Karen Leigh King

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karen Leigh King
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Karen Leigh King, née en 1954, est une théologienne, historienne et universitaire américaine, spécialiste de christianisme ancien et de gnosticisme.

Elle a occupé, de 1998 à 2008, la chaire Winn d'histoire ecclésiastique de la Harvard Divinity School. En octobre 2009, elle succède à Harvey Cox et devient la première femme titulaire de la prestigieuse Hollis Chair of Divinity, la plus ancienne en dotation des États-Unis (1721)[1].

Évangile dit « de la femme de Jésus »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Évangile de la femme de Jésus.

En septembre 2012, Karen L. King annonce avoir découvert un fragment de papyrus rédigé en copte contenant les mots « ... Jésus leur dit, ma femme[2],[3],[4]… ». Dès le 28 septembre 2012, L'Osservatore Romano publie un article du professeur Alberto Camplani expliquant que le fragment est un faux[5]. D'autres experts ont conclu assez rapidement à un faux[6]. Toutefois des examens effectués par des papyrologues à la demande de Karen King plus tôt au cours de l'année 2012 avaient laissé entendre que le papyrus pourrait être authentique[2]. Début avril 2014, des analyses complémentaires effectuées par des scientifiques appartenant à l'université Columbia, à l'université Harvard et au MIT confirment que le papyrus pourrait bien dater d'une période située entre le Ve et le VIIIe siècle[7],[8]. Puis en juin 2016, à la suite d'un article d'Ariel Sabar publié par The Atlantic en juin 2016[9], Karen L. King a annoncé que les nouvelles informations apprises sur le propriétaire du document, Walter Fritz, faisait pencher la balance des preuves envers l'idée selon laquelle l'Évangile de la femme de Jésus serait une forgerie[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « King, Madigan Receive New Faculty Posts at HDS », Harvard Divinity School
  2. a et b (en) Laurie Goodstein, « A Faded Piece of Papyrus Refers to Jesus’ Wife », The New York Times, lire en ligne, 8 septembre 2012.
  3. « Le Mystère de l’Évangile de la femme de Jésus », Science et Avenir, lire en ligne, 3 janvier 2013.
  4. Aude Lorriaux, « La « femme de Jésus » : nouveau rebondissement dans le débat sur le mariage du Christ par la Harvard Review », Le Huffington Post, lire en ligne, 7 janvier 2013.
  5. Épouse de Jésus : un mensonge, selon le journal du Vatican, Radio-Canada, 28 septembre 2012.
  6. (en) Andrew Brown, « The gospel of Jesus's wife : a very modern fake », The Guardian, 12 octobre 2012.
  7. «  Jésus a-t-il été marié ? Le papyrus qui sème le doute », Le Nouvel Observateur, lire en ligne, 10 avril 2014.
  8. Laurie Goodstein, « Referring to Jesus’ Wife Is More Likely Ancient Than Fake, Scientists Say », The New York Times, Papyrus lire en ligne, 10 avril 2014.
  9. (en) Ariel Sabar, « The Unbelievable Tale of Jesus’s Wife », sur The Atlantic (consulté le 16 juin 2016).
  10. (en) Ariel Sabar, « The Scholar Who Discovered the ‘Jesus's Wife’ Fragment Now Says It's Likely a Fake », sur The Atlantic (consulté le 16 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]