Acritarche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Exemple d'acritarche
Eisenackidium orientalis Rubinstein, dans Rubinstein, Toro & Waisfeld, 1999 (photo C. Rubinstein)

Les acritarches sont des microfossiles à paroi organique, c’est-à-dire des palynomorphes, auxquels il n'est pas possible d'attribuer une affinité biologique avec certitude (on les regroupe dans les Biota incertae sedis).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom acritarche dérive du grec akritos, signifiant « incertain ou confus », et de arche, signifiant « origine », « ce qui est premier ». Le terme a été introduit pour la première fois par W.R. Evitt en 1963[1].

Présentation[modifier | modifier le code]

On pourrait caricaturer les acritarches comme étant tous les palynomorphes qui ont été laissés de côté dans les préparations palynologiques (lames qu'étudient au microscope les spécialistes en palynologie) après avoir réalisé toutes les autres identifications. Il est certain que différents organismes sont regroupés sous le terme acritarche, qui est donc un groupe polyphylétique. Certains sont probablement des kystes de dinoflagellés trop mal conservés pour être correctement identifiés, d'autres appartiennent sans aucun doute aux algues vertes et encore d'autres ressemblent fortement à certaines prasinophycées. Les acritarches sont connus depuis le Précambrien (les plus anciens connus sont datés de 1,87 milliard d'années), ils sont abondants au cours du Paléozoïque et puis régressent très fortement et disparaissent presque complètement par la suite.

La grande majorité des acritarches sont trouvés dans des sédiments de rivières et/ou associés à des organismes aquatiques. Ils ont été découverts par Manon[Qui ?] au XVIe. Par ailleurs d'après leur morphologie, leur distribution, et leur composition, la plupart des acritarches sont supposés être du phytoplancton et étaient donc à la base de la chaîne alimentaire de l'écosystème marin durant le Protérozoïque et le Paléozoïque.

Définition de Veryhachium[modifier | modifier le code]

Deunff  (1954)  décrit Veryhachium comme des « microorganismes planctoniques fossiles conservés à l'état de matière organique, le plus souvent de couleur jaune ou brune parfois noire, coque à paroi lisse ou granuleuse. Forme générale dépendant du nombre de processus (de 1 à 8), non globuleuse, sauf lorsqu’il n’y a qu'une seule corne. Processus presque toujours pointus, généralement longs ou très longs, souvent recourbés. Diamètre du corps de la coque 10 à 40 µm, rarement inférieur ou supérieur. Envergure totale pouvant atteindre 100 µm et plus ».

Plusieurs centaines d’espèces ont été décrites depuis 1954. Elles ont été attribuées à différents groupes morphologiques. Servais et al. (2007) distinguent deux groupes dans l’Ordovicien inférieur, Veryhachium trispinosum de forme triangulaire, et Veryhachium lairdii, de forme rectangulaire[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Servais 2003, p. 13.
  2. [Servais et al. 2007] (en) Thomas Servais, Marco Vecoli, Jun Li, Stewart G. Molyneux, Elena G. Raevskaya et Claudia V. Rubinstein, « The acritarch genus Veryhachium. Deunff 1954: taxonomic évaluation and first appearance », Palynologie, Taylor & Francis, Ltd, vol. 31,‎ , p. 191-203 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Servais 2003] Thomas Servais, Les acritarches de l'Ordovicien : applications en biostratigraphie, paléogéographie et paléoécologie (thèse de doctorat en Paléontologie - Paléozoologie dirigée par Alain Blieck), Lille, Université Lille1 - Sciences et Technologies, (résumé). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Stricanne 2004] Ludovic Stricanne, L'utilisation des acritarches du Paléozoïque Inférieur pour la reconstitution des paléoenvironnements (dissertation co-agréée pour un doctorat en Sciences naturelles dirigée par Thomas Servais), Tourcoing, université Eberhard Karls / université des Sciences et Technologies - UFR des Sciences de la Terre, , 1-29 p. (lire en ligne [PDF] sur d-nb.info). Cette dissertation est suivie de plusieurs articles en anglais sur les archicrates.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]