Aida Muluneh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aida Muluneh
Aida Mulune.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction
OkayAfrica 100 Women (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Aida Muluneh, née en 1974, est une photographe éthiopienne et une artiste contemporaine.

Elle a fondé également le premier festival dédié à la photographie en Afrique de l'Est, Addis Foto Fest (AFF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille est originaire des hauts-plateaux et des vallées rurales du Wello. Elle quitte l’Éthiopie à l’âge de cinq ans.

Elle séjourne en Europe, au Yémen puis au Canada. C’est à Calgary, au lycée, qu’elle se passionne pour la photographie. Elle sort diplômée de l'université Howard en 2001[1].

Elle travaille comme freelance, notamment pour The Washington Post, et fonde également une organisation non-gouvernementale pour la formation artistique en Afrique, DESTA (Developing and Educating Societies Through the Arts)[2],[3]. Son travail est remarqué aux États-Unis[4], et est présenté notamment au musée national d'art africain à Washington.

En 2007, elle reçoit le Prix de l'Union européenne aux Rencontres africaines de la photographie, à Bamako, au Mali[2], et revient, cette même année, s'installer en Éthiopie[5].

En 2009, elle publie Past forward, un recueil de photographies où elle livre un regard personnel sur la vie et la culture éthiopienne[1].

En 2010, elle est la lauréate du prix international de photographie du Centro di Ricerca e Archiviazione della Fotografia (CRAF) à Spilimbergo, en Italie[6].

Elle devient la directrice du Musée d'art moderne/Gebre Kristos Desta Center situé à l'université d'Addis-Abeba.

Elle est également la fondatrice, la directrice et conservatrice du premier festival international en Afrique de l'Est, Addis Foto Fest, en 2010, une biennale[7].

Travaux[modifier | modifier le code]

Elle conserve une préférence pour la photographie analogique : « Dans ce monde numérique, je pense que chaque photographe doit se salir les mains dans la chambre noire ».

Mais elle pratique également la couleur comme pour l’œuvre sélectionnée pour l'affiche de l'exposition itinérante The Divine Comedy[8].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Une illusion sophistiquée (avec l'écrivain et critique d’art Simon Njami), 2009.

Principales expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2011 Ethiopia Past/forward - Christiansand Kunstforening, Christianssand

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Lumières d’Afriques, Clap sur l’artiste Aïda Muluneh », Afrique sur scène,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) Jennifer Bajorek et Erin Haney, « Eye on Bamako : Conversations on the African Photography Biennial », Theory, Culture & Society,‎ (DOI 10.1177/0263276410383718, lire en ligne)
  3. « Aïda Muluneh », sur contemporaryand.com
  4. Gérard Prunier, L’Éthiopie contemporaine, Éditions Karthala, , 440 p. (lire en ligne), p. 265
  5. Olivia Marsaud, « L'Afrique révélée par elle-même. Éthiopie. Aida Muluneh », Fisheye magazine, no 21,‎ , p. 34
  6. (it) « L'International Award all'etiope Aida Muluneh », Messagero Veneto,‎ (lire en ligne)
  7. (en) Julia Gallagher, Images of Africa: Creation, Negotiation and Subversion, Oxford University Press, , 203 p. (lire en ligne), p. 173, 176-178
  8. (en) « Aïda Muluneh », Africanah,‎ (lire en ligne)
  9. Edelweiss Vieira, « L’Afrique allumée au Palais de Chaillot », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. (en) Elizabeth Harney, Jeff R. Donaldson, Achamyeleh Debela et Kinsey Katchka, Ethiopian Passages, Philip Wilson Publishers, , 128 p., p. IV, 15, 43, 80

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fisheye, no 12, p. 35.

Liens externes[modifier | modifier le code]