Östen Undén

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant suédois image illustrant un homme politique
Cet article est une ébauche concernant une personnalité suédoise et un homme politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Östen Undén
Östen Undén - Sveriges styresmän.jpg
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères
-
Christian Günther (en)
Ministre des Affaires étrangères
-
Erik Marks von Würtemberg (en)
Eliel Löfgren (en)
Ministre de la Justice (en)
-
Eliel Löfgren (en)
Assar Åkerman (d)
Député au Riksdag
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
StockholmVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de

Bo Östen Undén est un juriste et homme d'État suédois né le 25 août 1886 à Karlstad, dans le comté de Värmland, et mort le 14 janvier 1974 à Stockholm. Il est membre du Parti social-démocrate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Professeur de droit à l'université d'Uppsala, Östen Undén est représente la Suède à la Société des Nations pendant l'entre-deux-guerres[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est brièvement ministre de la Justice en 1920 au sein du gouvernement Branting I. Puis il devient ministre des Affaires étrangères de 1924 à 1926 dans les gouvernements Branting III et Sandler, puis de 1945 à 1962 dans le gouvernement Hansson IV et dans les trois gouvernements de Tage Erlander.

Il exerce également la fonction de Premier ministre par intérim entre le décès de Per Albin Hansson, le 6 octobre 1946, et la nomination de Tage Erlander à ce poste, le 11 octobre 1946.

Rôle dans les relations internationales[modifier | modifier le code]

En 1954, alors ministre des Affaires étrangères, il exprime son opposition à l'indépendance des pays baltes, alors intégrés à l'URSS, du fait de leur « manque de maturité politique »[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Per-Axel Frielingsdorf, « Entre poésie et politique. La correspondance entre Dag Hammarskjöld et Alexis Léger », Relations internationales, vol. n° 138,‎ , p. 75-92 (ISSN 0335-2013, lire en ligne)
  2. Matthieu Chillaud, « Les pays nordiques “mentors” stratégiques des États baltes ? », Stratégique, vol. N° 91-92,‎ , p. 191-217 (ISSN 0224-0424, lire en ligne)