Abattoirs de Ménilmontant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une borne historique de Paris, à l'entrée du square Maurice-Gardette, signale l'emplacement de ces anciens abattoirs.

Les abattoirs de Ménilmontant, également appelés abattoirs de Popincourt étaient l'un des cinq abattoirs créés par Napoléon Ier en remplacement des nombreuses tueries présentes dans Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Les abattoirs de Ménilmontant correspondaient à un quadrilatère compris entre les rues du Chemin-vert, Saint-Maur, Saint-Ambroise et l'avenue Parmentier[1].

Sur son emplacement ont été ouvertes cinq rues[2] : Général-Blaise, Rochebrune, Général-Guilhem, Lacharrière et Général-Renault. Un espace vert, le square Maurice-Gardette, a également été aménagé au centre du quadrilatère formé par les nouvelles voies.

Historique[modifier | modifier le code]

La création des abattoirs de Ménilmontant se fait par décret du . En remplacement des nombreuses tueries présentes à l'intérieur de Paris, pour des raisons sanitaires, Napoléon décide de créer cinq tueries à l'extérieur de Paris : trois sur la rive droite de la Seine et deux sur la rive gauche.

Commencés le , les travaux sont terminés en 1818 ; à partir du 15 septembre de la même année, il fut interdit de conduire les bestiaux à l'intérieur de Paris.

Construits par les architectes Happe et Vauthier, les abattoirs de Ménilmontant étaient organisés autour de plusieurs cours et comprenaient 64 échaudoirs, 7 bergeries et 7 bouveries.

Ils furent démolis à partir de 1867 pour être remplacés par ceux construits à La Villette.

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 30e quartier Popincourt, îlots nos 6 et 6bis, échelle 1/625, côte F/31/87/07
  2. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : Recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), p. 404

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]