Alexander Trocchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexander Trocchi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Mouvement

Alexander Trocchi est un romancier écossais, né le à Glasgow et mort le à Londres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexander Trocchi est né d'un père italien et d'une mère écossaise[1].

De 1950 à 1957, Alexander Trocchi vit à Paris[2]. Il codirige la revue littéraire Merlin, a collection of contemporary writing (Paris, 1952-1955)[3] où l'on croise entre autres Jean-Paul Sartre. L'éditeur Maurice Girodias, fondateur d'Olympia Press, s'en rapproche, et offre à Trocchi de publier ses premiers romans, ainsi que des travaux de traductions, et parmi ceux-ci, une adaptation de My Life and Loves de Frank Harris, de nombreux textes érotiques — sous le pseudonyme de Frances Lengel[2] —, et la première traduction notable de Jean Genet en anglais (Journal du voleur).

En octobre 1955, il devient membre de l'Internationale lettriste, puis de l'Internationale situationniste.

Il quitte Paris en 1957 pour la Californie, non sans avoir contracté une addiction à l'héroïne. En 1961, il publie à New York son dernier roman Cain's Book chez Grove Press qui lui vaut d'être emprisonné pour apologie de la drogue ; il rencontre Norman Mailer et, à Montréal, Leonard Cohen.

De 1961 à sa mort, il réside principalement à Londres. Il quitte le mouvement situationniste durant l'automne 1964, suite au lancement du « Projet Sigma »[2]. Le 11 juin 1965, il participe au récital International Poetry Incarnation au Royal Albert Hall avec entre autres Allen Ginsberg.

En 2003, son roman publié en 1957, Young Adam, est adapté à l'écran.

Bibliographie en français[modifier | modifier le code]

  • Le Livre de Caïn, traduit par Aanda Golem, Paris, Julliard, collection Lettres nouvelles, 1962 — 2e traduction aux éditions du Lézard, par Edoardo Diaz, collection Littératures hallucinées, 1999, (ISBN 9782910718183).
  • Le Jeune Adam, traduit par Bernard Willerval, Paris, Buchet-Chastel, 1964.
  • Anna en sa tanière, Paris, Marie Concorde éditeur, collection Olympia, 1970.
  • Young Adam, traduit par Serge Quadruppani[4], Paris, Anne-Marie Métailié, collection Bibliothèque écossaise, 1997, (ISBN 9782864242512).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue des éditions Métailié, en ligne.
  2. a b et c Gérard Berréby (dir.), Textes et documents situationnistes : 1957-1960, Paris, Allia, 2004, p. 130-131.
  3. Données sur (en) Suncat, University College London, en ligne.
  4. Une première traduction de Bernard Willerval avait paru chez Buchet-Chastel en 1963.

Liens externes[modifier | modifier le code]