Charles Sidney Winder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sidney et Winder.

Charles Sidney Winder
Charles Sidney Winder
Charles S. Winder

Naissance
Easton (Maryland), État du Maryland
Décès (à 32 ans)
Cedar Mountain, État de Virginie
Mort au combat
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau des États confédérés d'Amérique États confédérés
Arme Flag of the United States Army.gif US Army
Battle flag of the Confederate States of America.svg Confederate States Army
Grade Union army cpt rank insignia.jpg Capitaine (USA)
Confederate States of America General-collar.svg Brigadier général (CSA)
Années de service 1850-61 (USA)
1861-1862 (CSA)
Commandement Brigade de Stonewall
Conflits Guerre de Sécession

Charles Sidney Winder ( - ), est un officier de carrière de l'armée des États-Unis et un général confédéré lors de la guerre de Sécession. Il est tué au combat lors de la bataille de Cedar Mountain.

Avant la guerre[modifier | modifier le code]

Winder naît dans la ville d'Easton dans le comté de Talbot, Maryland, neveu du futur officier de la marine américaine Franklin Buchanan et cousin au deuxième degré du futur général confédéré John H. Winder. Il suit sa scolarité au St John's College, également situé dans le Maryland. Puis, en 1846, il entre à l'académie militaire américaine de West Point, et est diplômé vingt-deuxième sur une promotion de 44 cadets en 1850[note 1]. Il est breveté second lieutenant dans le 4th U.S. Artillery. Exactement un an après son départ de West Point, Winder est promu second lieutenant dans le 3rd U.S. Artillery le [1].

Winder sert en tant qu'adjudant régimentaire du 3rd du au , avec une promotion en premier lieutenant survenant le . En 1854, alors en route pour la Californie, le navire sur lequel il est à bord, le San Francisco, est frappé par un ouragan. Pour sa bravoure face à cette crise, Winder est promu capitaine dans le 9th U.S. Infantry le , à l'âge relativement jeune de vingt-six ans.

Plus tard, il participe à des actions contre les amérindiens dans le territoire de Washington. Lors du déclenchement des hostilités entre le Nord et le Sud, il démissionne de l'armée en 1861[2].

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Winder démissionne de sa commission de l'armée américaine le , et est nommé capitaine d'artillerie dans l'armée confédérée, le , puis est rapidement promu commandant plus tard à la même date. Il est nommé colonel du 6th South Carolina le le conduisant à la proéminence dans l'armée confédérée.

Il est promu brigadier général le , et est affecté à la vallée de la Shenandoah, sous le commandement de Stonewall Jackson. Ayant récemment traduit en cour martiale le brigadier général Richard B. Garnett, Jackson place Winder au commandement de son ancienne brigade. Ceci, combiné avec la réputation de Winder d'être strict sur la discipline, est largement ressenti par les officiers et des hommes maintenant sous ses ordres. En fait, le sentiment d'animosité envers lui est si général, qu'en août 1862, la rumeur se répand largement que Winder sera abattu par l'un de ses propres hommes lors de la prochaine bataille[3].

Cedar Montain et mort[modifier | modifier le code]

Localisation approximative du champ de bataille de Cedar Mountain où le général WInder était debout quand il est mortellement blessé par un obus de l'Union. Face au sud.

Le , Winder conduit ses hommes à la bataille de Cedar Mountain, sur le flanc gauche de la ligne confédérée. Il le fait en dépit du fait qu'il est malade depuis plusieurs jours, et au mépris de l'ordre d'un chirurgien de se reposer. Il dirige personnellement le tir d'une batterie lorsqu'un obus de l'Union le frappe à son côté gauche, horriblement mutilé. Emmené vers l'arrière sur une civière, Winder meurt plus tard dans la soirée[4].

Winder est d'abord enterré dans les environs d'Orange Court House, avant d'être exhumé et transporté à Richmond. Là, des funérailles nationales sont données en son honneur, suivie par la ré-inhumation dans le cimetière d'Hollywood. Trois ans plus tard, sa famille fait de nouveau retirer son corps, cette fois, pour être définitivement enterré dans le cimetière familial à Wye House, situé près de sa ville natale d'Easton, dans le Maryland[5].

Dans son rapport officiel de la bataille, Stonewall Jackson, déplore la perte du général Winder, écrivant,

« il est difficile avec la réserve appropriée à un rapport officiel de rendre justice aux mérites de cet officier accompli. Exhorter par le chef des médecins de ne pas prendre part aux mouvements aujourd'hui en raison de son état de santé alors affaibli, son patriotisme ardent et sa fierté militaire ne pouvaient supporter une telle contrainte. Richement doté avec ces qualités d'esprit et de corps qui conviennent à un officier pour commander et qui attire l'admiration et excite l'enthousiasme des troupes, il a rapidement atteint le sommet de sa profession. Sa perte a été sévèrement ressentie[6],[note 2]. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux Richard Arnold, William Passmore Carlin, Eugene Asa Carr, Cuvier Grover, Adam Jacoby Slemmer, Gouverneur Kemble Warren et William Lewis Cabell, Jean Jacques Alfred Alexandre Mouton, Nicholas Bartlett Pearce, Robert Ransom Jr., Lucius Marshall Walker. Les six premiers ont combattu dans les rangs de l'Union et les cinq derniers dans ceux de la Confédération.
  2. It is difficult within the proper reserve of an official report to do justice to the merits of this accomplished officer. Urged by the medical director to take no part in the movements of the day because of the then enfeebled state of his health, his ardent patriotism and military pride could bear no such restraint. Richly endowed with those qualities of mind and person which fit an officer for command and which attract the admiration and excite the enthusiasm of troops, he was rapidly rising to the front rank of his profession. His loss has been severely felt.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eicher, p. 757.
  2. Freeman, p. 326.
  3. Krick, p. 19
  4. Krick, pp. 96, 377.
  5. Krick, pp. 377-78.
  6. Official Records, Series I, Vol. XII, Part II, p. 183.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eicher, John H., and David J. Eicher, Civil War High Commands. Stanford: Stanford University Press, 2001. (ISBN 978-0-8047-3641-1).
  • Freeman, Douglas S. Lee's Lieutenants: A Study in Command. 3 vols. New York: Scribner, 1946. (ISBN 978-0-684-85979-8)
  • Krick, Robert K. Stonewall Jackson at Cedar Mountain. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1990. (ISBN 978-0-8078-5355-9).
  • Sifakis, Stewart. Who Was Who in the Civil War. New York: Facts On File, 1988. (ISBN 978-0-8160-1055-4).
  • Tanner, Robert G., Stonewall in the Valley: Thomas J. "Stonewall" Jackson's Shenandoah Valley Campaign, Spring 1862, Stackpole Books, 1996.
  • U.S. War Department, The War of the Rebellion: a Compilation of the Official Records of the Union and Confederate Armies, U.S. Government Printing Office, 1880–1901.
  • Warner, Ezra J. Generals in Gray: Lives of the Confederate Commanders. Baton Rouge: Louisiana State University Press, 1959. (ISBN 978-0-8071-0823-9).

Liens externes[modifier | modifier le code]