Albert Diato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Diato
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 58 ans)
Nice
Nationalité
Monégasque
Activité
céramiste

Albert Diato (né à Monaco le 23 janvier 1927 et mort à Nice le 13 août 1985) est un céramiste, peintre et graveur monégasque.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1948, Albert Diato se rend à Vallauris à l'invitation de Pablo Picasso et y fonde l'Atelier du Triptyque avec Francine Del Pierre et Gilbert Portanier. Entre 1950 et 1954, il expose successivement à Cannes, Bruxelles, Antibes, Londres, Sarrebruck et aux Pays-Bas. En 1954 Albert Diato se sépare de Francine Del Pierre et quitte Paris pour se marier le 24 juillet 1954 avec Francine Rolland, monégasque comme lui.

De 1954 à 1956, il est boursier à l'Institut d'art pour la céramique de Faenza (Italie), où il travaille essentiellement le grès.

De 1956 à 1958, il vit à Milan où il ouvre un atelier - il remporte une médaille d'argent à la XIe Triennale de Milan, puis un premier prix au XVIe concours de céramique de Faenza. En 1960, il réalise un bas-relief en céramique pour la bibliothèque Princesse Caroline à Monaco puis décore la grande salle des délégués du siège de l'UNESCO à Paris, avec Henri Bataille. Il se fixe à Paris, rue du Temple, dans les combles mansardés d'un grossiste en boutons.

De 1967 à 1971, Albert Diato est envoyé en Afghanistan à titre d'expert où il parviendra à devenir à la fois l'ami du roi et celui des potiers d'Istalif ; il y réalisera, entre autres, un bas-relief en céramique et lapis-lazzuli pour le salon de l'ambassade de France à Kaboul, une œuvre en pierre et marbre pour le roi d'Afghanistan (dont ce dernier fit don à l'empereur du Japon) et une autre pour le pavillon de l'Afghanistan à l'Exposition universelle d'Osaka.

Diato restera profondément marqué par son expérience afghane, tant d'un point de vue artistique qu'humain - bien des années après, l'un de ses grands chagrins sera la nouvelle de la destruction au napalm du village d'Istalif par l'armée soviétique.

Rentré en Europe, il ouvre son atelier cité Véron, au pied de la butte Montmartre, dans une cité d'artistes où vivent Jacques Prévert et Ursula Kubler-Vian. Ces années sont marquées par la poursuite de sa recherche et de son œuvre, en particulier la série emblématique des "Oiseaux nyctalopes", une autre de théières à figures d'oiseaux ainsi que des coupes réalisées à partir de moulages de "culs et de cons".

Diato fait un nouveau séjour d'un an en tant qu'expert au Togo, rentre à Paris et décide, en 1984, de retourner s'installer à Monaco où il enseigne à l'École des arts décoratifs. Il meurt un an après.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Albert Diato se trouvent au musée de Faenza, au Metropolitan Museum of Art de New York ainsi qu'aux musées de Chicago, Pesaro, Strasbourg... et dans les collections privées Rothschild de Cambridge, de la Fondation Boris-Vian de Paris, de la famille princière de Monaco et dans d'autres encore à Strasbourg, Francfort, Florence, Venise, Paris, New-York...

La ville de Faenza lui rendit hommage dès l'été 1986 au travers d'une exposition : "Omaggio a Diato".

En 2013, se tient une grande rétrospective Quai Antoine 1er à Monaco, inaugurée par SAS le Prince Albert II de Monaco et SAR la Princesse Caroline de Hanovre. Les co-commissaires en sont Adriano Ribolzi et Marie-Pascale Suhard. Un ouvrage de référence parait conjointement: "Albert Diato, céramiste et peintre" par Marie-Pascale Suhard aux Editions Norma.

L'immense talent de céramiste d'Albert Diato, et la reconnaissance qui fut la sienne à ce titre, ne doivent pas occulter une œuvre de peintre et, dans une moindre mesure, de graveur, tout aussi exceptionnelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]