36 Fillette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
36 Fillette
Réalisation Catherine Breillat
Scénario Catherine Breillat
Acteurs principaux
Sociétés de production French Productions
Catherine Breillat Films
Compagnie Française Cinématographique
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 88 minutes
Sortie 1988

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

36 Fillette est un film français réalisé par Catherine Breillat, sorti en 1988.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Pendant les vacances d'été, sur la côte basque, une adolescente de quatorze ans joue au chat et à la souris avec un dragueur quadragénaire…

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Exploitation du film[modifier | modifier le code]

Nombre total d'entrées en fin d'exclusivité (Paris) : 18 584

Critiques[modifier | modifier le code]

« Du Pialat à la puissance 1 000. À l’époque, Breillat n’avait pas trop été remarquée, mais elle aurait dû, avec ce film audacieux et antiromantique. Ignorant toute espèce de complaisance, elle regarde presque froidement les relations amoureuses et le désir, en particulier adolescent. C’est fort, c’est cru. »

— Vincent Ostria, Les Inrocks

« (en) Breillat has made a film far more complex than it might seem. This film depicts the sort of situation one "should" deplore, but the film is so specifically about two particular people that it slips away from convention and just quietly goes its own way.
Breillat a fait un film beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Ce film dépeint le type de situation que l'on "devrait" déplorer, mais le film est si spécifiquement à propos de deux personnes particulières qu'il sort de la convention et va tranquillement son propre chemin »

— Roger Ebert, Chicago Sun Times, 10 février 1989

« Personne n’est le plus fort, chacun est saisi du même manque d’assurance, du même dégoût de soi. Pour cela, Catherine Breillat mise aussi sur la participation de plusieurs comédiens eux-mêmes fameusement instables, comme Jean-Pierre Léaud, qui excelle à réciter un monologue dont il a le secret, sous les yeux de la débutante Delphine Zentout, qui ne fera pas carrière tout en continuant à tourner. Ou Jean-François Stevenin, comme un fauve en cage dans sa caravane, qui jette littéralement sa progéniture à terre pour la gifler, avant de s’administrer lui-même les soufflets de façon pragmatique et paternelle (« les gifles, c’est rien les gifles ! ») au son des cris de son épouse. Le décor estival est planté… Mais entre le jeu et la lassitude, parfaitement incarné par le flegmatisme rustaud d’Étienne Chicot, comédien à l’apparente désinvolture et musicien à ses heures, le jeu gagne souvent. »

— Arte, 7 août 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]