Alfred Tomatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez améliorer sa rédaction !

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un médecin image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un médecin français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Alfred Tomatis
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Alfred Angelo TomatisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Alfred, Angelo Tomatis, né le à Nice et mort le à Carcassonne, est un oto-rhino-laryngologiste qui a donné le jour à une méthode de rééducation mise en œuvre par un réseau d'instituts et d'écoles privés et publiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Tomatis devient en 1945 docteur en médecine de la Faculté de médecine de Paris.

Ses théories sur le traitement des troubles de l’audition et du langage sont connues sous le nom de « méthode Tomatis » ou audio-psycho-phonologie (APP).

Alfred Tomatis a consacré l'essentiel de sa vie professionnelle à étudier les processus liant l'écoute au langage. Son père, Humbert Tomatis, était chanteur professionnel, basse noble à l'opéra de Paris. Conjuguant le goût pour le chant et la musique qu'il a hérité de sa famille et les intérêts de sa pratique clinique, il se passionne pour les relations existant entre l'oreille et la voix.

Dès 1947, il entreprit des recherches dans les domaines de l’audiologie et de la phonologie qui aboutirent à la formulation d’un certain nombre de « lois » présentées à l’Académie des sciences de Paris, mais dont aucune n'a fait l'objet de publication répondant aux critères scientifiques. Elles traitent des liens existant entre l’oreille, la voix et le système nerveux, en s'appuyant sur des notions d'anatomie très personnelles. A. Tomatis semble avoir eu beaucoup d'intuition et ses capacités à créer des liens entre les disciplines l’ont amené à remettre en question les théories en vigueur à l’époque. Certaines de ses propres théories sur le fonctionnement physiologique de l'oreille ont été confirmées scientifiquement par la suite et sont actuellement utilisées par le monde médical et scientifique[1],[2],[3]

Ses lois constituent le corps d'une « discipline » appelée « audio-psycho-phonologie ». Une association professionnelle internationale diffuse la méthode et forme des « consultants » habilités à exercer dans les instituts.

La méthode Tomatis postule que modifier les facultés auditives d'un sujet amènent la transformation du comportement et du langage[4]. Cette opération était réalisée au moyen d'une « Oreille électronique à précession »[5].

Après avoir exercé des activités de médecin oto-rhino-laryngologiste pendant plus de 31 ans, Alfred Tomatis s’est de plus en plus consacré à la recherche et à l’application de sa méthode. À sa demande, il a été radié par le conseil de l'ordre des médecins en 1977. En 1993, il a été condamné pour avoir effectué et interprété un audiogramme auprès d'une patiente, alors que cet acte est réservé aux médecins ORL en activité[6].

Alfred Tomatis repose au cimetière Laconte à Carcassonne.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Santé Publique (1951)
  • Médaille d’Or de la Recherche Scientifique Bruxelles (1958)
  • Grande Médaille de Vermeil de la ville de Paris (1962)
  • Prix Clemence Isaure (1967)
  • Médaille d’Or de la Société académique « Arts, Sciences et Lettres » (1968)
  • Commandeur du Mérite Culturel et Artistique (1970)
  • Médaille d’Honneur de la Société d’Encouragement aux Arts et Lettres (1992)
  • Membre Honoris Causa du Dorstmundt-Institut de Munich
  • Membre Honoris Causa de l’Université de Potchefstroom, faculté de psychologie

Histoire de la méthode Tomatis[modifier | modifier le code]

La Méthode Tomatis naît d'une analogie fortuite : au laboratoire d'Acoustique des arsenaux de l'aéronautique, Tomatis examinait des personnes dont l'audition était altérée par l'exposition au bruit des moteurs à réaction afin de savoir s'il fallait les indemniser et, simultanément, il remarquait assez souvent une déformation très nette de la voix. Rapprochant ce cas de figure de celui des chanteurs à la voix brisée, il imagina que les troubles de l'audition causaient les perturbations de la voix et chercha une méthode expérimentale qui mette en évidence les réactions et les contre-réactions de l'audition sur l'émission vocale.

