Alfred Mouton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouton (homonymie).
Alfred Mouton
Alfred Mouton.jpg

Alfred Mouton.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
MansfieldVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Formation
Autres informations
Arme
Grade

Alfred Mouton, né Jean Jacques Alfred Alexandre Mouton le 10 février 1829 à Opelousas en Louisiane et mort le 8 avril 1864 lors de la bataille de Mansfield, est un général de brigade de l'armée confédérée d'origine cajun.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Alfred Mouton est le fils d'Alexandre Mouton, sénateur et gouverneur de la Louisiane[1]. Après des études secondaires au collège Saint Charles de Grand Coteau, son père l'envoie parfaire son éducation à l'Académie militaire de West Point en 1846, malgré les hésitations de son fils en raison de sa mauvaise connaissance de la langue anglaise.

Le 1erjuillet 1850, il sort diplômé de l'école militaire à la 38eplace sur 44[note 1]. Il démissionne de l'armée américaine avec la réduction des effectifs de l'armée qui suit la guerre américano-mexicaine[1] et revient en Louisiane où il devint brigadier général de la milice louisianaise de 1850 à 1861. Il postule comme ingénieur civil à Opelousas et à La Nouvelle-Orléans, notamment dans la construction du chemin de fer[2]. Il reste deux années dans cette fonction avant d'en démissionner en 1853. Il se tourne alors vers l'agriculture et la culture de la canne à sucre dans une plantation située dans la paroisse de Lafayette. Il participe par ailleurs au "Comité de vigilance de Lafayette". Il est brigadier général de la milice locale[2].

En 1854, il épouse sa cousine, Philomène Zilia Mouton, avec qui il a quatre filles et un garçon[2].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Son père est le président de la convention de sécession de la Louisiane[2]. Au déclenchement de la Guerre de Sécession, Alfred Mouton organise une compagnie d'hommes parmi la population locale de la paroisse de Lafayette, l'Acadian Guard[2]. La compagnie se compose essentiellement d'agriculteurs. Alfred Mouton est désigné comme capitaine de cette compagnie. Lorsque la compagnie devint la 18e compagnie d'infanterie de Louisiane, il est nommé colonel. Le 6 et 7 avril 1862, il participe à la tête de sa 18e Louisiana Infantry à la bataille de Shiloh sous les ordres d'abord du général sudiste Albert Sidney Johnston qui sera tué lors de cette bataille, puis du général Pierre Gustave Toutant de Beauregard (d'origine franco-louisianaise comme lui et qu'il a connu à West Point). Cette bataille est perdue par les Confédérés qui battent en retraite. Alfred Mouton connaît sa première défaite militaire. Il est blessé lors de cette bataille alors qu'il mène une contra-attaque[1],[2].

De retour en Louisiane, il est nommé commandant de brigade de cavalerie par le général sudiste Richard Taylor, fils de Zachary Taylor, ancien président de la République des États-Unis au sein de l'armée de Louisiane occidentale. Il est promu brigadier général avec une date de prise de rang au 16 avril 1862[2]. Il combat pour la défense du bayou Teche contre les incursions nordistes. Il participe aux batailles de LaFourche Crossing, d'Atchafalaya, de Berwick Bay et de Bayou Teche[2].

Lors de la bataille de Mansfield, il est tué par l'adversaire, à la tête de sa cavalerie, lors d'une charge contre l'ennemi.

Il est enterré sur place avec les nombreux tués, puis en 1874, sa dépouille est ramenée à Lafayette où il est inhumé au cimetière Saint Jean. Une rue du centre-ville de Lafayette porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux Richard Arnold, William Passmore Carlin, Eugene Asa Carr, Cuvier Grover, Adam Jacoby Slemmer, Gouverneur Kemble Warren et William Lewis Cabell, Nicholas Bartlett Pearse, Robert Ransom Jr., Lucius Marshall Walker, Charles Sidney Winder. Les six premiers ont combattu dans les rangs de l'Union et les cinqderniers dans ceux de la Confédération.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Stephen A. Dupree, Planting the Union Flag in Texas: The Campaigns of Major General Nathaniel P. Banks in the West, Texas A&M University Press, , 293 p. (ISBN 1585446416)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h (en) John D. Wright, The Routledge Encyclopedia of Civil War Era Biographies, Routledge, , 683 p. (ISBN 0415878039)

Liens externes[modifier | modifier le code]