Gustave Guillaumet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaumet.
Gustave Guillaumet
Gustave Guillaumet- Le Sahara.jpeg
Le Sahara (1867), Paris, musée d'Orsay.
Naissance
Décès
(à 46 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Influencé par
Enfant
Distinction

Gustave Achille Guillaumet, né le à Puteaux (Hauts-de-Seine), mort à Paris le , est un peintre français.

Son fils Gustave Guillaume[1] est un linguiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Guillaumet appartient à la génération des peintres orientalistes qui s'attachent aux rendus de lumière et d'atmosphère. Il marque un tournant dans ce courant artistique du XIXe siècle. Élève de François Édouard Picot (1786-1868), et Louis-Ernest Barrias (1841-1905), à l'École des beaux-arts de Paris, il expose au Salon de 1861 à 1880.

Tant dans ses peintures que dans ses écrits, il décrit la vie primitive et rude dans le désert algérien, au moment où naît en France un grand intérêt pour les populations algériennes en raison de leurs rapprochements politiques et économiques.

Guillaumet vient d'obtenir le second prix de Rome, quand il a l'occasion d'aller en Algérie pour la première fois, en 1862. Il contracte la malaria et doit passer trois mois à l'hôpital militaire de Biskra. Néanmoins, enthousiasmé par ce pays, il y retournera neuf fois.

Ses premières œuvres sont d'inspiration mélodramatique. Dès 1872, il montre l'existence humble des populations du désert dont il partage la vie. Évitant la civilisation européenne, il préfère voyager dans le Sud algérien.

Comme Eugène Fromentin, Guillaumet écrit, et ses « Tableaux algériens », articles parus dans La Nouvelle Revue entre 1879 et 1884, sont des notations sur l'attitude d'un artiste européen face à la vie des Algériens.

Il avait son atelier au no 5 cité Pigalle à Paris[2].

Louis-Ernest Barrias, La Fileuse de Bou Saâda, bronze ornant la tombe de Gustave Guillaumet, Paris, cimetière de Montmartre (division 21).

Il est inhumé à Paris au cimetière de Montmartre. Sa tombe est ornée de la La Fileuse de Bou Saâda, une statue en bronze de Louis-Ernest Barrias figurant une jeune Algérienne assise le bras levé jetant quelques pétales sur le portrait en médaillon de l'artiste.

L'École des beaux-arts de Paris organise une exposition rétrospective en son hommage en 1888.

Certaines de ses œuvres sont conservées à Paris au musée d'Orsay (dont tisseuse à Bou-Saâda).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Gustave Guillaumet, Eugène Mouton (préface), Tableaux algériens, Paris, 1888, Éd. Plon-Nourrit et Cie.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
En France
En Roumanie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né Guillaumet.
  2. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, 1999, 639 p., p. 290 (ISBN 9782951360105)
  3. André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, 1999, 639 p., p. 290
  4. André Roussard, op. cit.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Larousse, Dictionnaire de la peinture
  • Lynne Thornton, Les Orientalistes, peintres voyageurs, 1828-1908, ACR Édition, Paris, 1983, p. 146-149.
  • André Roussard, Dictionnaire des peintres à Montmartre, 1999, 639 p., p. 290 (ISBN 9782951360105)
  • P. Jullian, Les Orientalistes, Office du livre, 1977.
  • S. Monneret, L’Orient des peintres, Nathan, 1989.
  • C. Peltre, 'L’Atelier du voyage. Les peintres en Orient au XIXe siècle, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 1995.
  • R. Rosenblum, Les Peintures du musée d’Orsay, Nathan, 1989.
  • A. Zoppellari, The Painting and Writing of Gustave Guillaumet, in Moving Bodies, Displaying Nations: National Cultures, Race and Gender in World Expositions. 19th to 21st Century, Trieste, EUT, 2014, pp. 197-211. Lien: https://www.openstarts.units.it/dspace/handle/10077/10429

Iconographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]