Agustin Fernandez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Agustín Fernández
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Académie nationale des beaux-arts San Alejandro (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Genres artistiques

Agustin Fernandez (1928-2006) est un peintre cubain.

Il commence sa carrière à Cuba mais la plupart des ses œuvres sont produites en exil. Au cours de sa vie, marquée par de nombreux déplacements, Fernandez produit des tableaux, des dessins, des assemblages, des sculptures ainsi que des livres d’artiste. Il est considéré comme un des peintres cubains les plus emblématiques de sa génération[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Agustin Fernandez (Agustín Fernández) nait à La Havane le [2],[3].

Il étudie à la Escuela Nacional de Bellas Artes "San Alejandro" (en) de La Havane à partir de 1946, études au cours desquelles il fait un séjour à la Art Students League of New York, où il suit les cours de George Grosz et Yasuo Kuniyoshi. Son travail n'a pas été compris à San Alejandro. En 1952, l'exposition de ses œuvres à la Ciudad Cultural Nuestro Tiempo[note 1] le révèle comme l'un des principaux artistes de l'avant-garde cubaine. De 1953 à 1955, il fait partie de « Los Once »[note 2]. Il reçoit une mention à la Biennale de São Paulo en 1957 et expose à Madrid, Washington D.C., New York et Caracas[2].

En 1959, après la victoire de la Révolution cubaine, il obtient une bourse du nouveau gouvernement pour partir étudier en Europe. Aussi éloigné des idéaux de Batista que de ceux de Castro, il choisit l'exil et part pour Paris. Il y rencontre Simone Collinet, la première femme d'André Breton qui dirigeait la Galerie Fürstenberg, Roberto Matta, Joan Miró, Max Ernst, Alain Bosquet, Richard Wright[2].

Il quitte Paris en 1969 pour Porto Rico grâce a un contrat passé avec la Galería La Casa del Arte à San Juan, puis, en 1972, pour New York où il se lie avec Robert Mapplethorpe[2]. Il expose à la Anita Shapolsky Gallery (en), à la 123 Watts Gallery, à la Mitchell Algus Gallery, à la Galería Nina Menoca de Mexico. Une grande rétrospective de son œuvre est montrée à l'Université internationale de Floride de Miami en 1992[2].

Il meurt le à New York[6].

Agutin Fernandez à propos de son parcours[modifier | modifier le code]

  • « I used to go to my grandmother's house as a child, and we would draw together. When I was twelve, I took private drawing lessons, and at fifteen, I decided to register at San Alejandro, although no one in my family wanted me to be a painter. In Havana there was a great deal of contact among established artists. Cuba is small, and Havana smaller still. I was to be nourished by a thousand things when I went abroad. From a realist and figurative painter I went through a phase when I would only paint still-life. Around 1959, while in Paris, I began to make the images more concrete, to condense; later, I would start to use beige, or sober colors, white and black. In Paris I was guided by artists like Enrique Senal and Roberto Matta, and encouraged by the independent surrealists; not so by Breton and his circle. I don't know if exile influences my work, but it has influenced me. It is not that I left Cuba, it's not being able to return. »[note 3],[7]

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1961, il épouse Lia Epelboim, qui avait fui la Roumanie communiste. Ils ont eu trois enfants, Clodio, Clea et Sebastián. Lia puis Agustín sont décédés, en 2006, à quelques mois d'intervalle à Manhattan[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

La critique classe Agustin Fernandez dans la troisième génération des modernistes cubains[note 4],[1].

Le travail de Fernandez est ambigu. L'apparence métallique brute de ses peintures dissimule le fait que ses sujets sont plutôt sensuels, avec des connotations érotiques. Ses juxtapositions inattendues sont le fruit d'années de recherche philosophique et esthétique qui l'ont mené de Cuba à Paris, à Porto Rico, à New York. Dans chacun de ces environnements il a participé et « absorbé » leurs environnements artistiques[1].

