Aircall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aircall
logo de Aircall

Création 2014
Fondateurs Olivier Pailhes
Jonathan Anguelov
Pierre-Baptiste Béchu
Xavier Durand
Siège social Paris
Actionnaires Draper Esprit
NextWorld Capital
Newfund
DTCP
Adam Street
eFounders
Balderton
Goldman Sachs
Activité Téléphonie d’entreprise basée sur le cloud
Effectif 700 salariés[1]
SIREN 807437595
Site web https://aircall.io/

Aircall est une entreprise française fondée en 2014, spécialisée dans la conception de solutions de téléphonie d’entreprise basées sur le cloud[2] et localisée à Paris, New York, Madrid et Sydney[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Aircall est créée en 2014, au sein du start-up studio eFounders[4], par Olivier Pailhes, Jonathan Anguelov, Pierre-Baptiste Béchu et Xavier Durand. Aircall propose aux entreprises (principalement des PME et des ETI) un système téléphonique basé dans le cloud[3].

Après deux tours d'amorçage de respectivement 800 000 dollars[5] et 2.75 millions de dollars[6] entre 2014 et 2015, Aircall lève en 2016 près de 8 millions de dollars[7]. La même année, l’entreprise s’installe à New York pour mieux s’implanter sur le marché américain[8]. En 2017, Aircall voit son chiffre d'affaires tripler et se pose en alternative aux systèmes traditionnels[9].

En 2018, Aircall réalise une nouvelle augmentation de capital de 29 millions de dollars auprès de Draper Esprit, NextWorld Capital et Newfund. En , Aircall lance avec le gouvernement et Salesforce un site pour lutter contre l'illettrisme numérique[10]. En [11], Aircall lève 65 millions de dollars auprès du fond DTCP, Adam Street, eFounders, Draper Esprit, Balderton et Next World, portant le financement total à plus de 100 millions de dollars[12].

L’entreprise annonce en , qu’elle compte doubler de taille en recrutant 300 personnes afin de renforcer son pôle recherche et développement et son internationalisation, notamment en Europe et vers l’Asie-Pacifique[3]. Afin d'enrichir son produit, Aircall a annoncé en 2021 maintenant supporter les SMS sur l'intégralité de ses offres[13]. En juin 2021, la société réalise une nouvelle levée de fonds de 120 millions de dollars[14], faisant d'Aircall la 16e licorne française[15], aux côtés de la plupart de ses investisseurs historiques et menée par la banque Goldman Sachs[16].

Activités[modifier | modifier le code]

Aircall propose des solutions de téléphonie basées sur le cloud pour les entreprises, en leur permettant de n’utiliser ni téléphone fixe ni système PABX[9]. La technologie utilisée repose sur la Voix sur IP - plus précisément WebRTC - de sorte qu'il peut être utilisé sur n'importe quel appareil connecté à Internet. La technologie VoIP d’Aircall comprend des fonctionnalités communes aux systèmes PBX, comme le serveur vocal interactif et la distribution automatique d’appels, mais ces fonctionnalités peuvent être configurées et personnalisées par n'importe quel utilisateur professionnel. La technologie utilisée permet d’intégrer au logiciel des outils commerciaux, comme Salesforce, HubSpot, Zendesk et Shopify[17].

Aircall facture à l’utilisateur un abonnement mensuel de 30 à 50 euros[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pourquoi la transparence est un atout, clé de succès pour les entreprises ? », sur Journal Du Net, (consulté le )
  2. Anaelle Grondin, « La start-up parisienne Aircall lève 25 millions d'euros », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  3. a b et c Elsa Bembaron, « Le français Aircall va recruter 300 personnes en 2021 », sur LeFigaro, (consulté le )
  4. Pierre-François Lovens, « Aircall est en bonne voie de devenir la première "licorne" d’eFounders », sur La Libre.be, (consulté le )
  5. Olivier HarmantPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, « Aircall, le call center en cloud, lève 800 000 dollars pour attaquer le marché américain », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  6. Olivier HarmantPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, « Aircall, 2,75 millions pour changer de dimension dans le call center cloud », sur FrenchWeb.fr, (consulté le )
  7. Sylvain Rolland, « Aircall, 8 millions de dollars pour monter en gamme sur le call center en cloud », sur FrenchWeb, (consulté le )
  8. Nicolas Rauline, « Aircall veut conquérir l'Amérique au détriment des géants de la téléphonie », sur Les Echos Executives, (consulté le )
  9. a et b Elsa Bembaron, « Aircall veut « ubériser » la téléphonie d'entreprise », sur LeFigaro, (consulté le )
  10. « Covid-19 : Le gouvernement, Aircall et Salesforce lancent un site contre l'illettrisme numérique », sur usine-digitale.fr (consulté le )
  11. « La start-up Aircall, experte dans la téléphonie d'entreprise, lève 65 millions de dollars », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  12. « Aircall accélère avec le Nasdaq en ligne de mire », sur Les Echos, (consulté le )
  13. (en) « Aircall Named One of the Fastest-Growing Companies in North America on the 2021 Deloitte Technology Fast 500™ », sur www.businesswire.com, (consulté le )
  14. « Aircall, l'aventure américaine de la nouvelle licorne made in FrenchTech », sur Les Echos, (consulté le )
  15. « Aircall devient la seizième licorne française », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Aircall passe le cap du milliard de valorisation », sur Le Figaro, (consulté le )
  17. « Le français Aircall lève 65 millions de dollars et se voit déjà licorne », sur www.journaldunet.com (consulté le )
  18. « Téléphonie d'entreprise: Aircall veut être leader sur un marché à 20 milliards de dollars », sur Challenges (consulté le )