Édouard Fontenilliat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Édouard Fontenilliat
Fonctions
Maire du Vast (d)
-
Président
Chambre de commerce et d'industrie de Cherbourg-Cotentin
-
Conseiller d'arrondissement
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Famille
Père
Fratrie
Parentèle
Hippolyte de La Germonière (beau-frère et gendre)
James Le Vavasseur (d) (gendre)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Distinction
Le Vast Église Notre-Dame Tombe du Édouard Fontenilliat 2018 08 19.jpg
Vue de la sépulture.

Édouard Fontenilliat, né le à Rouen, mort au château du Vast le , était un industriel français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edme Édouard Fontenilliat est le fils de Philippe Fontenilliat et de Rose Manoury. Il se marie en 1815 à Françoise-Félicité Rangeard de La Germonière, sœur de Louis-Hippolyte Rangeard de La Germonière et petite-fille d'Étienne Benoist de La Grandière. Ensemble, ils ont trois filles : Félicité-Madeleine, qui épouse son oncle Louis-Hippolyte Rangeard de La Germonière en 1834 ; Marie-Anne-Louise, marié au baron Jacques Le Vavasseur, conseiller général de la Seine-Inférieure (une de leurs filles épousera le duc Adrien Duchesne de Gillevoisin de Conegliano et l'autre le fils du comte François-Marie Taillepied de Bondy ; frère de Charles Levavasseur) ; et Hélène, mariée au fils de Henry Barbet.

En 1825, il succède, avec son frère Henri, à son père dans la direction de la filature du Vast[1]. À la suite du départ de son frère en 1831, il s'associe avec son beau-frère Louis-Hippolyte Rangeard de La Germonière.

En 1836, il devient le premier président de la Chambre de commerce de Cherbourg, mandat qu'il conserve onze ans, jusqu’en 1847. Il est aussi juge au tribunal de commerce.

Le Vast Église Notre-Dame Inscription 1864 2018 08 19.jpg

Membre de la Société d'agriculture de l'arrondissement de Cherbourg, il crée la ferme-modèle de Bel-Air au Vast[2].

Il sera maire du Vast de 1848 à 1870 et conseiller d'arrondissement de Cherbourg.

Il est décoré de la Légion d'honneur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Chassagne, Le coton et ses patrons, France, 1760-1840, 1991
  • Olivier Ducamp, Les Benoist de La Grandière et leur descendance, Éditions Christian, Paris 1998.
  • Dominique Barjot, Les Patrons du Second Empire: Anjou, Normandie, Maine, 1991
  • Jean-Michel Boehler, Christine Lebeau, Bernard Vogler, Les élites régionales (XVIIe-XXe siècle): construction de soi-même et service de l'autre, 2002
  • Romuald Szramkiewicz, Les régents et censeurs de la Banque de France nommés sous le Consulat et l'Empire Droz, 1974
  • Alain Plessis, Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le Second Empire, 1985
  • Pierre-François Pinaud, Les receveurs généraux des finances, 1790-1865: étude historique : répertoires nominatif et territorial, Droz, 1990
  • Gustave Chaix d'Est-Ange], Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. XVIII Fel-For., 1922
  • Émile Travers, La Normandie monumentale et pittoresque, édifices publics, églises, châteaux, manoirs, etc.. Manche 1re [-2e] partie. Partie 2 / Héliogravures de P. Dujardin ; d'après les photographies de E. Durand, D. Freuler et A. Thiébaut, Lemale & Cie, 1899

Références[modifier | modifier le code]

  1. Filature du Vast sur wikimanche
  2. Procès-verbal de la séance publique de la Société d'agriculture de l'arrondissement de Cherbourg.... [3]. Du 22 septembre 1864, 1862-1864