« In my work there are certain erotic references which have images compelling to me. There are things one sees subconsciously that conjure up specific images. But my work is not erotic. My esthetic preoccupation has been with volume, and with the oscillation between the exact and the inexact. I have always painted the some theme, but in different ways. Even so, my paintings were more Cuban, more romantic before 1960; in exile they have become more metaphysical. »[note 5],[9]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Untitled, huile sur toile, 127 × 126 cm, Museum of Modern Art (MoMA), New York[10]
  • Le Roi et la Reine, dessin sur papier, 175 × 122 cm, MoMA, donation de Joe Novak[11]
  • Développement d'un délire, 200 × 183 cm, 1961, Frost Art Museum, Miami[12]
  • 7 pointes sèches, 1964, Victoria and Albert Museum[13]
  • The Warrior, huile sur toile, 249 × 173 cm, 1975, Frost Art Museum, Miami[14]
  • Metamorphosis, huile sur toile, 70 × 67 cm, 1982[15]

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Alain Bosquet, Lettre à un genou, 1963 — 7 pointes sèches de Agustin Fernandez[2]

Critiques[modifier | modifier le code]

  • « Agustín Fernández leaves a legacy of work that is marked by its independence from a comfortable artistic trajectory, while maintaining a close relationship with some of the most significant art of the twentieth century, including Abstraction, Surrealism, Assemblage, and Conceptual Art[note 6]. », Carol Damian (es)[1]
  • « Les tableaux d'Agustin Fernandez sont des images érotiques sans identité. Les formes employées n'y obéissent pas à un symbolisme sexuel déjà établi. Éros dans ses tableaux n'est pas le seul dieu caché. », Alain Jouffroy, « Clé pour Fernández », catalogue de l'exposition Agustín Fernández, Paris, Galerie Furstenberg, 1960.
  • « His art is fraught with the tensions that exist between the real and the surreal, the organic and the inorganic, the figurative and the objective […] He enjoys breaking physical boundaries in painting and sculpting to emphasize their psychological context[note 7]. », Carol Damian, ArtNexus (en), 2001, p. 147[16],[17]

Expositions[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • Une œuvre de Fernandez, Développement d'un délire, figure dans Pulsions de Brian De Palma (1980)[22]. Elle appartenait à Joe Novak qui possédait une collection d’œuvres de Fernandez et dans l'appartement duquel fut tournée une scène du film[23].

Monographies[modifier | modifier le code]

  • (en) Ricardo Pau-Llosa (en) (préf. Carol Damian (es)), Form’s Transgressions : The Drawings of Agustín Fernández, The Patricia Frost Art Museum, Florida International University, (lire en ligne)
  • Agustín Fernández: The Metamorphosis of Experience, Milan, 5 Continents Editions, 2012 — textes de Susan Aberth, Rocio Aranda-Alvarado, Donald Kuspit (en), Abigail McEwen
  • R.C. Kenedy, Agustín Fernández, Joseph A. Novak éd., New York, 1973

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Abigail McEwen, « Agustín Fernández. The Enigma of Desire », ArtNexus (en), vol. 85, no 131,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2019)
  • Julie Ackermann, « Punk, biotech et cyborg : Agustin Fernandez, l'artiste inconnu à redécouvrir d'urgence », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2019)
  • (en) Joseph Nechvatal, « The Erotically Charged Technophilia of Cyberpunk Paintings », Hyperallergic (en),‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2019)
  • (en) « Agustin Fernandez », Cuba Art New York,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2019)
  • (en) Sam Verdeja, Guillermo Martínez, Cubans, an Epic Journey : The Struggle of Exiles for Truth and Freedom, Reedy Press LLC, , 782 p. (ISBN 9781935806202)

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • Ricardo Vega, Ground Zero... by an artist in New York - Agustin Fernandez, Lunaticas productions, 2000[24]
  • Interview of Agustin Fernandez by Ramon Osuna, Signal 66 Art Gallery, 1999[25]
  • Ray Blanco, Artists in Exile, New York, Cinema Guild, 1994 — Interview de Agustín Fernandez[26]

Fondation[modifier | modifier le code]