Il en résulta l'idée d'un circuit fermé d'auto-information dont le capteur de contrôle, lors de l'émission au niveau des organes phonatoires, serait l'oreille, toute modification imposée à ce capteur entraînant une modification du geste vocal. La méthode Tomatis se présente donc comme la création d'un nouveau conditionnement, utilisant une courbe auditive idéale, corrigeant le conditionnement accidentel défectueux. Un appareillage technique est inventé pour ce faire, l'« oreille électronique à effet Tomatis », qui filtre et module, de façon plus ou moins sophistiquée, un enregistrement modèle en réduisant les basses — généralement du Mozart, mais aussi quand c'est possible la voix maternelle. L'Oreille Électronique transmet les sons à l'oreille du sujet selon un schéma précis, imposant au sujet cette manière d'entendre, l'obligeant ainsi à percevoir les sons suivant une accommodation désirée. En résumé, selon Tomatis, par cette gymnastique, tout le circuit neuromusculaire se met à travailler et va rendre le corps apte à entendre, donc supprimer les dysfonctionnements de la voix.

« Une courbe (de réponse acoustique) ascendante…entraînera une verticalité de la colonne avec effacement maximale des ensellures au niveau des cervicales et des lombaires. À l’opposé, une courbe descendante donnera un dos arrondi, cyphosé, laissant la tête et la nuque s’infléchir en avant. C’est bien le cas de Beethoven, qui, progressivement prend une allure de plus en plus ramassée » (Pourquoi Mozart ?, p. 102).

Les trois « lois » de Tomatis :

  • la voix ne contient que ce que l'oreille entend (le larynx n'émet que les harmoniques que l'oreille peut entendre) ;
  • si l'on modifie l'audition, la voix est inconsciemment et immédiatement modifiée ;
  • la stimulation auditive entretenue pendant un temps déterminé modifie par effet de rémanence la posture d'auto écoute du sujet et par voie de conséquence sa phonation.

La méthode Tomatis[modifier | modifier le code]

Tomatis distingue le processus d’écoute de celui d’entendre. Si entendre est un processus passif, écouter en revanche est un processus actif et volontaire. Pour Tomatis, l’entraînement de la fonction d’écoute est important pour optimiser les apprentissages, les capacités langagières, le discours, la voix, la coordination et le rythme[7].

Déroulement de la thérapie[modifier | modifier le code]

La méthode Tomatis est une stimulation de l’écoute par les sons. C’est une gymnastique auditive ayant pour but de développer les capacités d’écoute. L’amélioration des capacités d’écoute aurait, selon A.Tomatis, des effets sur le fonctionnement physiologique et psychique, la motricité, le langage et la communication[8].

Des supports sonores (musique de Mozart, chants grégoriens, valse, voix maternelle, comptines, etc..) sont transformés par l’ « Oreille électronique » (un appareil de gymnastique de l’écoute), développée par Alfred Tomatis, qui va filtrer les sons et stimuler ainsi l’écoute à travers la conduction aérienne (écouteurs) et la conduction osseuse du son (conduction des sons par les os du crâne). L'intervention complète de la méthode Tomatis s’étend généralement sur trois  à quatre phases et peut durer entre 3 et 6 mois[9].

L'"Oreille Électronique"[modifier | modifier le code]

l’ "Oreille électronique", développée par Alfred Tomatis, est un appareil de gymnastique de l’écoute, qui va filtrer les sons et stimuler ainsi l’écoute à travers la conduction aérienne (conduction du son par l'air grâce à des écouteurs) et la conduction osseuse du son (conduction des sons au travers des os du crâne). Lorsque le son a une amplitude inférieure à un certain niveau, les basses fréquences sont amplifiées alors que les fréquences moyennes et élevées sont filtrées. Cela se produit sur le canal 1 de l'Oreille Électronique. En revanche, lorsque l'amplitude augmente juste au-dessus d’un point de bascule, les fréquences basses sont supprimées tandis que le reste du spectre de fréquence est amplifié. Cela se produit sur le canal 2. Outre le déclenchement sonore décrit qui se produit sur ces deux canaux parallèles, l’oreille électronique contient des mécanismes pouvant établir un délai entre la conduction osseuse et aérienne du son. Le passage d’un canal à un autre peut être retardé sur la conduction aérienne. Cela signifie que l’auditeur va sentir le changement d’un canal à un autre d’abord par voie osseuse, puis par voie aérienne quelques millisecondes plus tard. Ceci permettrait d'entraîner la musculature de l'oreille moyenne qui va réguler la tension tympanique et favoriser une écoute optimale des sons et une meilleure perception des différentes fréquence par le cerveau[9].

