Parc Sainte-Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Parc Sainte-Marie
Image illustrative de l’article Parc Sainte-Marie
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Nancy
Quartier Haussonville - Blandan - Donop
Altitude 225 m
Superficie 7.5 hectares
Histoire
Création 1808 - 1909
Caractéristiques
Type Jardin d'agrément
Lieux d'intérêts espèces remarquables
Gestion
Protection Logo des sites naturels français Site inscrit (1947)
Jardin remarquable
Lien Internet http://www.ot-nancy.fr/
Localisation
Coordonnées 48° 40′ 50″ nord, 6° 10′ 15″ est

Le parc Sainte-Marie est un jardin public de Nancy, situé dans le sud-ouest de la commune.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Le parc est situé dans le quartier Blandan, au cœur du quartier de l'École de Nancy et à proximité du Musée de l'École de Nancy.

C'est le deuxième parc municipal en superficie avec 7,5 hectares, après le parc de la Pépinière[1].

Le parc est bordé à l'est par le complexe de piscines de Nancy-Thermal, au nord par la rue Pasteur, à l'ouest par l'avenue Boffrand et au sud par la cité judiciaire et l'avenue du Maréchal-Juin.

Horaires d'ouverture

Afin de suivre la durée diurne de la saison, le parc possède trois horaires différents de fermeture au cours de l'année :

  • 1er novembre au  : 6h30 - 20h00
  • 1er avril au et du 1er septembre au  : 6h30 - 21h
  • 1er juin au  : 6h30 - 22h30

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Il porte ce nom en référence à la présence d'ermitages consacrés à la Vierge au XVIIe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1620 que les jésuites s'y implantent et le nomment Sainte Marie. Le parc était à l'époque éloigné des murs de la ville[2].

En 1808, il devient un jardin d'agrément privé. C'est à cette époque qu'il a été paysagé et planté d'arbres remarquables, parmi lesquels des séquoias pleureurs, des tulipiers, des cèdres et des chênes.

En 1904, la ville en devient propriétaire et l'aménage en jardin public.

De mai à novembre 1909, le parc Sainte-Marie, et plus généralement le quartier Nancy-Thermal, accueillirent l'Exposition internationale de l'Est de la France. Un des pavillons (le pavillon alsacien) est encore présent aujourd'hui. Abritant la maison de l'espace vert, il abrite désormais des expositions relatives à la faune et à la flore.

Le , un monument rendant hommage à Émile Coué est inauguré dans le parc ; un buste rend aussi hommage à Daniel Meyer et un autre à l'horticulteur Victor Lemoine.

Le parc fut particulièrement touché par la tempête Lothar, à la fin de l'année 1999.

En 2010, le jardin est décoré du label jardin remarquable.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Un magnolia de Soulange planté en 1909 a été labellisé arbre remarquable de France en 2014[3].

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Le parc dispose d'une piste cyclable et d'un boulodrome[4].

Il existe un terrain de basketball.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Causin et Jean-Marie Vermeulen, Jardins et visages du Parc Sainte-Marie, École d'architecture de Nancy, 1979, 113 p.
  • Jérôme Thirolle, Le boiteux du Parc Sainte-Marie, Haroué, éd. Gérard Louis, coll. « Romans », 2011, 293 p. (ISBN 978-2-35763-031-4)

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Parc Sainte-Marie, sur le site de l'office de tourisme de Nancy.
  2. Parc Sainte-Marie, sur lorrainedesjardins.com.
  3. Les arbres remarquables de Nancy saluent le printemps, Jean-Christophe Dupuis-Remond, France info, 28 mars 2017
  4. Parc Sainte-Marie, sur gralon.net.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :