Œuvre libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec liberté d'expression.
Logo œuvres culturelles libres

Une œuvre libre, ou contenu libre, est une œuvre de l'esprit dont la diffusion et la modification sont libres. Ces œuvres sont notamment des images, des textes, de la musique et des logiciels dont chacun peut distribuer autant de copies qu'il le souhaite, et aussi les modifier pour les améliorer. La notion d'œuvre libre assure donc la liberté d'expression seulement dans la mesure où elle permet la liberté de diffusion et de modification des informations contenues dans les œuvres et le cas échéant, la commercialisation.

Les droits sont accordés par les auteurs dans une licence associée au document dite licence libre ou licence ouverte (ces dernières étant également souvent appelées licence de libre diffusion, abrégé LLD) en fonctions des droits cédés. Ces libertés de l'utilisateur vis-à-vis des œuvres (usage, étude, modification, diffusion) sont souvent associées à des obligations (citer l'auteur original, maintenir la licence originale) ou des restrictions (pas d'usage commercial, interdiction de certains médias) choisies par l'auteur.

Il existe différentes licences qui proposent éventuellement différentes options permettant aux auteurs de choisir le type d'utilisation de leur travail qu'ils souhaitent ou non autoriser, par exemple parmi les licences Creative Commons.

La notion d'œuvre libre est apparue à la suite de celle de logiciel libre et en constitue une extension. Les œuvres sous licence libre découlent directement des mêmes principes que ceux instaurés par le logiciel libre. En revanche les œuvres sous licence ouverte constituent un schisme par rapport à l'idée originale de licence libre. En effet l'idée originale derrière le concept de logiciel libre était de rendre indépendantes les personnes jouissant d'une œuvre de la volonté des détenteurs des droits sur cette œuvre. Dans les licences ouvertes, l'objectif est autre, ce qui se traduit notamment par les différences suivantes :

  • ne pas inclure le droit de modifier l'œuvre ;
  • pouvoir exclure également l'utilisation commerciale.

En revanche, le droit de redistribution est unanimement considéré comme discriminant aussi bien pour les œuvres sous licence dites libre que sous licence dites ouverte.

Cette proximité dans le vocabulaire et les méthodes porte largement à confusion, et entraîne de nombreux débats houleux sur « la liberté du mot libre ». Ainsi on ne parlera de logiciel libre que pour des logiciels sous licence libre, mais il est courant de voir utilisée l'expression musique libre pour des œuvres musicales sous une licence ouverte mais pas libre.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • En matière informatique :
    • La Licence de documentation libre GNU (de l'anglais GNU Free Documentation License, abrégée GFDL), conçue pour la documentation des logiciels libres, et dont l'utilisation est ensuite plus large ;
  • Licences adaptables
    • Ces licences sont libres ou ouvertes en fonction des options choisies
    • Les licences Creative Commons offrent ainsi un jeu d'ajout d'options permettant d'autoriser ou d'interdire une de ces quatre options :
      • Attribution (paternité de l’auteur initial) : choix obligatoire en droit français
      • Non Commercial (interdiction de faire usage de l’œuvre dans un contexte commercial)
      • No derivative works (interdiction de modifier ou d’intégrer tout ou partie dans une œuvre composite (sampling impossible))
      • Share alike (obligation de rediffuser sous la même licence).
    • La Licence Libre « penserpouragir » offre deux options : « document de point de vue » avec laquelle on ne déforme pas la parole de l'auteur et « document de référence » avec laquelle on peut mettre à jour des données et des informations. L'utilisation commerciale du document est limitée et les travaux dérivés sont autorisés s'ils sont republiés avec une 'licence compatible'. Ici, les deux licences sont ouvertes mais aucune n'est libre.

Exemples historiques[modifier | modifier le code]

  • L’Homme qui plantait des arbres, 1953 : « J'ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. » Lettre que Jean Giono écrivit au Conservateur des Eaux et Forêts de Digne, Monsieur Valdeyron, en 1957, au sujet de cette nouvelle.

Autres développements[modifier | modifier le code]

La mouvance altermondialiste s'est retrouvée dans certaines valeurs véhiculées par la notion d'œuvre libre et cherche à promouvoir des licences politiquement plus compatibles avec les idéaux de biens communs, de non-marchandisation des ressources, tant matérielles qu'intellectuelles.

La notion récente de création équitable tente quant à elle d'étendre ces concepts à l'économie de la création.

En matière économique, le Wall Street Journal lui-même a consacré un article[1] au modèle économique des contenus libres et son avenir probablement pérenne dans le contexte de la baisse généralisée des coûts informatiques (février 2009).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Images sous licences libres[modifier | modifier le code]