Les 3 intégrateurs[modifier | modifier le code]

La méthode Tomatis, aussi appelée « Audio-Psycho-Phonologie » [3] est un modèle interdisciplinaire qui s’intéresse aux interactions entre, d’une part, le système vestibulo-cochléaire et, d’autre part, le fonctionnement physiologique, la motricité, le langage et la communication. Ce modèle met en lien les processus auditifs (oreille et écoute), phonatoires (voix et langage) et psyhiques (émotions, comportements, etc.)[9].

Alfred Tomatis a suggeré [8](1981) que les cortex auditifs, visuels et moteurs ne fonctionnent pas de manière indépendante les uns des autres mais qu’ils sont intégrés dans des processus multi-sensoriels qui sont impliqués dans le développement de la perception humaine, l’attention et les fonctions psycho-émotionnelles.

Ainsi, selon lui[10],[11],[12], sa méthode de stimulation de l’oreille n’influencerait pas seulement les processus de l’information auditive mais aussi les processus visuels, tactiles, kinésthesiques et vestibulaires.Tomatis affirme donc qu’un changement dans les différentes perceptions du processus auditif  implique également un changement dans le comportement, la communication et les interactions sociales[9].

A. Tomatis décrit 3 niveaux d’intégration neurophysiologique entre l’oreille et le cerveau : les intégrateurs vestibulaires, cochléaires et visuels[13].

- L’intégrateur vestibulaire régule le sens de l’équilibre et le tonus des muscles du corps entier et permet ainsi une bonne coordination motrice. Le système vestibulaire est situé dans l’oreille interne. Selon Tomatis, Les connexions afférentes entre les cellules ciliées du système vestibulaire de l’oreille et le noyau vestibulaire au niveau cérébral peuvent être stimulées et entraînées par l’appareil de stimulation de l’écoute de Tomatis. L’entraînement par les sons de la méthode Tomatis semble améliorer l’équilibre, la régulation du tonus musculaire et la coordination[7].

- Selon Tomatis, l’intégrateur visuel permet d’intégrer les informations provenant des yeux et de l’oreille interne. L’oreille interne est, selon lui, impliquée dans le fonctionnement de l’œil. L’entraînement de l’écoute par la méthode Tomatis permettrait ainsi d’améliorer la perception visuelle et les fonctions visuo-motrices[7].

-L’intégrateur cochléaire, quant à lui, regroupe les connexions entre l’oreille et le cerveau qui vont affecter la parole, le développement du langage et le contrôle de la voix. En plus d’améliorer la fonction d’écoute, la méthode aurait ainsi un impact sur le langage, la voix chantée et sur les processus langagiers impliqués dans la lecture[7].

Influence de Tomatis[modifier | modifier le code]

En Suisse, l’Audio-Psycho-Phonologie selon A.Tomatis est reconnue par le Registre des Médecines Empiriques (RME) et par la fondation ASCA (fondation suisse pour les médecines complémentaires)[14],[15].

En Suisse, des professionnels formés pratiquent la méthode Tomatis (Audio-Psycho-Phonologie) en tant qu’indépendants ou dans des Centres. Une association Suisse créée en 1997 regroupe des professionnels en Audio-Psycho-Phonologie selon A.Tomatis®. Tous les membres fondateurs ont été formés sous le contrôle du Dr A. Tomatis, fondateur de l’Audio-Psycho-Phonologie. Les nouveaux membres ont été formés auprès de l’école internationale d’Audio-Psycho-Phonologie et auprès du Mozart-Brain-Lab. Cette association a pour but de promouvoir les intérêts des professionnels et de la méthode, favoriser la communication entre professionnels et assurer la formation continue et la recherche dans le domaine de l’Audio-Psycho-Phonologie[16].

