Étienne François Sallé de Chou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sallé.

Étienne François Sallé de Chou
Illustration.
Portrait en tenue de président de la Cour d'appel de Bourges
Fonctions
Député aux États généraux de 1789
Conseiller général du Cher
Président de la cour d'appel de Bourges
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bourges, Drapeau du royaume de France Royaume de France
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Bourges, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Nationalité Drapeau de la France Française
Père Jean François Sallé de Chou
Mère Anne Elisabeth Brunet
Conjoint Marie Pélagie Maigreau
Enfants Étienne François Sallé de Chou
Religion Catholique romaine
Dalle funéraire au cimetière des Capucins à Bourges

Étienne François Sallé de Chou (1754 - † 1832), homme politique et magistrat français.

Vie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Étienne François Sallé de Chou est né le 13 mars 1754 dans le quartier Saint Pierre le Marché de Bourges, baptisé le 14 mars[1], et fit de solides études à l'école Sainte Marie de Bourges, puis à la faculté de droit de Bourges obtenant à 20 ans un diplôme de docteur en droit pour être nommé en décembre 1776 conseiller et avocat du roi.

Il se marie à 23 ans avec Marie Pélagie Maigreau et reçoit les propriétés de Chou.

La Révolution française[modifier | modifier le code]

À 32 ans, il est nommé professeur de droit à l'université de Bourges et participe à la rédaction des cahiers de doléances. le 27 mars 1789, il est élu député du tiers état du Berry pour les États généraux et monte à Paris. Il est parmi les signataires du Serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789, et le 17 juillet, escorte le roi Louis XVI à Paris. À l'automne 1789, il est un député très actif, entrant au comité Ecclésiastique, propose une réforme des gabelles et surtout propose un découpage du Berry en 2 départements. Ce texte fondamental aboutira en février 1790 à l'organisation des deux départements du Cher et de l'Indre.

Il poursuit son action dans cette période difficile, protestant par exemple en janvier 1791 contre la Constitution Civile du Clergé, il fait alors de courts séjours à Bourges, puis rentre dans sa ville natale en septembre 1791.

En 1793, menacé par la politique de la Terreur progressivement mise en place depuis mars de la même année par Maximilien de Robespierre, il se réfugie à Chavignol attendant des jours qui lui seraient plus favorables. Il revient finalement à Bourges vers 1795 devenant président du Tribunal Civil du Cher. Commence alors une carrière dans les plus hauts niveau de la magistrature locale. En 1799, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir par un coup d'État, il est alors nommé en 1800 président de la cour d'appel de Bourges, et nommé à l’Ordre national de la Légion d'honneur en 1804.

L'Empire[modifier | modifier le code]

En 1804, la France devient un Empire et en 1810 Étienne François entre dans sa noblesse au rang de baron. La même année, la juridiction de la cour d'appel est rebaptisé « Cour Impériale », Étienne François en reste le président. En mars 1812, il fait partie de la délégation de députés du Cher qui s'en va complimenter l'Empereur Napoléon Ier.

La Restauration[modifier | modifier le code]

La monarchie est restaurée en 1815 par Louis XVIII, et Sallé de Chou est maintenu à la présidence de la cour d'appel de Bourges, puis nommé Conseiller d'État et le 30 novembre 1816, il est membre du Conseil général du Cher, et confirmé dans le titre de baron.

En 1824, le 21 août, il est nommé Président du Conseil général du Cher.

Il prend sa retraite à l'âge de 76 ans, et décède deux ans plus tard à Bourges le 29 décembre 1832. Il est enterré au cimetière des Capucins.

Sa devise est : « Bien faire et laisser dire ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Sallé de Chou, En Berry, un artisan de l'État de droit : Étienne François Sallé de Chou (1754-1832), publié chez l'auteur.
  • Tony Borselle, Les Magistrats de la Cour d'appel de Bourges : 1800-1830, Mémoire de Master, Histoire contemporaine, Université François Rabelais Tours, 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]