Étienne Min Kuk-ka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Min Kuk-ka
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Gyeonggi (historical) (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nom dans la langue maternelle
민극가 스테파노Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
CatéchisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Étape de canonisation

Étienne Min Kuk-ka ou Min Kŭk-ka (en coréen 민극가 스테파노) est un copiste et catéchiste laïc chrétien coréen, martyr et saint, né en 1788 dans le Gyeonggi en Corée, mort étranglé le à Séoul.

Reconnu martyr et béatifié en 1925 par le pape Pie XI, il est solennellement canonisé à Séoul par Jean-Paul II le avec les autres martyrs de Corée.

Saint Étienne Min Kuk-ka est fêté le 20 janvier et le 20 septembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étienne Min Kuk-ka naît dans la province du Gyeonggi, en Corée, en 1788[1]. Il est d'une famille noble, non catholique. Sa mère meurt lorsqu'il est encore jeune[2].

Il est baptisé en même temps que son père et ses frères. Il observe ensuite fidèlement la religion catholique. Il se marie avec une femme catholique, mais qui meurt peu après le mariage. Il ne veut d'abord pas se remarier. Il cède finalement aux pressions de son entourage, et épouse une autre catholique. Celle-ci meurt quelques années plus tard, lui laissant une fille qui meurt peu après[2].

Étienne Min est copiste de profession, recopiant des livres à la main. Très pieux, il parle du christianisme et convertit des non catholiques par son exemple comme par son enseignement. Lorsqu'il est nommé officiellement catéchiste, il passe plus de temps pour enseigner la foi et convertir les non catholiques[2].

Il est arrêté vers la fin de la période des persécutions. Soumis à la torture par torsion et par piqûres, violemment incité à renier sa foi, il choisit au contraire de persévérer et affirme qu'il continuera à témoigner. Il est alors battu plus sévèrement encore, notamment 40 fois avec un grand club[2].

En prison, il passe ses journées à essayer de convaincre les apostats à renouer avec la foi et à en témoigner de nouveau. De nouveau traduit devant le tribunal, il est frappé de trente coups supplémentaires[2].

Étienne Min Kuk-ka meurt étranglé dans sa prison[2] à Séoul le [1] ou le [2].

Canonisation[modifier | modifier le code]

Étienne Min Kuk-ka est reconnu martyr par décret du Saint-Siège le et ainsi proclamé vénérable. Il est béatifié (proclamé bienheureux) le suivant par le pape Pie XI[1].

Il est canonisé (proclamé saint) par le pape Jean-Paul II le à Séoul en même temps que les autres martyrs de Corée[1].

Saint Étienne Min Kuk-ka est fêté le 20 janvier[1],[3], jour anniversaire de sa mort, et le 20 septembre, qui est la date commune de célébration des martyrs de Corée[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « Saint Stephen Min Kuk-ka », sur catholicsaints.info, (consulté le 29 novembre 2019).
  2. a b c d e f et g (en) « 103 Korean Martyr Saints : 민극가 스테파노 Stephanus Min Kuk-ka / Min Kŭk-ka Stephen (1788-1840) », sur cbck.or.kr,‎ (consulté le 29 novembre 2019).
  3. « Saint Etienne Min, catéchiste coréen (+ 1840) », sur nominis.cef.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]