Alain Gerber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alain Gerber
Naissance (73 ans)
Belfort, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français

Œuvres principales

Alain Gerber, né le à Belfort, est un écrivain et critique de jazz français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Romancier reconnu, il reçoit le prix du roman populiste en 1982 puis le prix Goncourt de la nouvelle en 1984. Il collabore à de nombreuses revues de jazz depuis 1964 dont Jazz Magazine et Diapason et écrit de nombreuses notes de disques.

À partir de 1971, il produit et présente des émissions sur le jazz sur France Musique et France Culture. À la suite de Lucien Malson, il supervise l'émission hebdomadaire Black and Blue qui s'applique à commenter le jazz dans tous ses états. Il s'entoure d'intervenants réguliers comme le saxophoniste Jean-Louis Chautemps et le batteur Georges Paczynski.

L'amateur se souvient de sa pièce radiophonique sur Billie Holiday Un oiseau au plumage de fumée et des nombreuses séries d'émissions qu'il consacre dans les émissions Le Temps des musiciens et Le jazz est un roman aux grands noms du jazz, Lester Young, Sonny Rollins, Chet Baker, Louis Armstrong, Clifford Brown, Bill Evans

Après de nombreux essais sur le jazz, il se lance dans le roman-jazz avec Chet en 2002. Le musicien devient personnage de roman et plus objet d'analyse. L'impression de proximité, d'intimité avec le personnage est plus importante avec ce nouveau procédé d'écriture. Le roman s'inspire des faits réels et l'auteur, malgré la part d'imagination de l'écriture, s'applique à être au plus proche de possibles vérités sur le musicien. Il poursuit dans la même voie romanesque avec Louie (2002), Charlie (2005) et Lady Day : histoire d'amours (2005), Miles (2007). De ces romans, il donna une vibrante lecture sur les ondes de France Musique, commençant l'hiver 2002-2003 avec une magistrale réincarnation de Chet.

Cette série de romans consacrés aux grands personnages du jazz ne doit toutefois pas faire oublier les livres antérieurs. Ce qui semble caractéristique de Gerber, c'est le mélange tout à fait personnel de sympathie, au sens étymologique du terme, pour les gens au destin précaire, d'imagination débordante, de personnages hauts en couleur et d'un vocabulaire étourdissant. Ses livres sont truffés de scènes inoubliables, témoins la fin des Petites chaises de Myrtiosa et celle de la nouvelle Sur l'épaule du monde dans Les jours de vin et de roses.

Pilier historique du jazz à Radio France, il est remercié sans manière[1] avec plusieurs autres spécialistes de la même génération, à la fin de la saison 2007-2008.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1975 : La couleur orange
  • 1976 : Le buffet de la gare
  • 1977 : Le plaisir des sens
  • 1979 : Le faubourg des coups-de-trique
  • 1980 : Une sorte de bleu, roman (Prix du roman populiste)
  • 1981 : Le Jade et l'Obsidienne
  • 1982 : Le lapin de lune
  • 1984 : Une rumeur d'éléphant
  • 1986 : Les heureux jours de Monsieur Ghichka
  • 1987 : La trace-aux-esclaves
  • 1989 : Le Verger du diable, roman (Prix Interallié)
  • 1991 : Mylenya ou La maison du silence
  • 1994 : L'aile du temps
  • 1999 : Les petites chaises de Myrtiosa
  • 2001 : Jours de brume sur les hauts plateaux
  • 2001 : Chet
  • 2002 : Louie
  • 2004 : Le Roi du jazz, histoire de deux amis de couleurs différentes
  • 2005 : Charlie
  • 2005 : Lady Day : histoire d'amours
  • 2007 : Paul Desmond et le côté féminin du monde
  • 2007 : Miles (Miles Davis)
  • 2009 : Blues
  • 2010 : Insensiblement (Django)
  • 2011 : Longueur du temps, (Alter ego)
  • 2012 : Le Central (Fayard)

Nouvelle[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Le Cas Coltrane, Marseille, Parenthèses, coll. "Epistrophy" (préface de Francis Marmande).
  • 1990 : Portraits en jazz
  • 1998 : Fiesta In Blue, vol. 1, textes sur le Jazz
  • 1999 : Fiesta In Blue, vol. 2, textes sur le Jazz (Prix Charles Delaunay de l'Académie du Jazz)
  • 2000 : Lester Young, essai (Prix de l'Académie Charles Cros)
  • 2001 : Clifford Brown
  • 2001 : Bill Evans
  • 2003 : Jack Teagarden : pluie d'étoiles sur l'Alabama
  • 2007 : Balades en jazz
  • 2012 : Petit Dictionnaire incomplet des Incompris (Prix du livre de jazz décerné par l'Académie du jazz[2])
  • 2014 : Bu, Bud, Bird, Mingus, Martial et autres fauteurs de trouble

Discographie[modifier | modifier le code]

Collection « The Quintessence » dirigée par Alain Gerber[modifier | modifier le code]

Grand prix de l'Académie du jazz / Grand prix de l'Académie Charles Cros, aux éditions Frémeaux & Associés, regroupant les grandes figures du jazz[3] parmi lesquelles :

  • Billie Holiday - The Quintessence Vol 1 (New York - Los Angeles) 1935 - 1944
  • Louis Armstrong - The Quintessence Vol 1 (New York - Chicago) 1925 - 1940
  • Django Reinhardt - The Quintessence Vol 1 (Paris - Bruxelles) 1934 - 1943
  • Stan Getz - The Quintessence (New York - Los Angeles - Stockholm - Boston) 1945 - 1951
  • Duke Ellington - Quintessence Vol 2 (Chicago - New York - Hollywood) 1928 - 1950
  • Sidney Bechet - The Quintessence (New York - Glovesville - Chicago) 1932 - 1943
  • Sarah Vaughan - The Quintessence (New York) 1944 - 1948
  • Miles Davis - The Quintessence (1945 - 1951)
  • Dizzy Gillespie - The Quintessence (New York - Chicago) 1940 - 1947
  • Ella Fitzgerald - The Quintessence Vol 1 (New York) 1936 - 1948
  • Lester Young - The Quintessence Vol 1 (Chicago - New York - Los Angeles) 1936 - 1944
  • Chet Baker - The Quintessence (Los Angeles - Paris - Ann Arbor) 1953-1956
  • Charlie Mingus - The Quintessence (New York - Los Angeles) 1947-1960
  • Art Blakey & The Jazz Messengers - The Quintessence (New York - Paris) 1947-1959
  • Modern Jazz Quartet - The Quintessence (New York - Stockholm - Lennox) 1952 - 1960
  • Dave Brubeck & Paul Desmond - The Quintessence (San Francisco - New York - Los Angeles) 1948-1959
  • Ahmad Jamal - The Quintessence (Chicago - New York - Washington) 1952-1960
  • Max Roach - The Quintessence (New York - Toronto - Newport) 1951-1960
  • Frank Sinatra - The Quintessence (New York - Hollywood) 1939-1955
  • Martial Solal - The Quintessence (Paris) 1956-1962

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le jazz à la porte de Radio France in Citizen Jazz, 15 juillet 2008]
  2. Jean-Louis Lemarchand, « Emile Parisien et Pierrick Pedron, saxophonistes, lauréats de l'Académie du Jazz », sur latribune.fr,‎ (consulté le 29 janvier 2013)
  3. « Collection "The Quintessence" sur le site web de l'éditeur », sur www.fremeaux.com,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]