The Agustin Fernandez Foundation a été créée par sa famille « in order to encourage an understanding and appreciation of Fernández’s artwork »[note 8],[27].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Fellow in Visual Arts, Cintas Foundation, 1978[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nuestro Tiempo, fondé en 1951, est considéré comme la principale institution culturelle progressiste de ces années[4]
  2. Los Once, actif de 1953 à 1955, regroupait les peintres expressionnistes cubains[5]
  3. J'avais l'habitude d'aller chez ma grand-mère quand j'étais enfant et nous dessinions ensemble. À douze ans, j'ai pris des leçons de dessin et, à quinze ans, j'ai décidé de m'inscrire à San Alejandro, bien qu'aucun membre de ma famille ne veuille que je sois peintre. À La Havane, il y avait beaucoup de contacts entre artistes établis. Cuba est petite et La Havane encore plus petite. Je devais me nourrir de mille choses lorsque je partais à l'étranger. D'un peintre réaliste et figuratif, j'ai traversé une phase où je ne peignais que la nature morte. Vers 1959, alors que j'étais à Paris, j'ai commencé à rendre les images plus concrètes, à se condenser ; plus tard, je commencerais à utiliser des couleurs beiges ou plus sobres, le blanc et le noir. À Paris, j'étais guidé par des artistes comme Enrique Senal et Roberto Matta et encouragé par les surréalistes indépendants ; pas tellement par Breton et son entourage. Je ne sais pas si l'exil influence mon travail, mais cela m'a influencé. Ce n’est pas que j’ai quitté Cuba, ce que ce je ne suis pas en mesure de revenir.
  4. La première génération étant celle de Amelia Peláez et la deuxième celle de Mario Carreño Morales[8]
  5. Dans mon travail, il y a certaines références érotiques qui ont des images convaincantes pour moi. Il y a des choses que l'on voit inconsciemment qui évoquent des images spécifiques. Mais mon travail n'est pas érotique. Ma préoccupation esthétique porte sur le volume et sur l'oscillation entre l'exact et l'inexact. J'ai toujours peint le thème, mais de différentes manières. Malgré tout, mes peintures étaient plus cubaines, plus romantiques avant 1960 ; en exil, elles sont devenus plus métaphysiques.
  6. Agustín Fernández laisse un héritage marqué par son indépendance par rapport à une trajectoire artistique confortable, tout en maintenant des relations étroites avec certains des mouvements les plus significatifs du XXe siècle, tels que l'abstraction, le surréalisme, l'assemblage et l'art conceptuel.
  7. Son art est chargé des tensions qui existent entre le réel et le surréel, l'organique et l'inorganique, le figuratif et l'objectif […] Il aime briser les frontières physiques dans la peinture et la sculpture pour souligner leur contexte psychologique.
  8. dans le but de favoriser la compréhension et l’appréciation des œuvres de Fernández.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Pau-Llosa.
  2. a b c d e et f McEwen.
  3. a b et c Cuba Art.
  4. Abigail McEwen, Revolutionary Horizons: Art and Polemics in 1950s Cuba, Yale University Press, 2016, p. 29 lire sur Google Livres
  5. David Craven (en), Art and Revolution in Latin America, 1910-1990, Yale University Press, 2006, p. 98 lire sur Google Livres
  6. catalogue.bnf.fr
  7. http://www.cernudaarte.com/artists/agustin-fernandez/
  8. Ricardo Pau-Llosa, Exile, Cultural Survival and the Generations [lire en ligne]
  9. cernudaarte.com
  10. moma.org
  11. a et b Ackermann.
  12. agustinfernandezfoundation.com
  13. collections.vam.ac.uk
  14. collections.frost
  15. www.cernudaarte.com
  16. lire sur Google Livres
  17. Verdeja.
  18. cubanartnews.org
  19. https://www.canyblog.com/tag/agustin-fernandez/
  20. moma.org
  21. digitalcommons.fiu.edu
  22. Art in America, vol. 94, p. 193 lire sur Google Livres
  23. Joe Novak, Something to Do with Wings: A Memoir, iUniverse, 2010, p. 199 lire sur Google Livres
  24. « Ground Zero... by an artist in New York - Agustin Fernandez » [vidéo], sur YouTube (consulté le 20 septembre 2020).
  25. (en) « Interview of Agustin Fernandez by Ramon Osuna » [vidéo], sur Vimeo (consulté le 20 septembre 2020).
  26. http://www.nlb.gov.sg/biblio/8433308
  27. agustinfernandezfoundation.com
  28. cintasfoundation.org

Liens externes[modifier | modifier le code]