Rue Campagne-Première

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

14e arrt
Rue Campagne-Première
image illustrative de l’article Rue Campagne-Première
Vue de la rue depuis le boulevard du Montparnasse.
Situation
Arrondissement 14e
Quartier Montparnasse
Début 146, boulevard du Montparnasse
Fin 237, boulevard Raspail
Morphologie
Longueur 266 m
Largeur 12 m
Historique
Création XVIIIe siècle
Dénomination 1797
Ancien nom Ruelle du Montparnasse
Géocodification
Ville de Paris 1463
DGI 1471

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Campagne-Première
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Campagne-Première est une voie située dans le quartier du Montparnasse du 14e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue Campagne-Première est située entre le boulevard du Montparnasse et le boulevard Raspail.

La rue est desservie par les stations de métro :

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Ainsi nommée par le général révolutionnaire Alexandre Camille Taponnier, propriétaire de terrains alentour, qui voulait évoquer sa première campagne militaire, la bataille de Wissembourg en 1793[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue est un ancien chemin de terre, presque impraticable, dénommé au XVIIIe siècle « ruelle du Montparnasse » ; elle commence à être bâtie en 1797.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Cette rue est également célèbre grâce au film de Jean-Luc Godard, À bout de souffle (1960). C'est au bout de cette rue, après une longue course depuis le no 11, que le héros blessé, Michel Poiccard, incarné par Jean-Paul Belmondo, s'écroule avant de mourir[9] ; le pavage spécifique qu'on y voit a disparu lors de la réfection de 1999.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne).
  2. a, b, c et d Collectif, Étrangers célèbres et anonymes du 14e arrondissement , mairie du 14e, octobre 2011, p. 8.
  3. Société du salon d'automne, Exposition de 1904: Catalogue de Peinture, Dessin, Sculpture, Gravure, Architecture et Arts Décoratifs, Grand Palais des Champs-Élysées, Ch. Hérissey, Évreux, , 224 p.
  4. « Après quoi, ils allèrent s'installer 5, rue Campagne-Première, au cœur de Montparnasse, dans un grand atelier sans confort, dont la loggia-chambre à coucher s'ouvrait par-derrière sur le jardin d'un couvent. » Georges Sadoul, éditions Pierre Seghers, coll. « Poètes d'aujourd'hui », no 1591967, p. 9.
  5. « Louis Aragon et Elsa Triolet », terredecrivains.com. Une plaque est apposée sur l'immeuble.
  6. a et b D'après la plaque apposée sur l'immeuble.
  7. Anne-Cécile Beaudoin, « César, l'homme qui changeait le fer en or », Paris Match, 7-13 décembre 2017, p. 112-119.
  8. « Le séjour de Rimbaud à Paris (suite) », sur lechercheurindependant.blogspot.fr (consulté le 6 février 2018).
  9. Article paru en janvier 2013 sur le site Paris fait son cinéma, Anne-Charlotte de Langhe et Aude Vernuccio, « Le cinoche à la trace », Le Figaroscope, 10-16 avril 2013, p. 6.