Une étude publiée en 2008[17] montre que l'application de la méthode Tomatis ne génère aucune amélioration du langage chez les enfants autistes. La même conclusion s'applique d'ailleurs à l'ensemble des méthodes du type « Auditory integration training » (en)[18],[19].

En France, l'absence de fondements scientifiques de la méthode, et le très large éventail de pathologies qu'elle prend en charge, la placent parmi les soins alternatifs à composante psycho-thérapeutique[réf. souhaitée] auxquels il faut avoir recours avec une grande prudence.

Aux États-Unis, l'« Oreille électronique » et autres dispositifs analogues ont été interdits à l'importation en 1996 par la Food and Drug Administration. Ultérieurement, la FDA a autorisé des dispositifs de ce type, à des fins de formation, considérant qu'ils relevaient du domaine de l'éducation et non du domaine médical.

De 2005 et 2007, le ministère de l'Éducation polonais a équipé 4 400 écoles pour la mise en œuvre de la méthode Tomatis dans le cadre d’un programme d'aide aux enfants en grande difficulté scolaire[20].

Études scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Méta-Analyse: Cherchant à évaluer la crédibilité scientifique de l'efficacité cliniquement déclarée de la technique de stimulation sonore de Tomatis, Gilmore (1999) a mené une méta-analyse portant sur cinq études des années 1980 au Canada et en Angleterre, dans lesquelles la méthode développée par Alfred Tomatis a été utilisée[21].
  • Trouble du déficit d'attention: Sacarin (2013) a effectué une recherche sur 25 enfants âgés de 7 à 13 ans ayant un diagnostic de trouble du déficit d’attention. Son but était d’explorer les effets de la première phase du programme d’entraînement de l’écoute de la méthode Tomatis en comparaison avec un groupe contrôle d’enfants médiqués ne bénéficiant pas de l’entraînement[9].
  • Troubles des apprentissages: Rourke et Russell (1982) ont fait une étude à l’Universtié de Windsor en Ontario sur 25 enfants âgés de 9 à 16 ans et présentant des difficultés d’apprentissage[22].
  • Troubles du langage: Une étude a été menée en 1982 par Wilson, Iacoviello, Metlay, Risucci, Rosati et Palmaccio (tel que cité dans Gilmor, 1999) à la North Shore University Hospital au Canada. Cette étude était composée de 26 enfants d'âge préscolaire entre 42 à 69 mois présentant des troubles du langage ainsi qu’un groupe contrôle[23].
  • Dysléxie: Mould (1985) a mené une étude sur 92 garçons d'une résidence dans l'école publique en Angleterre, âgés de 10-15 ans diagnostiqués comme étant sévèrement dyslexiques, qui présentait des déficits importants en lecture[24].
  • Autisme: Joan Naysmith-Roy (2001) a mené une étude avec six garçons, âgés de 4-11 ans, diagnostiqués comme autistes sévères[25]. En 2008, une étude menée par Corbett, Shickman, et Ferrer (2008) portait sur 11 enfants âgés de 3-7 ans, diagnostiqués comme ayant un trouble autistique[26]. La même année, Gerritsen (2008) a ré-analysé les données de l'étude menée par Corbett, Shickman, et Ferrer (2008). Il a revisé la signification des conclusions de ces auteurs en étudiant les cas de façon individuelle[27].
  • Troubles du traitement auditif: Ross-Swain (2007) a étudié les effets de la méthode Tomatis sur les enfants et les jeunes adultes ayant des déficits dans la parole et le langage que l’auteur diagnostique comme ayant un trouble de traitement auditif (APD)[28].
  • Musiciens: du Plessis, Burger, Munro, Wissing, et Nel (2001) ont étudié les effets du programme d’entraînement de l’écoute de Tomatis sur 28 jeunes musiciens dans un projet pilote dans 2 universités d’Afrique du Sud[29].
  • Troubles  psychomoteurs et des troubles neurologiques: Vervoort, De et Van (2007) ont fait une recherche portant sur l’efficacité du programme d’entraînement de l’écoute par la méthode Tomatis à l'aide de mesures neurophysiologiques chez 4 enfants  de 2 à 7 ans atteints de graves troubles du développement et de retards globaux dans le langage, la communication, et le fonctionnement psychomoteur[30].
  • Développement des enfants prématurés : Une étude récente de Picciollini et al. (2014) a investigué l’effet de l’exposition à la voix maternelle par conduction osseuse par la méthode Tomatis sur le développement autonome et neurocomportemental de 71 enfants prématurés à l’âge de 3 et 6 mois[31].
  • Acouphènes: Une étude de Stillitano, C. et al. en 2014 a pour but de déterminer l'efficacité de la méthode Tomatis chez les patients souffrant d'acouphènes[32].
  • En suisse, une étude de Schiftan et al (2012) cherche a évaluer si l’Audio-Psycho-Phonologie selon A. Tomatis remplit les critères d’efficacité, d’adéquation et d’économicité[33].

