Aïn Tarek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aïn Tarek
Noms
Nom arabe عين طارق
Nom berbère ⵜⵉⵟ ⵟⴰⵔⴻⵇ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Relizane
Daïra Aïn Tarek
Code ONS 4819
Démographie
Population 12 253 hab. (2008[1])
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 46′ 52″ nord, 1° 07′ 52″ est
Altitude Min. 225 m
Max. 225 m
Superficie 177,62 km2
Localisation
Localisation de Aïn Tarek
Localisation de la commune dans la wilaya de Relizane
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Aïn Tarek
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Aïn Tarek

Aïn Tarek est une commune de la wilaya de Relizane dans la région du Ouarsenis en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation d'Ain Tarek (ex-Guillaumet) avec les Aarchs environnants durant l'epoque coloniale (en 1940)

Aïn Tarek est situé à 34 km au sud de la commune de Oued Rhiou sur la route nationale 90 et à 51 km à l'est de la ville de Relizane.

Histoire[modifier | modifier le code]

La population de cette région est Berbère, qui se compose de 23 Âarch, ayant conservé des mœurs et des institutions très anciennes, et qui compte en son sein plusieurs fractions. Actuellement ces fractions dépendent administrativement de plusieurs communes de compétence territoriale de trois wilayas (RelizaneTissemsiltTiaret).

Occupée par les colons Français en 1840 pour commander la vallée de l'Oued Rhiou et protéger la plaine du Bas-Chelif, ce point a une assez grande importance stratégique. Les Beni-Ouragh de la région ont prêté allégeance à l’Émir Abdelkader grand combattant ; ils résistèrent énergiquement a la colonisation française et prennent une part active à la révolte.

La région est incorporée dans la commune mixte d'Ammi Moussa créée en 1880 et les premiers colons s'installent. Au début du XXe siècle, ces colons édifièrent quelques maisons et lui donnèrent le nom de Guillaumet en l'honneur du peintre et orientaliste Gustave Guillaumet.

Le site de ce hameau était à l'intersection de trois Aarchs : les Meknassas, les Merioua et les Chkala. En 1963, le hameau fut débaptisé pour devenir Merioua du nom du plus proche Aarch; puis en 1968, Ain El Hammam du nom d'une source proche.

En 1972,sous l'impulsion patriotique des instances locales on lui donna le nom de Aïn Tarek en l'honneur du moudjahid martyr Abd al-Rāḥmān Kerzāzī[2] (connu sous le nom de guerre de Sī Tārek) tombé au champ d'honneur le .

En 1984, avec le nouveau remaniement administrative, le territoire d'Ain Tarek est amputé de Had Echkalla qui accède au rang de commune autonome.

Elle connut,comme toute la region, les affres de la terreur islamiste durant la decennie noire.

Administration[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]