Abd Rahman Mounif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abd al-Rahman Munif
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
DamasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
عبد الرحمن المنيفVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités

Abd Rahman Mounif (), de son nom complet Abd Rahman Ibrahim Mounif, est un romancier et penseur du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Abd Rahman Mounif est né en 1933 d’un père saoudien et d’une mère irakienne. Il est originaire du village kssiba au centre de l’Arabie Saoudite.

Études[modifier | modifier le code]

Il a étudié en Jordanie jusqu’à ce qu'il obtienne son baccalauréat, puis il a déménagé à Bagdad pour poursuivre ses études dans la faculté de droit en 1952. En 1958, il travaille dans la société syrienne du pétrole en 1962.

Il a été diplômé de l’université de Belgrade en Serbie.

D'ailleurs, il était un grand opposant au système du président irakien Saddam Hussein.

Sa nationalité saoudienne lui a été retirée à cause de ses opinions à propos des systèmes arabes[1].

Sa mort[modifier | modifier le code]

Il est mort en Syrie le 24 janvier 2004, âgé de 70 ans.

Des parties de sa tombe ont été détruites en mai 2007, sans toucher à son corps[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (février 2017). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Les arbres et l’assassinat de Merzouk – 1973
  • Le moyen orient – 1975
  • Les fins – 1977
  • Quand on a quitté le pont – 1979
  • La course des longues distances – 1979
  • Un monde sans cartes – 1982
  • Maintenant… ici - 1991
  • La terre de l’obscurité – 1999
  • La démocratie au premier…la démocratie toujours – 1995
  • La nervosité – 1995
  • Le retour du temps des fleurs – 1997
  • Entre la culture et la politique – 1998
  • Une mémoire pour l’avenir – 2001
  • Un voyage de lumière – 2001
  • Irak exemples d’histoire et de résistance – 2003
  • Des surnoms – 2006
  • La porte ouverte – 2006

Son œuvre la plus célèbre est « Les cités du sel » écrite en 5 chapitres[3] : le premier décrit la société villageoise saharienne après la découverte du pétrole, le deuxième raconte l’histoire des hommes d’affaires qui sont venus au monde arabe, et les trois autres décrivent les grands changements qu’a subi l’Arabie saoudite dans les derniers siècles après la découverte du pétrole. Pour cela, il a été interdit de distribuer ses œuvres en Arabie saoudite[3].

L’autre œuvre qui a eu un succès assez considérable est « Le moyen orient », considérée comme la première œuvre qui traite avec courage le sujet des prisons arabes. Il décide de publier une nouvelle version de son œuvre « Le moyen orient » sous titre de « Maintenant…..ici », où il traite pour une seconde fois le même sujet.

Il s’est lié d’amitié avec le romancier arabe « Jebran Khalil Jebrane ». Cette amitié a donné comme fruit une œuvre commune entre les deux intitulée « Un monde sans carte », qui est une des œuvres les plus rares écrites par deux personnes.

De ses dernières œuvres on cite « La terre de l’obscurité », où il a analysé la société irakienne et l’histoire de l’Irak.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « روافد: عبد الرحمن منيف », sur روافد (consulté le 8 février 2017)
  2. « عبد الرحمن منيف », sur www.abjjad.com (consulté le 8 février 2017)
  3. a et b « thebooksblog.com », sur ar.thebooksblog.com (consulté le 8 février 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]