Bibliographie (essais)[modifier | modifier le code]

  • L'Oreille et le Langage, Collections Microcosme « le Rayon de la science » no 17, Le Seuil, Paris, 1963
  • La Dyslexie. Cours à l’École d’Anthropologie, Éditions Soditap, 1967
  • L’Oreille directrice, Éditions Soditap, 1967
  • L’Intégration des langues vivantes, Éditions Soditap, 1970.
  • Éducation et Dyslexie, Paris, Éditions E.S.F., 1971
  • La Libération d'Œdipe, Paris, Éditions E.S.F. 1972
  • Vers l'écoute Humaine : Qu'est ce que l'oreille humaine ? Tome 1 et 2, Paris, Éditions E.S.F., 1974
  • L'Oreille et la Vie, Paris : Éditions Laffont, 1977
  • La Nuit utérine, Paris, Stock, 1981
  • L'Oreille et la Voix, Paris : Éditions Laffont, 1987
  • Les Troubles scolaires, Paris, Ergo Press, 1988
  • Vertiges, Paris, Ergo Press, 1989
  • Neuf mois au Paradis, Paris, Ergo Press, 1989
  • Nous sommes tous nés polyglottes, Paris, Fixot, 1991
  • Pourquoi Mozart ? Paris, Fixot, 1991
  • Écouter l’Univers, Éditions Laffont, 1995

