Étiquetage des pneumatiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lancé le , l’étiquetage des pneumatiques est devenu obligatoire en Europe conformément au règlement CE no 1222/2009[1]. Il rend obligatoire l’étiquetage de tous les pneumatiques vendus dans l’Union européenne et équipant les véhicules de tourisme (C1), les véhicules de transport léger (C2) et les poids lourds (C3). (Plus de détails sur les segments automobiles). Les pneus qui ne sont pas concernés sont : les pneus rechapés, les pneus tout-terrain pour les professionnels, les pneus faits pour équiper des véhicules immatriculés avant le 1er octobre 1990, les pneus de secours temporaires de type T, les pneus possédant un indice de vitesse inférieur à 80 km/h, les pneus cloutés, les pneus pour les véhicules de courses, les pneus montés sur jante inférieure ou égale à 25,4 cm ou supérieur ou égale à 63,5 cm[2].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les objectifs de l’étiquetage tournent autour de trois axes. En premier lieu, il s‘agit d’apporter une meilleure information auprès des consommateurs lors de l’achat de pneus. Puis de participer à la réduction des impacts sur l’environnement tout en améliorant la sécurité routière en Europe[3].

Critères[modifier | modifier le code]

L’étiquetage européen des pneus compte trois critères : l’efficacité énergétique, le freinage sur sol mouillé et le bruit de roulement extérieur.

Efficacité énergétique[modifier | modifier le code]

L’efficacité énergétique est le premier critère que l’on peut lire sur l’étiquette. Le pneu est responsable de 20 % de la consommation en carburant. C’est la résistance au roulement de ce dernier qui augmente la consommation d’énergie. Apparaissant en haut à gauche, l’étiquette classe les pneus de A (ayant la plus faible résistance au roulement) à G.

Freinage sur sol mouillé[modifier | modifier le code]

Ce critère classe les pneus selon leur distance de freinage sur sol mouillé. Les pneus sont classés de A à G. À titre d’exemple, une automobile lancée à 80 km/h équipée de pneus notés A freinera 18 mètres plus court sur sol mouillé qu’un pneu noté F[4]. La distance de freinage d'un pneu de classe A est toujours plus courte de 30 % qu'un pneu de classe F [5] donc la distance de freinage a 80km/h ,hors temps de réaction du conducteur, d'une classe A sera de 42 mètres. Le temps de réaction du conducteur rallongeant de 24 mètres encore la distance de freinage a 80km/h[6].

Bruit de roulement extérieur[modifier | modifier le code]

Il s’agit de la mesure en décibels du bruit extérieur provoqué par le roulement du pneu. Les pneus émettant du bruit jusqu’à 68 dB sont considérés comme les plus silencieux tandis que ceux dépassant 74 dB sont considérés comme très bruyants[7].

Attentes et réception de l’étiquetage en Europe[modifier | modifier le code]

Avant le lancement de l’étiquetage, les consommateurs européens étaient nombreux (71 %) à avoir besoin de conseils lors de l’achat de leurs pneus. Et 8 personnes sur 10 étaient favorables à l’instauration de l’étiquetage[8]. Mais si l’étiquetage était une initiative qui avait été bien reçue, un an après sa mise en place les consommateurs l’utilisent peu. En effet, le comparateur de pneus Rezulteo en partenariat avec Ipsos a effectué une enquête un an après la mise en place de l’étiquetage qui montre que seulement 8 % des personnes savent citer les trois critères correctement et que seulement 36 % y ont prêté attention lors de leur achat[9].

L'étiquetage ayant été mis en place depuis peu, il faudra attendre encore quelques années pour voir si les comportements d'achats changeront.

L’étiquetage dans les autres pays[modifier | modifier le code]

Si l’étiquetage européen des pneus est la plus grande initiative en la matière, il existe d’autres pays où un système a été mis en place[10].

Japon[modifier | modifier le code]

Le Japon possède un étiquetage similaire à celui en Europe. Cependant, il possède deux critères : l'efficacité énergétique et le freinage sur sol mouillé. Le premier est catégorisé en 5 classes : AAA, AA, A, B et C. Tandis que le deuxième est classifié en 4 classes : A, B, C et D.

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Semblable à l’étiquetage japonais, le système sud-coréen se base aussi sur les deux mêmes critères classant les performances de 1 à 5.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Règlement, issu du Journal officiel de l'Union européenne.
  2. Synthèse de la législation européenne, sur le site Europa.eu.
  3. Objectifs de l'étiquetage, sur le site du TNPF (Travaux de Normalisation du Pneumatique pour la France).
  4. Distance de freinage, exemple entre pneu A et F à 80 km/h.
  5. « Qu'est-ce que l'étiquetage des pneus ? », sur Bandencenter Laudus (consulté le 17 novembre 2018)
  6. « Freinage, temps de trajet, carburant : rouler à 80 km/h, ça change quoi ? »
  7. Les décibels se basent sur une échelle logarithmique ; par exemple, un bruit supérieur de 3 dB égal à un bruit deux fois plus fort.
  8. Étude sur la perception de l'étiquetage, réalisée par Rezulteo et Ipsos.
  9. Étude un an après la mise en place de l'étiquetage, réalisée par Rezulteo et Ipsos.
  10. L'étiquetage hors Europe