Achille Béguin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Achille Béguin
Beguin, Achille, par Nadar (Journal pour rire, 1852-04-23).jpg
Caricature par Nadar (Le Journal pour rire, 23 avril 1852)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
CaenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Achille Joseph BeguinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Maître

Achille Béguin, né le à Paris et mort le à Caen, est un peintre et caricaturiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 2 août 1830 dans l'ancien 10e arrondissement de Paris, Achille-Joseph Beguin (sans accent à l'état civil, contrairement à l'usage le plus courant) est le fils d'Anne-Rose Fournex et de Nicolas-Pierre Beguin (1794-1871)[1],[2], commis-négociant[3].

Artiste peintre, élève de Picot[4], Achille Béguin est plus connu en tant que caricaturiste et dessinateur humoristique. Ami de Nadar, il collabore comme lui à la Revue comique à l'usage des gens sérieux puis au Journal pour rire.

Aurélien Scholl raconte que Béguin, ayant tiré le mauvais numéro, manquait d'argent pour payer un remplaçant et éviter ainsi le service militaire. Avec l'aide de cinq de ses amis, il aurait par conséquent réalisé un demi-millier de portraits imaginaires, qu'il aurait ensuite vendus à travers la Bourgogne et la Normandie, avec l'argument de vente suivant : « Chacun choisit celui qui lui ressemble le plus. Les prix sont en rapport avec le plus ou moins de ressemblance »[5].

Le 27 mai 1861, Achille Béguin épouse Victorine Poizat à Montpellier[3].

Après la mort de son père, en 1871, il hérite d'un matériel de fabrication de couverts, qu'il revend l'année suivante au fabricant d'orfèvrerie Pierre-François-Elvire Queillé[6].

Il expose une vue des Environs de Nice au Salon de 1877. Il habite alors au no 8 de la rue d'Anjou-Saint-Honoré[4]. Il réside et travaille à cette adresse jusqu'en 1888 ou 1889[7].

En mars 1908, Nadar retrouve la trace de Béguin et tente de le joindre par l'intermédiaire de sa fille, Mme Jourdey-Béguin, à Caen. Le vieux photographe est bientôt peiné d'apprendre que son « vieux copain et ami », très souffrant, ne peut lui répondre[8].

Achille Béguin meurt finalement le 5 novembre 1913, en son domicile du no 263 de la rue Saint-Jean, à Caen[9]. Son corps est inhumé six jours plus tard au cimetière du Montparnasse (transféré à l'ossuaire du Père-Lachaise en 1991)[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives du Val-de-Marne, état civil de Thiais, registre des naissances de l'An II, acte no 21 (vue 15 sur 156).
  2. Archives de Paris, état civil du 4e arrondissement, registre des décès de 1871, acte no 4557 (vue 18 sur 31).
  3. a et b Archives départementales de l'Hérault, état civil de Montpellier, registre des mariages de 1861, acte no 169 (vue 94 sur 216).
  4. a et b Explication des ouvrages de peinture[...] des artistes vivants, exposés au palais des Champs-Élysées le 1er mai 1877, Paris, 1877, p. 20 (no 155).
  5. L'Éventail : écho des coulisses, 13 juin 1852, p. 3.
  6. Le Droit, 9 mars 1872, p. 239.
  7. Annuaire-almanach du commerce... (Didot-Bottin), Paris, 1889, p. 2159.
  8. Lettres de Nadar à Béguin et à Mme Jourdey-Béguin, vendues à Drouot le 20 décembre 2017 (lot no 56).
  9. Archives du Calvados, état civil de Caen, registre des décès de 1913, acte no 1162 (vue 298 sur 391).
  10. Archives de Paris, registres journaliers d'inhumations, cimetière du Montparnasse, année 1913, no 3315 (vue 25 sur 31).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :