Île Funk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réserve écologique de l'Île-Funk
(Zone terrestre)
Annual report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution (1889) (18248087648).jpg
carte de l'ile en 1840
Géographie
Adresse
Coordonnées
Superficie
20 ha
Administration
Type
Création
1964
Administration
Department of Environment and Conservation

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Terre-Neuve-et-Labrador

(Voir situation sur carte : Terre-Neuve-et-Labrador)
Point carte.svg
Réserve écologique de l'Île-Funk
(Zone marine)
Annual report of the Board of Regents of the Smithsonian Institution (1889) (18248087648).jpg
Géographie
Adresse
Superficie
500 ha
Administration
Type
Administration
Department of Environment and Conservation

L'île Funk (en anglais : Funk Island) est une petite île rocheuse isolée et inhabitée, située à environ 60 km au nord-est de Terre-Neuve en Atlantique Nord. L'île Funk abrite d'importantes colonies d'oiseaux marins dont de petits pingouins (Alca torda) et fut un des derniers sites de nidification du Grand Pingouin avant son extinction au XIXe siècle. D'ailleurs le premier nom occidental de l'île était Pinguin Island. L'île est aujourd'hui une réserve écologique composée d'une zone protégée terrestre de 20 ha et d'une autre marine de 500 ha.

Géographie[modifier | modifier le code]

De forme grossièrement trapézoïdale avec une longueur maximale de 800 m et une largeur de 300 m, pour une altitude maximale de 14 m. Elle est composée de granit feldspathique et est traversée sur un axe nord-ouest par deux lignes de faille distinctes parallèles. La partie nord-ouest de l'île est principalement rocheuse, la partie centrale est couverte d'une maigre végétation et la plus grande partie de l'île au sud-ouest qui couvre près de la moitié de l'île est couverte d'herbe, de mousses et de lichen.

Il est très difficile d'accoster sur l'île. Par temps calme, il n'existe que trois lieux d'accostage possibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Système de rapport et de suivi des aires de conservation », sur Conseil canadien des aires écologiques (consulté le 16 février 2011)