautier[modifier | modifier le code]

Dans de nombreuses civilisations, un bâton – qui peut prendre la forme d’un sceptre, d’une crosse ou encore d’une masse – symbolise le pouvoir de son détenteur. Le bâton[5] symbolisant la charge de sautier est apparu en 1568. Depuis 1915, le sautier s’en munit pour tous les défilés et cortèges.

En 1999, le joaillier Gilbert Albert remet une nouvelle masse, véritable objet d’art qu’il offre au canton de Genève. Le chêne, essence choisie pour le fût, est une image de force et de longévité.

À l’extrémité inférieure, serti dans l’or, un éclat de granit provenant d’une des pierres du Niton, ces pierres servant de référence altimétrique en Suisse. À l’extrémité supérieure, un éclat de granit rapporté du Mont-Blanc en 1787 par Horace-Bénédict de Saussure.

À la base de la sphère, le joaillier a placé quatorze cabochons provenant de cailloux des quatorze rivières genevoises. La sphère ramène, elle, à la géographie politique et à la population du canton : l’artisan y a serti dans l’or les 45 écussons en émail des 45 communes genevoises actuelles, augmentés de ceux des trois anciennes communes suburbaines des Eaux-Vives, de Plainpalais et du Petit-Saconnex fusionnées en 1930 avec la Ville de Genève.

Le sautier porte aujourd’hui cette masse riche en symboles illustrant Genève dans toutes ses dimensions.

Marronnier officiel[modifier | modifier le code]

Chaque année, le sautier annonce l’arrivée du printemps à Genève avec l’éclosion de la première feuille du marronnier officiel[6]. L’analyse de ces données recueillies depuis 1818 est un véritable outil d’observation du réchauffement climatique.

Pour plus de détails sur cette tradition dotée d’un réel intérêt scientifique, nous vous renvoyons à l’ouvrage de Pierre Stoller (68e sautier), La première feuille du marronnier de la Treille, SEVE Service des espaces verts et de l’environnement, 1994.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Loi portant règlement du Grand Conseil de la République et canton de Genève
  2. a et b Radio télévision suisse, « Élections cantonales genevoises », dimanche 15 avril 2018 (page consultée le 15 avril 2018).
  3. En 2009-2013, le Parti libéral suisse (20 députés) et le Parti radical-démocratique (11 députés) étaient séparés.
  4. « Un Grand Conseil apaisé place le PLR Jean Romain à sa tête », sur Tribune de Genève,
  5. « Grand Conseil de Genève - Masse du sautier », sur ge.ch (consulté le 11 septembre 2015)
  6. « Grand Conseil de Genève - Marronnier officiel », sur ge.ch (consulté le 11 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]