Évangile de la femme de Jésus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gospel of Jesus' Wife.jpg

L'Évangile de la femme de Jésus est le nom donné au texte en copte écrit sur un fragment de papyrus qui inclut les mots: " Jésus leur dit: « ma femme... »" [1]. Le texte sur le fragment est présumé être une traduction copte du IVe siècle d'« un évangile probablement écrit en grec dans la seconde moitié du deuxième siècle »[2]. Selon la majorité des experts en christianisme ancien et Karen L. King, le document serait une forgerie[3].

Débat sur l'authenticité[modifier | modifier le code]

Le 18 septembre 2012, le professeur Karen Leigh King, invitée au congrès international d'études de la langue copte qui se tient à Rome, annonce l'existence d'un fragment de papyrus de 3,8 sur 7,6 cm qui contient l'expression : " Jésus leur dit: « ma femme... »"[4]. King et sa collègue Anne-Marie Luijendijk appellent le fragment Évangile de l'épouse de Jésus à des fins de référence, mais ont depuis reconnu que le nom est controversé. King insiste sur le fait que le fragment, « ne doit pas être considéré comme une preuve que Jésus, le personnage historique, a effectivement été marié ».

Le journal du Vatican L'Osservatore Romano a revendiqué que l'Évangile est un « faux très moderne ». Un certain nombre de chercheurs indépendants ont depuis avancé des preuves pour soutenir ce point de vue[5],[6].

Plusieurs spécialistes de la Bible comme Francis Watson (en) et Mark Goodacre (en) pointent les erreurs de grammaire du texte et la similarité des phrases avec l’Évangile de Thomas[7].

Cependant, le professeur Alberto Camplani de l'université de Rome « La Sapienza », qui a été chargé d'effectuer l'analyse sur laquelle le journal du Vatican a fondé son article, a affirmé en 2012 dans un documentaire télévisé : « Ma première impression était que c'était un faux, mais j'ai vu le fragment dans un journal dans une mauvaise photo. Aujourd'hui, je suis plus enclin à croire qu'il s'agit d'un papyrus antique et pas d'un faux moderne »[8]. Selon Luijendijk et le papyrologue Roger Bagnall, le papyrus serait authentique car il aurait été impossible à falsifier.

Le , une analyse publiée par des chercheurs américains de l'université Columbia, l'université Harvard et le Massachusetts Institute of Technology détermine que le papyrus est ancien et date d'une époque comprise entre le VIe et le IXe siècle[9].

En juin 2016, un article d'Ariel Sabar dans The Atlantic relate que le propriétaire de cet Évangile est Walter Fritz, un ancien étudiant en égyptologie à l'université libre de Berlin. Personne à la crédibilité douteuse, Fritz est même devenu l'opérateur de plusieurs sites de porno amateur après s’être installé aux États-Unis[10] et sa femme a écrit un livre de visions et de « vérités universelles » qui lui auraient été dictées par "les anges"[11]. En réponse, Karen L. King a affirmé que les investigations de Sabar à propos des motifs possibles de Fritz et de ses connaissances en égyptologie faisaient pencher la balance vers l'idée selon laquelle l'Évangile de la femme de Jésus serait une contrefaçon (forgery)[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Les leçons de la femme de Jésus - 1er octobre 2012 - chronicle.com (blog personnel)
  2. (en) L'évangile de la femme de Jésus - 10 avril 2014 - hds.harvard.edu
  3. a et b (en) Ariel Sabar, « The Scholar Who Discovered the ‘Jesus's Wife’ Fragment Now Says It's Likely a Fake », sur The Atlantic (consulté le 17 juin 2016)
  4. (en) Tom Bartlett, « The Lessons of Jesus’ Wife », sur chronicle.com, .
  5. (en)L'évangle de la femme de Jésus : un faux très moderne - The Guardian.com - 16 octobre 2012
  6. (en)Commentaire sur le fragment de l'évangile de la femme de Jésus - ntweblog.blogspot.de - 25 avril 2014
  7. (en) Candida Moss et Joel Baden, « The Curious Case of Jesus’s Wife », sur theatlantic.com, .
  8. (en)émission spéciale consacrée à l'évangile de la femme de Jésus - multichannel.com - 18 septembre 2012
  9. (en) Joseph M. Azzarelli, John B. Goods & Timothy M. Swager, « Study of Two Papyrus Fragments with Fourier Transform Infrared Microspectroscopy », Harvard Theological Review, vol. 107, no 2,‎ , p. 165 (DOI 10.1017/S0017816014000169).
  10. (en) Ariel Sabar, « The Unbelievable Tale of Jesus’s Wife », sur The Atlantic (consulté le 17 juin 2016)
  11. « Évangile de la femme de Jésus : l'incroyable histoire du faux papyrus qui a trompé Harvard », sur atlantico.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Georgeos Díaz-Montexano, Mary, Jesus' wife : True or False?, CreateSpace Independent Publishing Platform, (ISBN 978-1480058460)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • L'Évangile de la femme de Jésus, téléfilm documentaire réalisé par Anne-Marie Sangin et François Barré, diffusé le 28 mars 2016 sur RMC Découverte.