Aleksandre Soukhovo-Kobyline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aleksandre Soukhovo-Kobyline
Description de l'image Sukhovo-Kobylin.jpg.
Naissance 17 septembre 1817 ( dans le calendrier grégorien)
Moscou Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès 11 mars 1903 ( dans le calendrier grégorien) (à 85 ans)
Beaulieu-sur-Mer Drapeau de la France France
Activité principale
Dramaturge, traducteur
Auteur
Langue d’écriture russe
Mouvement réalisme
Genres

Œuvres principales

Le Mariage de Kretchinski

Aleksandre Soukhovo-Kobyline (en russe : Алекса́ндр Васи́льевич Су́хово-Кобы́лин), né le à Moscou et mort le à Beaulieu-sur-Mer est un dramaturge et traducteur russe[1]. Il est membre de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg (1902).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un vétéran de la campagne de Russie, Aleksandre Soukhovo-Kobyline nait dans une riche famille noble du village de Voskresenskoye (Popovka), dans l'actuel district administratif de Troïtski de Moscou. Il a passé sa jeunesse dans ce village. Parmi les invités de la maison Soukhovo-Kobyline sont Nikolaï Nadejdine, Mikhaïl Pogodine, Mikhaïl Maximovitch.

En 1834, à l'âge de seize ans, il entra à la faculté de physique et de mathématiques de l'Université Impériale. Il étudie les mathématiques, la physique, la chimie, l'astronomie, la minéralogie, la botanique, la zoologie, l'agriculture et la philosophie. Il poursuivra ses études à Heidelberg et à Berlin.

Il fait plusieurs voyages à l'étranger. À Paris, il se lie avec une modiste Louise Simon-Dimanche, qui est retrouvée assassinée le 7 novembre 1850. Aleksandre Soukhovo-Kobyline se voit accusé de ce crime et mis en prison. Seule sa fortune lui permettra à faire face, en payant entre autres les pots-de-vin afin d'obtenir un non-lieu[2]. Pendant sa détention il écrit Le Mariage de Kretchinski, une farce sociale dénonçant l'injustice et la bureaucratie. Les deux autres œuvres qui suivent, L'Affaire et La Mort de Tarelkine bien qu'ayant un tout autre sujet sont réunies par le style de tragédie bouffe[3],[4].

En 1871, sur le conseil de son ami l'homme de lettres Konstantin Ouchinski, Soukhovo-Kobyline installe un séminaire sur son domaine situé dans le district de Novy Mologski du Gouvernement de Iaroslavl, l'institution préparait les enseignants et fonctionnait jusqu’à l'incendie survenu sur le domaine dans la nuit du 19 décembre 1899. Après l'incendie, le séminaire a été transféré à Ouglitch. Une partie importante des manuscrits philosophiques et mystiques de Soukhovo-Kobyline a été détruite lors du même incendi.

En 1900, il s'installe en France et vit avec sa fille Louise Narychkina à Beaulieu-sur-Mer, où il meurt le 24 mars 1903. Il est enterré dans le cimetière local.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Niqueux, « Les liaisons franco-russes de Suxovo-Kobylin », Revue des études slaves, no 4,‎ , p. 413-425 (lire en ligne)
  2. Alexandre Demidoff, Natacha Koutchoumov frappe à Genève avec une farce russe infernale, 2 mars 2015, letemps.ch
  3. Vsevolod Meyerhold, Ecrits sur le théâtre., Volume 1 ;Volumes 1891 à 1917, L'AGE D'HOMME, , 365 p. (ISBN 9782825115718, lire en ligne), p. 340
  4. « Éteignez vos portales, la chronique théâtrale de Jeaun-Pierre Léonardini c'est une salade russe tout à fait de saison », sur humanite.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]