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « physiologie de l'oreille moyenne », sur http://www.cochlea.eu (consulté le 3 juin 2016)
  2. « Développement de l'oreille », sur www.cochlea.org (consulté le 3 juin 2016)
  3. a et b Dumas de la Roque, P., L’écoute c’est la vie : introduction à la méthode Tomatis., Besson,
  4. Extrait du Bulletin de l'Académie Nationale de Médecine, Tome 141, nos 19 et 20, séance du 4 juin 1957
  5. « Le redressement de certaines déficiences psychologiques et psycho-pédagogiques par l'appareil à effet Tomatis », compte-rendu de André Le Gall, inspecteur général de l'Instruction publique, mars 1961.
  6. Voir sur lexpress.fr.
  7. a, b, c et d (en) Sollier, P., « Listening for Wellness: An Introduction to the Tomatis Method. », Walnut Creek: The Mozart Center Press.,‎
  8. a et b Tomatis, A. A., La Nuit Uterine., Paris: Stock.,
  9. a, b, c, d et e (en) Sacarin, L., « Early effects of the Tomatis Listening Method in Children with Attention Deficit. », Antioch University Repository and Archive, no 44,‎
  10. Tomatis, A.A., Education et dyslexie., Paris: ESF.,
  11. Tomatis, A.A., Oreille et le langage., S.l: Seuil.,
  12. Tomatis, A.A, Vers l'écoute humaine: Tome 2., Paris: ESF.,
  13. Tomatis, A.A, Vers l'ecoute humaine., Paris: Editions Esf.,
  14. « RME- méthode Tomatis », sur www.rme.ch (consulté le 2 juin 2016)
  15. « ASCA - disciplines thérapeutiques », sur www.asca.ch (consulté le 2 juin 2016)
  16. « Association suisse des professionnels en audio-psycho-phonologie », sur www.a-p-p.ch (consulté le 2 juin 2016)
  17. Corbett B.A., Shickman K., Ferrer E., « Brief report: the effects of Tomatis sound therapy on language in children with autism », Journal of Autism and Developmental Disorders, vol. 38, no 3,‎ , p. 562-6 ; commentaire par J. Gerritsen, p. 567 ; réponse des auteurs p. 568
  18. Sinha Y, Silove N, Wheeler D, Williams K, « Auditory integration training and other sound therapies for autism spectrum disorders: a systematic review », Arch Dis Child, vol. 91, no 12,‎ , p. 1018–22 (PMID 16887860, PMCID 2082994, DOI 10.1136/adc.2006.094649)
  19. Sinha Y, Silove N, Hayen, A., Williams K, « Auditory integration training and other sound therapies for autism spectrum disorders (ASD) », Cochrane Database Syst Review, no 12,‎ (PMID 16887860, DOI 10.1002/14651858)
  20. « Pologne – Les fonds structurels européens soutiennent l’égalité des chances pour les élèves ayant des besoins particuliers dans les écoles polonaises », Euronews on Special Needs Education no 17, 8 avril 2009, p. 15.
  21. (en) Gilmor, T., « The efficacy of the Tomatis method for children with learning and communication disorders: A meta-analysis. International », Journal of Listening, no 13,‎ , p. 12-23.
  22. (en) Rourke, B., & Russell, D., « The Tomatis method applied to older learning disabled children: An evaluation. Proceedings from Opening », Communication Conference.Toronto, ON,‎
  23. (en) Wilson, B., Iacoviello, J., Metlay, W., Risucci, D., Rosati, R., & Palmaccio, T., « Tomatis project final report. Proceedings from Opening », Communication Conference. Toronto, ON.,‎
  24. (en) Mould, P., « An evaluation of dyslexic boys’ response to the Tomatis Listening Training », Programme: Interim report. Brickwall House, Northiam, East Sussex, England.,‎
  25. (en) Neysmith- Roy, J. M., « The Tomatis Method with severely autistic boys: Individual case studies of behavioral changes. », South African Journal of Psychology, no 31(1),‎ , p. 19-26
  26. (en) Corbett, B., Shickman, K., & Ferrer, E., « Brief report: The effects of Tomatis sound therapy on language in children with autism. », Journal of Autism and Developmental Disorders, no 38(3),‎ , p. 562-566.
  27. (en) Gerritsen, J., « Response to “Brief report: The effects of Tomatis sound therapy on language in children with autism," July 3, 2007, Journal of Autism and Developmental Disorders. », Journal of Autism and Developmental Disorders, no 38(3),‎ , p. 567
  28. (en) Ross-Swain, D., « The effects of auditory stimulation on auditory processing disorder: A summary of the findings.. », International Journal of Listening, no 21(2),‎ , p. 140-155
  29. (en) du Plessis, W., Burger, S., Munro, M., Wissing, D., & Nel, W., « Multimodal enhancement of culturally diverse, young adult musicians: A pilot study involving the Tomatis method. », South African Journal of Psychology, no 31(3),‎ , p. 35-42.
  30. (en) Vervoort, J., De, V. M. J. A., & Van, W., « The improvement of severe psychomotor and neurological dysfunctions treated with the Tomatis audio-psycho-phonology method measured with EEG brain map and auditory evoked potentials. », Journal of Neurotherapy, no 11(4),‎ , p. 37-49.
  31. (en) Picciolini, O., Porro, M., Meazza, A., Gianni, M.L., Rivoli, C., Lucco, G., Barretta, F., Bonzini, M., & Mosca, F., « Early exposure to maternal voice: Effects on preterm infants development. », Early human development, no 90(6),‎ , p. 287–292.
  32. (en) Stillitano, C., Fioretti, A., Cantagallo, M., Eibenstein, A., « The Effect of The Tomatis Method on Tinnitus. », International Journal of Research In Medical and Health Sciences, no 4 (2),‎ , p. 24-29.
  33. (de) Schiftan, M., Annen, P., Blättler, C., Boulot, Y., Eichenberger, V., Etchebarne, H., Keller, E., & Zimmermann, M., « Erfüllt die Audio-Psycho-Phonologie nach A. Tomatis die Kriterien der Wirksamkeit, Zweckmässigkeit und Wirtschaftlichkeit? », Schweiz Z Ganzheitsmed, no 24,‎ , p. 361–366.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]