Alfred Finot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alfred Finot
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement

Alfred Finot, né à Nancy le et mort à Froville le [1], est un sculpteur français de l'École de Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Entre 1889 et 1894, Alfred Finot suit un enseignement artistique à l'École des beaux-arts de Nancy[2]. Il est formé à la sculpture par Ernest Bussière. Dès 1895, il entre dans l'atelier du sculpteur Louis-Ernest Barrias à l'École des beaux-arts de Paris[2].

Il expose en 1897 au Salon des artistes français et, en 1904, à l'exposition des arts décoratifs de Nancy, l'œuvre La jeunesse passe[2].

Dès sa fondation en 1901, il devient membre du comité directeur de l’École de Nancy.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fin portraitiste, Alfred Finot réalise de nombreux bustes de personnalités locales. Il est l'auteur de plusieurs compositions monumentales comme l'Art et l'Industrie et le Travail et la Science, commandées par Eugène Corbin pour les Magasins réunis de Nancy, détruits par un bombardement en 1916[2].

Quelques œuvres de Finot ont été éditées en pâte de verre pour la Maison Daum par Almaric Walter. D'autres ont été produites en céramique, en particulier par les frères Mougin[6].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine 2009, p. 39–40.
  2. a b c et d Christian Debize, Guide de l'école de Nancy, Nancy, Presses universitaires de Nancy, (ISBN 978-2-86480-373-7, notice BnF no FRBNF35032494).
  3. L'Écho de Nancy, 14 octobre 1941.
  4. lorrainedecoeur.com.
  5. lorrainedecoeur.com.
  6. « Le féminin | Le grès des frères Mougin », sur www.gres-mougin.fr (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Delphine Antoine, La nudité dans l'École de Nancy : Entre académie et érotisme, Gérard Klopp, , 230 p. (ISBN 2-911992-60-1), « Alfred Finot (1876-1947), poète du désir », p. 37–58.

Liens externes[modifier | modifier le code]