Francine Del Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francine Del Pierre
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Francine Del Pierre est une céramiste française, née le et décédée le à Paris[1].

Éléments de biographie[modifier | modifier le code]

Des débuts tardifs dans la poterie[modifier | modifier le code]

Francine Del Pierre commence une carrière de journaliste, mais, en 1945, à l'âge de trente et un ans, elle découvre le travail de la terre. Comme beaucoup de potiers de son époque, elle part vivre en 1948 à Vallauris où elle fonde, en 1949, l'Atelier du Triptyque avec Albert Diato et Gilbert Portanier. Elle quitte trois ans plus tard, en 1952, Vallauris, devenu à son goût trop mondain et superficiel, pour regagner Paris.

De très petite taille, Francine Del Pierre éprouvait des difficultés pour produire ses pièces au tour. Elle développera rapidement une technique de modelage au colombin qui va devenir sa spécialité.
Contrairement aux autres potiers utilisant cette technique et qui en soulignent l'aspect brut, elle accorde un soin extrême à la finition de ses pièces, avec une exigence particulière pour leur symétrie et la finesse de leurs parois (ses pièces sont d'une très grande légèreté). Elle insiste, dans ses écrits, sur le creux qui habite une poterie, un creux qui assure, dit elle, la « respiration » de la forme.

L'atelier de la rue Bonaparte[modifier | modifier le code]

En 1957, Fance Franck lui est présentée. Elles travaillent ensemble à son domicile rue des Morillons. L'atelier compte six ou sept élèves, mais il s'avère rapidement trop petit et vétuste. Une collectionneuse, Marianne Frotey, leur trouve un atelier au 47, de la rue Bonaparte. Pour l'acquérir, Sergio de Castro et les collectionneuses Lydia Fote et Jane Owen vont les soutenir[2]. L'atelier devient un lieu de travail et de rencontres, connu d'un cercle d'amateurs et de collectionneurs comme Fina Gomez, où se retrouvent à la fois des directeurs de musées de divers pays, et des grands maîtres potiers comme Bernard Leach, Shoji Hamada ou Michael Cardew.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, en 1963, Francine Del Pierre a traduit de l'anglais, avec Marguerite Buchet et Fance Franck, Le Théâtre de l'absurde (The Theatre of the Absurd) de Martin Esslin (Paris, Buchet-Chastel ; réédité en 1992)[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité du catalogue de la BNF
  2. Antoine Gournay et Pierre Staudenmeyer, Francine del Pierre, Fance Franck : Dialogue des céramistes, Paris, Norma Editions, , 159 p. (ISBN 2-909283-89-5), p. 70
  3. Notice du catalogue général de la BNF

Lien externe[modifier | modifier le code]