Aktan Arym Kubat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Aktan Abdykalikov)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Aktan Arym Kubat
(ou Aktan Abdykalykov)
Description de cette image, également commentée ci-après
Aktan Arym Kubat en 2011 au FICA de Vesoul
Nom de naissance Aktan Abdykalykov
Naissance (61 ans)
Kountouou, province de Tchouï
Nationalité Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Le Fils adoptif
Centaure

Aktan Abdykalykov (en cyrillique Актан Абдыкалыков), appelé Aktan Arym Kubat depuis 2003, est un cinéaste kirghiz, né le à Kountouou, dans le district de Sakoulou (en) (province de Tchouï), en RSS kirghize (à l'époque intégrée à l'URSS).

Biographie[modifier | modifier le code]

Aktan Abdykalykov est artiste peintre de formation, diplômé de l'Institut des arts de Bichkek. Il a donc un parcours atypique pour un cinéaste formé dans l'ex-URSS, puisqu'il n'est pas promu d'une grande école de cinéma. Comme il n'est pas non plus issu de l'intelligentsia de la petite république soviétique kirghize, son intégration aux milieux artistiques n'est pas aisée. Il doit avoir recours à un arrangement pour parfaire sa technique, obtenant l'accès aux peintres kirghizes en échange du gardiennage des locaux d'une Académie de peinture.

En 1981, il est invité pour la première fois comme artiste décorateur pour les studios Kyrgyz Film. Durant dix ans, il occupe divers postes au sein des studios. Il est notamment l'auteur de tableaux et croquis destinés à inspirer les équipes de tournage entre l'écriture du scénario et celle du plan de tournage. Il évolue progressivement vers le poste de premier assistant, puis vers la réalisation et la mise en scène.

Dans les années 1980, il travaille comme chef décorateur sur plusieurs longs métrages.

En 1990, il réalise son premier film documentaire, Un chien qui court, qui reçoit le Grand Prix du festival international de Bakou (Azerbaïdjan). En 1992, il s'essaie à la fiction avec un long métrage resté confidentiel, Où est ta maison, l'escargot ? (Gde tvoy dom, ulitka?).

Il débute une trilogie sur l'enfance en 1993 avec un moyen métrage de fiction, La Balançoire (Selkinchek). Il reçoit, entre autres, le grand prix du festival de Potsdam.

Cette trilogie se poursuite avec le long métrage, Le Fils adoptif (Beshkempir), sort en 1998. Consacré à l'enfance dans un village kirghize des années 1960, il reste son grand succès à l'étranger. Il reçoit notamment le Grand Prix et le Prix Findling du Festival international de Cottbus et le Grand Prix du Festival de Belgrade.

Aktan Arym Kubat en 2016.

En 2001, pour achever sa trilogie, il présente Le Singe (Maïmyl) au Festival de Cannes, dans la sélection Un certain regard. Ce long métrage prolonge son parcours partiellement autobiographique par l'évocation de l'adolescence en Kirghizie. Ce film bénéficie de fonds étrangers, notamment avec le concours financier du Centre national de la cinématographie.

En 2003, Aktan Abdykalykov, qui est un enfant adopté, choisit d'associer dans son nom les prénoms de son père biologique Arym et son père adoptif Kubat. Il signe désormais ses réalisations du nom d'Aktan Arym Kubat.

En 2010, il signe Le Voleur de lumière (Svet-Ake) présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes puis l'année suivante en film d'ouverture au Festival international des cinémas d'Asie de Vesoul.

En 2017, il sort Centaure, notamment présenté à la Berlinale.

Style[modifier | modifier le code]

Revendiquant comme un credo la catégorie « Art et essai », Aktan Arym Kubat propose un cinéma dénué d'effets spéciaux et d'artifices de mise en scène, en décor réel, avec une majorité d'acteurs non professionnels. Le scénario est pour lui un plan de travail, qu'il n'hésite pas à bouleverser et nourrir des événements qui surviennent sur le tournage, tout en conservant une forte cohérence d'ensemble.

Le choix soigné des cadres et le rythme plutôt paisible des scènes et des enchaînements, l'apparentent au cinéma classique d'Europe de l'Est et d'Union soviétique. En revanche, le parti pris de simplicité des sujets et des images l'en distingue fortement.

Par ailleurs, contrairement à nombre de ses contemporains des pays issus de l'ex-URSS, il donne du Kirghizstan une image tendre, voire espiègle, volontiers optimiste, mais profondément réaliste.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Documentaires et courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 1990 : Un chien qui court (Bezhala sabaka / The Dog Was Running) (court métrage documentaire - Grand Prix du festival international de Bakou) - coréalisé avec Erkin Ryspayev
  • 1993 : La Balançoire (Selkinchek) (moyen métrage de fiction - Grand Prix du Festival de Potsdam)
  • 1995 : Besh-terek (documentaire)
  • 1997 : Assan-Oussen (Asan-Usen) (court métrage de fiction)
  • 2000 : L'Arrêt d'autobus (Ostanovka / Beket) (court métrage de fiction)

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Il a participé à plusieurs films qu'il n'a pas réalisé :

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mirlan Abdykalykov, fils d'Aktan Arym Kubat, a joué dans plusieurs films de son père puis réalisé son propre film en 2015.

Liens externes[modifier | modifier le code]